Stratège de la manipulation, le pervers narcissique ne peut vivre autrement qu'en détruisant l'autre.

Dans son couple

La séduction perverse ne comporte aucune affectivité, le pervers est incapable d’aimer autrui, même s’il simule parfaitement sentiments et empathie. En réalité, il maintient une constante distance affective, comme tous les paranoïaques afin de ne jamais réellement s’engager.

Le pervers est incapable d’atteindre le bonheur et la plénitude, il n’est donc jamais heureux. Face à ce mal-être, son conjoint est constamment poussé à lui faire plaisir et à tenter de le rendre heureux, mais il ne pourra jamais être comblé et ne sera jamais satisfait, car il ne peut vivre qu’au travers de la colère et de la haine.

Cette volonté de plaire à l’être aimé enfonce le conjoint dans une relation dominant/dominé, d’autant plus que le pervers ne peut s’accepter et s’affirmer qu’en triomphant de l’autre.

La victime

Elle est manipulée, humiliée, bafouée et meurtrie. Il est indispensable que sa maltraitance soit entendue et prise en considération pour amorcer le processus de réparation. Ce n’est qu’à ce prix qu’elle pourra sortir progressivement de la dépendance dans laquelle elle a été enfermée.

La force des attaques du pervers contre son conjoint porte sur son incapacité à comprendre une telle indifférence. Impossible en effet, pour un être affectif d’imaginer, de comprendre que le pervers puisse rester de marbre devant la souffrance violente de celui ou celle qui partage sa vie.

En effet, vivant uniquement au travers de la haine et de l’agressivité, le pervers ne supporte pas d’être confronté au bonheur ou à la joie. À son contact, il ressent une colère immense qui le conduit à détruire ces sentiments positifs, y compris lorsqu’ils se manifestent chez son conjoint. Ce dernier n’aura donc jamais le droit d’être bien et de le manifester, sous peine de déclencher une rage démesurée ainsi que des représailles.

Dans la vie quotidienne, le pervers ne cesse de voir les autres comme des ennemis potentiels, des personnes à abattre et sur lesquelles il doit prendre le dessus. La réussite d’autrui déclenche sa colère, sa frustration et sa haine, à un tel point qu’il ne pourra faire autrement que d’imposer sa vision de la réalité à son conjoint, alors plongé dans un monde où tout est menace, risque et danger : le stress, le sentiment d’insécurité et les crises d’angoisse deviennent ainsi son quotidien.

La déstabilisation de la victime passe enfin par l’utilisation systématique du mensonge. Le pervers narcissique modifie en effet la réalité à son gré, passant de la simple falsification de la vérité au mensonge avec aplomb, assumé d’une façon jusqu’au-boutiste. Il mêle mensonge, sincérité et franchise, insinuant ainsi le doute, jusqu'à ce que l'on ne puisse s'appuyer sur aucune certitude.

Un pervers narcissique peut-il changer ?

Il faut tout d’abord comprendre que le pervers ne se considère pas comme malade et ne se remet jamais en question. Il est donc extrêmement rare qu’il change de personnalité.

Les spécialistes estiment qu’il devrait subir « des chocs violents et des épreuves très importantes, susceptibles, par exemple, de déstabiliser la très haute conception qu'il a de lui-même, et surtout le convaincre qu'à la longue, l'efficacité de ses mensonges et de ses tactiques s'est émoussée. C’est seulement ainsi qu’on pourrait espérer le voir, peut-être, un jour (?), évoluer favorablement. À vrai dire, cela n’arrive presque jamais. » (extrait du blog: http://profil-pervers-narcissique.blogspot.com)

Dans tous les cas, il est certain qu'un conjoint ne peut en aucun cas parvenir à faire changer un pervers narcissique, quels que soient les souffrances exprimées, les efforts consentis ou les explications données. Mais attention, car il saura en revanche parfaitement faire semblant de comprendre et de s’amender pour renforcer son pouvoir sur l’autre.

La fuite comme seule solution

Se révolter, combattre et partir, pour se libérer. C’est la seule solution face à la douleur et la culpabilité que ressent la victime du pervers narcissique.

Mais la fuite ne sera que la première étape d'un long parcours douloureux, car le pervers est incapable d'abandonner sa victime. Même partie, il poursuivra son travail de "torpillage psychique" par des appels téléphoniques humiliants, vexants, par des menaces, du chantage…

Comment se protéger

L’isolement est la première des choses à rompre. C’est par le lien avec autrui que la victime parviendra à remettre du sens dans sa situation, et qu’elle pourra progressivement prendre du recul sur les agissements de son conjoint.

Lire des témoignages de victimes, des articles sur le comportement des pervers narcissiques, consulter des blog, s’inscrire sur des forums… ces actions permettront de bien cerner celui à qui la victime a à faire, d’anticiper ses réactions et, progressivement, de s’en protéger.

Comme nous l’avons dit plus haut, la fuite est la solution la plus adaptée. Mais pour se sortir des griffes d’un tel individu, la victime devra veiller à être la plus indépendante possible, car le pervers utilisera tous les moyens possibles pour faire pression sur elle, pour l’affaiblir, la blesser, la mettre en danger, cela afin de se sentir supérieur, de lui faire ressentir qu’elle ne peut s’en sortir sans lui et enfin qu’elle revienne.

En cas de menaces directes, le recours aux forces de police sera une aide précieuse, notamment parce qu’il posera un "autre" entre le pervers et sa victime et, surtout, un autre qui dispose d’une force qui peut contraindre le pervers.

Enfin, la nécessité d’une prise en charge thérapeutique est indéniable. Ce n’est qu’au travers d’un long travail sur soi que la victime parviendra à comprendre les mécanismes pervers qui l’ont conduite à se trouver dans une telle situation et à avoir accepté de subir autant de souffrances.

Contacts :

Association d’aide aux victimes de violences psychologiques

Aide aux victimes de violences psychologiques et harcèlement moral dans la vie privée ou professionnelle : 06.85.58.64.32

SOS Femmes

Portail du gouvernement : "La lutte contre les violences faites aux femmes"