Changer de vie, tout quitter pour vivre ailleurs nécessite une bonne maîtrise des forces et faiblesses d'un tel projet, surtout si on entraîne dans notre sillage d'autres personnes.

Nous n'avons pas la prétention d'exposer des recettes ni des modes de pensées. Il s'agit d'exprimer simplement des idées, fruit d'expériences, qui ont permis de ne pas échouer dans ce type d'aventure. Ces expériences permettent d'affirmer que l'on n'emporte pas forcément ses problèmes avec soi. Mieux même, on met de la distance avec les souffrances et mauvais souvenirs grâce à un vrai dépaysement et de nouvelles rencontres. Comment se reconstruire? peut-on se reconstruire en partant loin ? Oui, absolument.

Puisse ces lignes modestement vous aider à éclairer votre réflexion.

Nous avons déjà évoqué dans l'article « Changer de vie, tout quitter pour vivre ailleurs » combien il est important :

  • d'admettre que ce n'est pas le « paradis » que l'on cherche, car il n'existe pas ( soleil et palmiers, par exemple, ne sont qu'un décor ),
  • qu'il est important de ne pas imposer à l'autre ses choix
  • qu'il faut bien se connaître et connaître ceux qui nous suivent
  • qu'il faut savoir et admettre que l'on peut échouer et s'être trompé
  • que partir n'est pas synonyme de non-retour.

Partir vivre ailleurs, ça se prépare

Pour qu'un pays, une région puisse correspondre au rêve que vous vous en faisiez, le mieux est d'abord de bien en connaître les traits essentiels avant de s'y installer En s'informant autant à distance que sur place. Rien ne vaut les sites officiels (préfecture, région, unesco, ministères...) pour avoir des informations fiables. Méfiez-vous grandement des forums dont beaucoup sont remplis de "vantards" et "donneurs de leçons", voire aussi de personnes qui inventent un peu n'importe quoi. 

Plus la destination est lointaine et « exotique », plus il est nécessaire de s'y rendre plusieurs fois au préalable et dans diverses conditions et saisons. Au moins une fois, c'est vraiment le minimum. Il est fort utile d'essayer d'y vivre quelques temps comme si vous y étiez déjà en pratiquant les commerces et marchés (les changements d'alimentation peuvent être difficiles), en utilisant les structures de services et conseils (poste, banque, chambre des métiers ou de commerce (ou équivalent), administrations. L'erreur serait de s'y rendre en s'installant 15 jours dans un hôtel restaurant !

Services médicaux et milieux scolaires seront aussi à appréhender. Il est très utile de bien s'informer également sur la vie sociale. Attention, le racisme n'est pas toujours là où on pourrait le croire. La discrimination non plus. 

Ces séjours sont l'occasion d'analyser en profondeur le marché et la « concurrence » si vous avez un projet professionnel précis à construire. Et d'apprécier comment votre installation peut être perçue par la "concurrence" éventuelle. 

Tout quitter, mais prendre quelques précautions

Partir vers l'inconnu nécessite un peu de prudence, car au delà de l'excitation que cela peut susciter, de nombreuses déconvenues sont susceptibles de transformer le rêve en cauchemar.

S'il est primordial de préparer une réserve financière pour s'installer ailleurs, il est surtout très utile de ne pas tout investir dans ce projet. Une bonne idée consiste à garder des fonds placés en France métropolitaine pendant quelques temps.

De même, s'assurer quelques arrières pour un éventuel repli est une excellente stratégie : il peut s'agir pour le travail de prendre un congé sabbatique par exemple et, pour les biens personnels, de les placer quelques temps chez des amis ou en garde-meuble… au cas où !

Pour changer de vie, changez de meubles !

Vouloir tout emmener avec soi est un mauvais choix pour diverses raisons :

  • C'est très onéreux s'il faut utiliser le transit maritime ; il peut être plus judicieux de racheter le nécessaire sur place. La disparition des biens n'est pas à exclure (vol, égarement... et même disparition !). 
  • Emporter des biens de valeur peut s'avérer un mauvais plan car, dans certaines contrées, vous allez susciter la convoitise de nombreuses personnes.
  • Beaucoup d'objets supportent mal certains changements climatiques (notamment le chaud humide). C'est le cas des meubles cirés, mobiliers en placage, livres anciens, tableaux et cadres en plâtre et à dorures, objet marquetés notamment.
  • Divers équipements électroménagers ne sont pas conçus aux mêmes normes en climat plus chaud ou plus froid, pour des questions d'efficacité. C'est le cas des réfrigérateurs t des congélateurs qui sous les tropiques sont totalement inefficace et "gourmands".
  • Enfin, si l'on souhaite changer de vie, reconstituer son « chez-soi » ailleurs n'est pas la meilleure solution.
Par contre, il est important de garder avec soi ce que vous avez de plus précieux, sentimentalement parlant. Partir ailleurs est un événement fort et durable. Il est judicieux de ne pas tout rompre sous peine d'une désorientation qui peut s'avérer perturbante voire traumatisante.

Enfin, sachez que dans de nombreux pays, l'outillage coûte très cher, est peu varié et difficile à trouver. Aussi, tout ce qui permet de restaurer, entretenir, construire, que ce soit pour une maison, une voiture, un bateau ou un jardin est généralement ce qu'il y a de plus précieux à emporter.

Vivre loin de son pays d'origine

Ailleurs, il y a des gens qui ne pensent pas comme nous ou/et n'ont pas forcément le même besoin d'évasion que nous. Rien n'autorise à penser que nous y sommes vraiment bienvenus. Ainsi faut-il d'emblée accepter d'être un étranger dans un nouveau lieu et un novice dans un nouveau job. Savoir donner du temps au temps est sage.

Arriver avec des compétences et des savoirs ne change pas forcément grand-chose. S'imaginer que l'on va être accueilli à bras ouverts peut être perçu localement comme une forme de néo-colonialisme et entraîner jalousie, mépris, tentative d'arnaque (puisque vous êtes perçu automatiquement comme ayant de l'argent). Sourire, simplicité, discrétion, partage, persévérance peuvent être de bons remèdes.

Mais, l'éloignement a souvent une vertu, celle d'apprendre à mieux aimer notre pays ou notre région d'origine, même si l'on n'éprouve plus l'envie d'y revenir.

À lire également du même auteur :

Par camion ou container, réussir un déménagement