Le chanteur américain interprète de "San Francisco (Be Sure to Wear Flowers in Your Hair)", l'hymne non-officiel de la contreculture dans les années 1960, est mort à l'âge de 73 ans. Scott McKenzie vient en effet de mourir, non pas à Frisco, mais à Los Angeles, le 18 août ; il n'avait eu qu'un seul hit international... mais quel succès ! Preuve qu'il était connu : même jean-Pierre Pernault en a parlé (37 secondes dans son journal de 13 heures).

1967

Cette année-là, John Philips (des Mama's and Papa's) organise le festival de Monterey, qui est, historiquement, le premier grand festival de pop music, bien avant ceux de Wight et Woodstock. Afin de rassurer les populations de cette bourgade de Californie qui va voir déferler des milliers de hippies, Philips se met en tête de composer un hymne à la paix, l'amour et la non-violence. Le titre est composé et enregistré en seulement 36 heures par Scott McKenzie, jeune Américain d'origines écossaise, irlandaise et anglaise qui se nomme en réalité Philip Wallach Blondheim ; il a déjà connu un succès relatif au sein du groupe de folk the Journeymen avec "500 Miles", VO de "J'entends siffler le train". "San Francisco » devient le tube de l'été1967, l’hymne du mouvement hippie, prêchant la non-violence, l'amour, les cheveux longs et les fleurs.

La consécration

Le titre est n°4 aux Etats-Unis et n°1 en Angleterre, dans sa version originale par Scott McKenzie. Il semble certain qu'il en sera de même en France, et Johnny Hallyday s’en empare. Dans la foulée, l'Idole se laisse pousser les cheveux, porte des vêtements hippies, et enregistre un titre intitulé « Fleurs D'Amour Et D'Amitié».

Johnny, une fois de plus, controversé

Bien sûr, ses détracteurs ne se gênent pas pour lui reprocher de prêcher, la même année, la violence (« Les Coups », « L’Histoire de Bonnie et Clyde ») et la non-violence. Car "San Francisco" n’est pas le titre idéal pour quelqu'un comme lui, au contraire, plutôt bagarreur : Pourquoi t’es-tu habillé en hippie ? lui demande Claude Fléouter (Rock & Folk n°12). Réponse de l'Idole : parce que si ce n’était pas moi, c’est un autre qui l’aurait fait.

Que devint McKenzie ?

Quant à Scott McKenzie, il est resté fidèle, lui, aux chansons douces et tendres. Il a notamment adapté en anglais « La Poupée Qui Fait Non »de notre beatnick français d’alors, le chevelu Michel Polnareff, sous le titre simplifié « No, No, No » En 1988, McKenzie a également coécrit avec Phillips, Mike Love et Terry Melcher le tube des Beach Boys "Kokomo". Scott a passé la majeure partie des années 1990 en tournée avec The Mama's and the Papa's. Le groupe a cessé d'exister après le départ de tous ses membres originels.

Les derniers temps...

Scott avait été très malade récemment et est mort à son domicile, après deux semaines passées à l'hôpital. Scott alternait les allers-retours à l'hôpital depuis 2010, atteint par le syndrome de Guillain-Barré, une maladie qui affecte le système nerveux. On pense qu'il a eu une attaque cardiaque au début du mois d'août.