Le réseautage social a un prix, celui du contrôle de votre vie privée. Prendre de mauvaises décisions, parler à tort et à travers, pourrait affecter votre capacité à obtenir un emploi, une promotion, un prêt bancaire ou même un jugement de divorce favorable.

La mémoire infaillible des réseaux sociaux

Les paroles s'envolent mais les écrits restent, ce proverbe français n'a peut être jamais eu autant de sens. Internet est un vaste lieu de traçabilité, d'enregistrements d'éléments d'une vie privée, devenue vie publique, qui demeureront inscrits dans une mémoire permanente.

Beaucoup pensent que les échanges via les réseaux sociaux avec des «amis» sont privés, que l'on peut tout dire, c'est une grave erreur. Licenciements, candidatures évincées, réputation altérée, sont là pour rappeler le contraire. Les écrits sur internet ne sont ni impunis ni non-sanctionnables. Tout ce que vous mettez en ligne a de grandes chances de s'y retrouver pour toujours... et revenir ainsi vous hanter, a déclaré Parry Aftab, un expert en sécurité internet. Par la nature même d'Internet, les usagers pensent pouvoir dire et faire à peu près tout ce qu'ils veulent, c'est sans compter les représailles.

Internet peut être un formidable outil pour booster sa carrière, mais un seul faux pas et le château de cartes peut s'écrouler...

Recrutement et e-réputation, un impact voué à évoluer

Selon une enquête menée par Microsoft , 69% des Français prennent en compte leur e-réputation, notamment vis-à-vis des recruteurs. Les professionnels des ressources humaines déclarent avoir écarté 14% des candidats à cause de leur réputation en ligne. Le pourcentage apparaît faible pour l'instant, car ce type de renseignements n'est pas encore intégré dans l'évaluation des candidats. Aux Etats-Unis, 79% des recruteurs prennent en compte ces données, contre 23% en France. L'enquête révèle que les professionnels des RH estiment que le critère de réputation en ligne sera de plus en plus intégré dans l'évaluation d'un candidat d'ici cinq ans.

Des échanges sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter, etc..) mènent à des licenciements

Très récemment, des salariées de l’association SOS Femmes Dordogne ont été licenciées pour «propos injurieux, diffamatoires et menaçants» sur leurs pages Facebook.

Rappelons cette affaire où trois salariés d’une entreprise à Boulogne-Billancourt avaient été licenciés suite à une discussion sur Facebook.

L'affaire Cisco Fatty a fait le tour du monde: une future employée de Cisco publiait un message négatif sur son nouvel emploi sur Twitter. Le tweet repéré très rapidement par le directeur du recrutement chez Cisco a fait l'objet d'une réponse... rapide. Malgré une réaction immédiate de Fatty, le moteur de recherche de Twitter délivrait encore et encore l'information, pendant quelques heures.

Que dire également d'un salarié en arrêt maladie, dont on retrouve la photo au sein des réseaux sociaux à la plage, avec bonne mine et sourire aux lèvres? Ou qui fait preuve d'une grande activité sur Internet alors qu'il est sensé être souffrant et être dans l'incapacité de travailler?

Comment surveiller son e-réputation, sa réputation en ligne?

 Une première démarche rapide et facile est de taper son nom et son prénom dans les moteurs de recherche, notamment Google. La deuxième est de mettre en place une veille grâce au service Google alerte http://www.google.fr/alerts sur vos noms et prénoms, sur tous les types et tous les résultats, une fois par jour. Vous recevrez ainsi journellement des informations relatives à ce nom et prénom, qui peut être bien sûr un homonyme, mais la teneur vous dira s'il s'agit de vous.

Backtype est un outil en ligne permettant de mesure l'impact social d'un lien internet. Il offre aussi des services intéressants tels que des :

  • alertes sur un terme recherché mentionné dans un commentaire,
  • recherches de « links Twitter », ce service offre une vision globale sur la façon dont vos contenus sont partagés sur Twitter.

L'impact des réseaux sociaux sur la vie privée

Aux Etats-Unis, pour les cabinets d'avocats spécialisés dans les divorces, le réseautage social est la meilleure chose qui leur soit arrivée. Sans compter les nombreuses informations qu'ils pourront utiliser dans le cadre de leurs affaires.

Plus discrètement, sans vraiment l'avouer, ce sont les banques américaines qui utilisent les données comportementales, l'identité en ligne des demandeurs de crédits pour favoriser ou rejeter un crédit.

D'autres, toujours aux Etats Unis se sont vus refuser une entrée en université à cause d'une réputation en ligne détruite.

Protéger sa réputation en ligne

Voici quelques conseils simples pour préserver votre identité en ligne:
  • Définissez vos paramètres de confidentialité et vérifiez-les périodiquement.
  • Vérifiez si vous avez été nommé ou identifié sur une photo.
  • Faites attention à plus de détachement; l'exploration de données est omniprésente.
  • Soyez conscient que la participation aux jeux en ligne pourrait rendre vos données personnelles propices à l'observation en ligne de vos informations.
  • Evitez de mettre vos données personnelles sur un nouveau site qui peut ne être fiable en matière de sécurité et de confidentialité des données.

L'expansion des gestionnaires de réputation en ligne pour particuliers, marques et entreprises

Ce manque de confidentialité, cet étalement de la vie privée à la merci des moteurs de recherches fait le bonheur d'un métier en expansion: les défenseurs de réputation. Ces cabinets spécialisés œuvrent généralement pour les entreprises et les marques mais de plus en plus à la demande de particuliers. D'ailleurs, ce marché est une niche si fertile qu'aux Etats-Unis en tout cas, de nombreuses entreprises proposent d'améliorer l'identité en ligne des particuliers. Le coût mensuel du service pour un particulier ou une petite entreprise varie entre 10 et 70€ allant jusqu'à 180.000€ pour une grande entreprise. Le marché est juteux, surtout lorsque l'on considère qu'il faut environ six mois pour rétablir une réputation...

L'usage raisonné de ce type de medium peut favoriser la communication, surtout chez les personnes malaisées dans les relations interpersonnelles et les rencontres entre les personnes isolées.Toutefois, il convient de prendre en compte leurs dérives possibles, d'en mesurer l'impact pour se protéger. Les épanchements par écrits, les verves devenues publiques peuvent avoir des conséquences souvent non mesurées et douloureuses.

A lire: 12 outils pour maîtriser sa réputation en ligne

Mashable, 10 people Who Lost Jobs Over Social Media Mistakes