Henri Wallon, docteur en médecine et en philosophie, spécialisé en neurophysiologie, considère, dans l’explication du développement de l’enfant, trois causalités: génétique, organique et sociale. Il distingue alors six stades qui prennent en compte ces trois facteurs. Pour Wallon, c’est la structure du comportement qui détermine les stades, et non le déplacement de la zone érogène, selon la théorie de Freud.

Stade de l’impulsivité motrice

Même si les stades ne se succèdent pas avec des limites nettes, Wallon indique que le stade de l’impulsivité motrice dure de la naissance à un mois environ. Durant cette période, les rapports de nourrisson sont vers le monde biologique: il obéit à ses besoins physiologiques. L’enfant exprime sa faim notamment, par des mouvements, des spasmes. Se sont des gestes impulsifs sans but réels ni coordination, qui caractérisent ce stade.

Stade émotionnel

D'un mois à un an environ, l’enfant aborde le stade émotionnel. Cette période correspond aux rapports de l’enfant vers le monde extérieur: il obéit à ses besoins affectifs. Pour Wallon, ce stade est une période de symbiose affective de l’enfant avec son entourage. Il expérimente des mimiques ou des grimaces, qui sont de plus en plus différenciées, pour créer un échange relationnel et émotionnel avec ses proches. L’enfant exprime alors sa joie, son chagrin, sa douleur ou encore sa colère.

Stade sensori-moteur

Le stade sensori-moteur, de 1 à 3 ans, est caractérisé par les besoins de l’enfant à découvrir le monde extérieur. Les progrès de la perception sensorielle permettent à l’enfant l’apprentissage du langage, de la vie en société, des règles, etc. C’est l’âge de la découverte de soi et de soi avec les autres. De même, les progrès dans la motricité (perfection de la marche et précision des mouvements), autorisent l’enfant à faire de nombreuses expériences, toujours plus variées: découverte des couleurs, des sons, des odeurs, etc. L’enfant développe alors son intelligence pratique et son intelligence des situations.

Stade de personnalisme

Durant le stade de personnalisme, de 3 ans à 6 ans, l’enfant exprime ses besoins affectifs aux personnes qui l’entourent. Il affine ses relations avec ses parents et ses enseignants en jouant volontairement sur l’affectif: selon la personne à qui il s’adresse, l’enfant découvre qu’il peut adapter son comportement pour répondre à ses besoins affectifs. Cette période est une crise où l’enfant alterne entre opposition pour se différencier (début de l’affirmation de soi) et imitation (à visée sociale et affective) de l’adulte, qui représente un modèle à suivre pour l’enfant.

Stade catégoriel

De 6 à 11 ans, l’enfant obéit à des besoins intellectuels. Son attention est tournée vers le monde extérieur, afin d’enrichir son intelligence et sa mémoire. L’enfant exprime alors son désir de vivre en société à travers la scolarité et les activités extra scolaires (musique, sport, voyages…). Toutes ces expériences vont permettre à l’enfant de développer ses capacités intellectuelles, afin d’acquérir ensuite la pensée abstraite.

Stade de l’adolescence

Le stade de l’adolescence (11 ans à 20 ans), est une période où réapparaissent les besoins affectifs. Il s’agit d’une crise qui a une dynamique différenciatrice: l’adolescent doit se construire seul et trouver des valeurs psychologiques et sociales, qui lui sont propres et qui feront de lui un adulte. Cette période permet donc l’acquisition d’une grande autonomie, tant sur le plan social que sur le plan affectif.