Souccot, également orthographiée Soukkot, est la « fête des cabanes » ou « fête des tentes », célébrée le 15 du mois de Tichri dans le calendrier hébraïque. Elle dure 6 jours, dont les deux premiers chômés, et sera célébrée en 2014 (an 5775 du calendrier hébraïque) à partir du mercredi 8 octobre au soir.

Cette fête est la troisième des fêtes juives après Rosh Hashanah, la nouvelle année, le 24 septembre, et Yom Kippour, le Grand Pardon, qui débute le vendredi 3 octobre au soir.

Historique de Souccot, fête des cabanes

« Vous habiterez sept jours sous des huttes (Soukkot). Tous les citoyens d’Israël habiteront sous des huttes afin que vos descendants sachent que j’ai fait habiter sous des huttes des Israëlites quand je les ai fait sortir du pays d’Egypte. Je suis le Seigneur votre Dieu ». (Lv 23,42-43)

Après la sortie d’Egypte guidé par Moïse, le peuple juif erre 40 années dans le désert. Dieu le protège de colonnes de feu la nuit, et de nuées le jour.

La fête de Souccot est la traduction de cette protection divine : la vie sur terre n’est qu’un épisode de l’âme, il faut s’en remettre à Dieu avec confiance et abandon pour obtenir sa protection, et les biens matériels ne sont accordés que par le Créateur.

Souccot a aussi une signification agricole, elle glorifie Dieu pour les récoltes de l’année écoulée : « Tu observeras la fête de la Moisson, des prémices de tes travaux de semailles dans les champs, et la fête de la Récolte en fin d ‘année, quand tu rentreras des champs le fruit de tes travaux ».

Les rites de Souccot

  • la Soucca :
La Torah prescrit de construire des cabanes de bois et de feuillages, en signe de confiance en Dieu et d’indifférence au confort matériel, et d’y habiter durant les 7 jours pendant Souccot, sauf cas de force majeure (maladie ou crainte du froid).

Dès la fin de Yom Kippour, la Soucca sera construite selon des règles et des proportions précises (le toit est un élément majeur, on doit pouvoir voir le ciel à travers les feuillages), et décorée.

L’esprit de fête et la joie doivent présider à cette célébration : il s’agit d’une des fêtes les plus joyeuses de la tradition juive, également appelée « Epoque du Réjouissement » dans la prière.

S’il n’est pas possible d’habiter cette cabane, il faut au moins y prendre ses repas, ou au moins y consommer le pain. On s’efforcera aussi d’y étudier la Torah.

A défaut de véritable habitation, il est possible d’improviser une cabane symbolique sur le balcon ou dans tout lieu à ciel ouvert. Le repas s’accompagnera d’une bénédiction « leychev bassouca ». Le tout premier repas devra obligatoirement comporter du pain, et 4 bénédictions.

  • le Loulav :
Il s’agit du rituel dit « des 4 espèces », représentées par le saule, la myrte, la palme de dattier et le cédrat, symboles des quatre caractères de l’ensemble des membres du Peuple d’Israël, et aussi de l’étude de la Torah.

Tous les jours de la fête sauf le jour de Shabbat, ces quatre végétaux, rassemblés en bouquet, seront agités dans les quatre directions et du haut vers le bas, pour marquer la présence de Dieu. Cette cérémonie sera accompagnée de bénédictions et prières bien spécifiques.

Comme Pessah, fête de la Pâque juive, dont la Hagada, rituel de transmission orale aux enfants est un élément majeur, Souccot, par la construction de la Soucca, se veut également source de transmission des bienfaits de Dieu aux plus jeunes. Comme pour la Pâque, il est d’usage de laisser un siège vide pour le prophète Elie.

A découvrir

Rosh Hashanah, le nouvel an juif

Yom Kippour, le Grand Pardon

Hanoucca, la Fête des Lumières

Pessah, fête de la Pâque juive

Rites de Chavouot, la fête des semaines

le Shabbat