Aujourd’hui, inscrire la construction de sa maison dans une démarche écologique est une évidence. Pourtant, avec l’amoncellement d’informations qui inondent les sites Internet, les journaux ou les reportages télévisés à propos des constructions écologiques, il est souvent difficile de s’y retrouver et de faire les bons choix.

Il n’existe pas de solution unique pour concevoir un habitat écologique mais plutôt une multitudes de solutions, certaines à la pointe de la technologie, d’autres plus anciennes que l’on redécouvre.

Définition d'une maison écologique

Une maison écologique est un habitat dont la conception, la construction et le fonctionnement visent à consommer le moins d'énergie polluante possible afin de réduire significativement les gaz à effet de serre ainsi que les déchets des centrales nucléaires, donc de réduire la pollution de la planète. Une maison écologique, c’est aussi une maison qui est construite avec des matériaux sains, fabriqués dans le respect de l’environnement.

Le mode de vie des habitants d’une maison écologique

Une maison écologique ne peut fonctionner que si ses habitants inscrivent leur mode de vie et leurs habitudes quotidiennes dans une démarche écologique globale.

A quoi sert l’installation d’une pompe à chaleur si l’intérieur de la maison est chauffé à 26°C, n’est-il pas plus simple de mettre un pull en hiver?

A quoi sert le recyclage de l’eau de pluie si on prend un bain tous les jours?

Le lieu et l’orientation d’une maison écologique

On construit une maison en fonction de son environnement: c’est la maison qui s’adapte au site et au climat et non l’inverse, c’est ce que l’on appelle l’architecture bioclimatique.

L’ensoleillement, les températures, les vents dominants ou la nature du sol sont autant d’informations qu’il faut recueillir pour déterminer l’implantation de la maison.

  • L’orientation des fenêtres: de manière générale, c’est la façade sud qui reçoit le maximum de rayonnement solaire en hiver. En revanche, ce sont les façades ouest et est ainsi que la toiture qui reçoivent le maximum de rayonnement solaire en été. On a donc intérêt à augmenter les surfaces vitrées au Sud pour apporter de la chaleur en hiver et à diminuer celles à l’ouest et à l’est pour éviter les surchauffes de la maison en été.
  • l’orientation des pièces: au nord, on disposera prioritairement les espaces non chauffés et utilisés de manière irrégulière (garage, cellier, atelier, sanitaire, buanderie). Au sud, on disposera les pièces à vivre souvent utilisées et qui demandent à être chauffées suffisamment (séjour, cuisine, salon). A l’est et à l’ouest, on disposera les pièces qui demandent à être tempérées, comme les chambres à coucher.

Les matériaux d’une maison écologique: ceux à utiliser, ceux à proscrire

Construire une maison écologique c’est utiliser des matériaux de construction qui respectent l’environnement et la santé de ses habitants. Leur mode de production et notamment l’énergie grise, polluante, utilisée pour leur fabrication est bien entendu prise en compte. Les matériaux naturels émettent évidemment moins d’énergie grise que ceux qui sont produits de manière industrielle.

Pour les fenêtres:

  • Le PVC: bien qu’il s’agisse d’un matériaux très isolant, il est préférable de ne pas utiliser le PVC : le C signifiant chlore, son mode de fabrication n'est donc pas très écologique!
  • L’aluminium: c'est un matériau à éviter car il provoque une déperdition thermique trop importante.
  • Le bois: il est préférable et recommandé. Attention à l’entretien régulier à faire.
Pour les murs extérieurs :

  • Le béton et la brique: la fabrication de ces matériaux nécessite des temps de cuisson important qui entraînent l’émission de beaucoup de CO2 (500 kg de CO2 par m2 de béton construit), ce qui n’est pas du tout écologique.
  • Le bois: c’est un matériau qui stocke le CO2 dans ses fibres (moins de 150 kg de CO2 pour 1m2 construit), il est donc très écologique. Attention cependant à sa faible inertie thermique: il faut impérativement bien isoler un mur en bois pour éviter les surchauffes des volumes intérieurs en été.
  • Les pierres naturelles en monomur, isolantes: elles sont idéales dans la construction écologique; du fait de leur forte inertie thermique, elles assurent un confort thermique en hiver comme en été.
  • La toiture végétalisée: un véritable plus dans la maison écologique, elle assure la gestion de l’humidité de la toiture.

L’isolation thermique d’une maison écologique

Il est indispensable de mettre en place une isolation performante qui supprimera les ponts thermiques et permettra donc de moins chauffer en hiver et de garder la fraîcheur en été. L’isolation par l’extérieur de la maison est devenue aujourd’hui une obligation. Il est souhaitable d’utiliser les nouveaux matériaux d’isolation tel que le chanvre, la laine de mouton ou la fibre de bois.

La ventilation d’une maison écologique

Fonction bien souvent méconnue dans la maison, la ventilation est un équipement à ne surtout pas négliger dans la construction, car elle assure la santé des habitants, la performance énergétique et la durabilité du bâti.

La ventilation consiste en un renouvellement de l’air régulier afin de limiter la pollution ambiante. Aujourd’hui, la ventilation permet également de conserver la chaleur de la maison tout en régénérant l’air. C’est le principe de la VMC double flux qui permet de régénérer le volume total de l’air d’une pièce en 1h tout en récupérant 90% de la chaleur de l’air sortant.

Le chauffage d’une maison écologique

La création de chaleur sans pollution peut se faire par le biais d’un système de chauffage écologique tel que les pompes à chaleur, la géothermie, la chaudière à gaz à condensation. Attention, si toute la démarche en amont est négligée (matériaux orientation, isolation, ventilation), la production de chaleur ne pourra pas pallier aux erreurs de conception du départ.

La création d’eau chaude dans une maison écologique

Pour faire des économies d’électricité, en évitant l’installation d’un chauffe-eau traditionnel, on peut préférer la pose d’un chauffe-eau solaire. Dans un capteur situé sur le toit, plein sud, circule un fluide caloporteur qui s’échauffe grâce aux rayons du soleil. Ce liquide une fois réchauffé va passer dans un échangeur situé dans le ballon de stockage qui chauffe de manière écologique l’eau. Ainsi, il y a toujours de l’eau chaude à disposition.

La production de l’électricité dans une maison écologique: le photovoltaïque et ses limites

Le rendement faible dans les régions peu ensoleillées et le coût à l’achat qui reste exorbitant font que l’investissement dans des panneaux solaires n’est pas forcément des plus judicieux. L’installation de ce système est à étudier avant de faire quoique ce soit: le mieux est de passer par un bureau d’études spécialisé dans les «fluides» qui fera une simulation des gains énergétiques réels et le bilan du retour sur investissement.

Le recyclage de l’eau dans la maison écologique

Le recyclage de l’eau dans une maison écolo peut se faire par l’installation d’une simple cuve de récupération d’eau de pluie qui peut servir directement à l’arrosage du jardin ou être filtrée et utilisée pour l’alimentation des toilettes ou de la machine à laver.