Pour soigner son enfant sans recourir à la chimie, il existe plusieurs méthodes naturelles. Laquelle choisir? Quels peuvent être les dangers?

L'homéopathie: une valeur sûre

Le principe de l'homéopathie est de stimuler les mécanismes de défense en administrant au patient des doses infimes de substances, donc très fortement diluées. Elle repose sur le principe de similitude, c'est-à-dire administrer la même substance qui, à forte dose, provoque le mal fortement dilué pour guérir.

Autre principe de base, le traitement est fonction des symptômes ressentis par le malade et non en fonction de la maladie. Ceci explique pourquoi pour une même pathologie, le traitement peut être diffférent. De plus, le malade est appréhendé dans sa globalité et pas seulement en fonction du mal ressenti à un moment; c'est donc l'organisme dans son ensemble qui est traité, à titre curatif, mais aussi préventif. À souligner enfin que les effets secondaires sont inexistants, ce qui rend cette méthode particulièrement adaptée aux enfants. Cependant, il peut arriver qu'un individu ne soit pas sensible à cette méthode en ne réagisssant pas aux faibles doses.

  • Quelle utilisation chez l'enfant?
Dès la naissance, le nourrisson peut recevoir des granules ou des globules dilués dans un peu d'eau et administrés dans une petite cuillère plutôt qu'au biberon pour que le remède ne fasse pas que transiter dans la bouche. D'autres modes d'administration existent: suppositoires, pommades, crèmes, gouttes.

  • Que peut soigner l'homéopathie chez l'enfant?
La plupart des petits maux peuvent être traités: bosses, rhumes, troubles légers du sommeil, infections à répétition (rhinopharyngites, otites...), les problèmes de peau, les troubles digestifs, les douleurs liées aux poussées dentaires.

L'usage de l'homéopathie peut se faire en automédication, mais il est préférable de consulter un médecin si l'état de santé ne s'améliore pas en 48 heures.

La phytothérapie: une méthode ancestrale

La phytothérapie, c'est l'art de se soigner par les plantes sous différentes formes: infusions, décoctions... Les plantes renferment des principes actifs qui agissent en synergie.

  • Quelle utilisation chez l'enfant?
Il faut noter que la phytothérapie est fortement déconseillée chez les enfants, et particulièrement pour les moins de 6 mois. En effet, pour la plupart des plantes, il vaut mieux éviter de les administrer aux moins de 12 ans, car il n'y a pas eu d'études sur leur action sur les plus jeunes. Il existe cependant une liste de plantes qui peuvent être administrées à l'enfant de plus de 30 mois, liste établie par le cahier de l'Agence du médicament. Mais l'administration ne doit pas se faire en automédication, en particulier dans les maux de ventre.

  • Quels maux peut traiter la phytothérapie?
Les troubles mineurs du sommeil peuvent être traités avec des sirops à base de plantes, notamment la passiflore, de même la constipation peut être traitée avec des infusions à base de mauve et de mélisse, chez les enfants à partir de 30 mois.

Les probiotiques: pour booster l'immunité

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants présents dans la flore intestinale. S'ils sont ingérés en quantité suffisante, ils permettent de développer la flore intestinale ce qui assure, non seulement un bon transit, mais aussi une barrière à la prolifération des bactéries néfastes et donc elle permet de lutter contre les agressions extérieures.

  • Quelle utilisation chez l'enfant?
À l'entrée de l'hiver, pour renforcer la flore intestinale et donc empêcher les mauvaises bactéries de colonniser et donc perturber le système innunitaire, une cure de probiotiques de 3 mois pourra s'avérer efficace.

Les huiles essentielles: controversées chez l'enfant

Les huiles essentielles, obtenues à partir de techniques d'extraction complexes, sont très concentrées en principes actifs, quelques gouttes sont donc suffisantes. Elles peuvent être appliquées directement sur la peau, elles peuvent être mélangées à une base comme l'huile végétale d'amande douce, elles peuvent être avalées sur un comprimé neutre, elles peuvent être inhalées sur un mouchoir, ou bien mélangées à l'eau du bain. Elles peuvent soigner des petits maux tels que les problèmes de rétention d'eau, de digestion...

  • Quelle utilisation chez l'enfant?
En fait, vu l'insuffisance d'études et l'absence de réglementation, la plus grande précaution s'impose. Il ne faut donc pas les administrer aux enfants, en particulier de moins de 12 ans. Une mauvaise utilisation peut avoir des conséquences graves: convulsions, lésions cutanées, douleurs abdominales... Le problème avec les huiles essentielles est que le personnel médical et pharmaceutique n'est pas assez formé, il ne sait donc pas toujours bien les utiliser, encore moins chez les enfants. Mieux vaut donc être prudent avec les huiles essentielles.

Les Fleurs de Bach: pour aider à gérer les émotions

Ce sont des essences florales, 100% naturelles, mises au point en 1930 par le docteur Edward Bach. Au total, 38 essences à base de plantes et de fleurs sauvages qui aident à mieux gérer le stress, la peur, la colère, la tristesse... en particulier chez l'enfant et le bébé. En fait, chaque fleur correspond à un état émotionnel spécifique.

  • Quelle utilisation chez l'enfant?
Chez un enfant de moins de 12 ans, elles s'administrent à raison de 2 gouttes de la fleur choisie diluées dans un petit verre d'eau, de jus de fruit, de lait, 4 fois par jour en cure de 3 semaines. Pour les plus de 12 ans, les essences florales peuvent être versées pures sur la langue ou appliquées derrière les oreilles, sur les tempes ou les poignets.

Le mimulus traite les peurs bien définies (peur du noir, des animaux, de la mort…), le vervain calme l'hyperactivité, le Cherry plum, le pipi au lit, etc.

Voir tous les articles du même auteur