C'est une pratique très répandue. En 2008, l'Institut Josephson a interrogé près de 30.000 lycéens américains : 64% ont admis avoir triché lors d'un contrôle au cours de l'année. Selon certaines estimations, le chiffre s'élèverait même à plus de 75%.

En Europe également, la tricherie, et notamment le plagiat, est devenue un sérieux problème. La revue catalane en ligne Digithum déclare : « Les sites web qui vendent des dissertations, mémoires et des thèses comme des marchandises prêtes à l'emploi sont un phénomène nouveau et de plus en plus inquiétant. » Mais pourquoi la tricherie a pris une telle ampleur ?

Les causes de la tricherie

Les causes de la tricherie sont nombreuses. En voici quelques unes.

La diminution de bonnes valeurs

« D'après de nombreux professionnels de l'éducation, l'augmentation de la tricherie est liée à une diminution des valeurs due à la culture du moi » signale l'American School Board Journal. Même des parents ont attrapé le « virus ». Ils tiennent tellement à voir leurs enfants « réussir » qu'ils approuvent la tricherie ou ferment les yeux sur cette conduite, ce qui affaiblit davantage encore les valeurs de leurs enfants.

La course aux bonnes notes

Selon Donald Mcabe, fondateur du Centre international pour l'honnêteté scolaire, les tricheurs pensent qu'être honnêtes les pénaliserait par rapport à ceux qui trichent sans se faire prendre.

Les nouvelles technologies

La technologie moderne permet de tricher plus facilement et avec des moyens plus sophistiqués. Les élèves peuvent télécharger sur Internet des dissertations ou des réponses à leurs devoirs et les transmettre à leurs camarades. Peur se font prendre, ce qui encourage les autres à les imiter.

Les mauvais exemples des adultes

La tricherie est devenue courante chez les adultes : dans le monde des affaires, de la politique, du sport et même au foyer, où des parents remplissent de fausses déclarations d'impôts ou assurances. « Quand ceux qui incarnent l'autorité ou qui sont des références trichent, explique David Callahan, auteur de La culture de la tricherie (angl.), ils envoient aux jeunes ce message : il n'y a rien de mal ».

Et si l'on choisissait de ne pas tricher...

Réfléchissez : quel est le but de l'instruction ? N'est-ce pas de préparer les élèves à des futures responsabilités, telles qu'analyser et résoudre des problèmes au travail ? Ceux qui trichent régulièrement risquent de ne pas acquérir ces précieuses compétences. En fait, ils font que masquer leurs faiblesses et réduire leurs chances de réussite dans bien des domaines de la vie.

De plus, « celui qui tôt dans sa vie choisit la facilité, en trichant souvent à l'école par exemple, risque de garder cette habitude au travail » prévient M. Callahan. Un tel individu est comparable à une imitation de montre de luxe qui n'a de valeur qu'en apparence.

Bien sûr, il y a également le risque de se faire prendre et d'en subir les conséquences, qui peuvent aller de la gêne ou de la honte à l'exclusion scolaire ou à une punition encore plus sévère. Cependant, la crainte de d'être découvert ne devrait pas être la principale raison qui pousse à rester honnête. Il en existe de bien plus nobles.

Les jeunes qui font preuve de sagesse s'efforce de développer des qualités qui leur seront utiles, pas seulement lors d'examens, mais toute leur vie. C'est pourquoi ils travaillent dur à l'école et cherchent à acquérir des valeurs qui leur vaudront la reconnaissance de leur employeur, favorisent l'estime de soi et mènent à un bonheur durable.

Sources :

http://www.dissertationsgratuites.com/dissertations/La-Tricherie-En-Milieu-Scolaire/377570.html

http://www.uoc.edu/digithum/10/dt/eng/pupovac_bilic-zulle_petrovecki.pdf

http://www.asbj.com/

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Cheating_Culture