Les apparitions publiques de cet homme-clé de la culture et de la mode sont trop rares pour manquer « La conversation avec Pierre Bergé » organisée à Lyon le 25 octobre (1), par l’Université de la Mode. Orchestrée en trois temps par Nadine Gelas, vice-présidente du Grand-Lyon, Martine Villelongue, directrice de l’Université de la Mode, et Jean-Jacques Brivet, délégué général de Mode-Habillement Rhône-Alpes, cette conférence de rentrée met l’accent sur un grand chef d’entreprises, doublé d’un homme de passions et d’engagements (2).

Directeur de revue littéraire à 19 ans

Passionné d’art et de littérature, Pierre Bergé a 18 ans lorsqu’il quitte son île natale d’Oléron pour s’installer en 1948, à Paris où il écrit plusieurs essais sur Jean Anouilh, Francis Carco et Pierre Mac Orlan. Les signatures d’Albert Camus, Jean-Paul Sartre, André Breton et Raymond Queneau font la renommée de La Patrie Mondiale, revue fondée dès 1949, par cet intime de Jean Cocteau, Bernard Buffet et Jean Giono dont il devient le secrétaire.

Autre rencontre déterminante, celle de Marie-Louise Bousquet l’amène à faire la connaissance d’Yves Saint-Laurent dès 1958. Avec sa collection Trapèze, réalisée pour la Maison Dior, le créateur révolutionne déjà le monde de la Haute-Couture. Aussi, dès qu’Yves Saint-Laurent décide de quitter l’illustre Maison de l’Avenue Montaigne, Pierre Bergé trouve les capitaux nécessaires à l’ouverture de la Maison de Couture Saint-Laurent. Une Maison dont il assure a gestion durant plus de quarante ans, tout en portant un regard de mécène sur le monde de l’art.

L’âme d’un découvreur de talents

Le temps de créer en 1973, la Chambre syndicale du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode, Pierre Bergé devient président du DEFI, puis de l’Institut français de la mode qu’il a fondé en 1986. Entre-temps, ce manager esthète rachète le Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet dont les « Lundis Musicaux » se font l’écho des grandes voix de l’art lyrique et le tremplin scénique de Jessye Norman et Barbara Hendricks. Nommé en 1988 à la tête de l’Opéra de Paris qu’il préside jusqu’en 1994, ce découvreur de talents multiples allie la production de concerts et de spectacles, à l’édition : la publication en 1982, d’un livre de dessins de Jean Cocteau est suivie d’un ouvrage sur Madeline Renaud et Jean-Louis Barrault.

Auteur de l’ouvrage « Liberté, j’écris ton nom » publié en 1991 chez Grasset, Pierre Bergé est aussi le fondateur des revues Globe, Courrier International et Têtu. Aujourd’hui président du Conseil de surveillance du groupe Le Monde, le créateur du Sidaction est avant tout un homme engagé, ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco, mécène de nombreux chantiers de restauration et d’expositions dans le cadre de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent.

L’Oeil Frontière de Gisèle Freund à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent

Ouverte en prolongement de l’histoire de la Maison Yves Saint-Laurent, dont l’activité de Haute Couture a pris fin le 31 octobre 2002, la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent s’est fixé trois missions. Tout d’abord la conservation des 5000 vêtements de haute couture et des 15 000 accessoires, dessins et objets divers qui ont accompagné l’émancipation des femmes dans tous les domaines , privés, sociaux, politiques.

Le soutien d’actions éducatives et l’organisation d’expositions sur le thème de la mode, des arts plastiques et de la photo sont les deux autres objectifs de la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent. Occasion de découvrir jusqu’au 29 janvier 2012, l’exposition L’ Oeil Frontière consacrée à Gisèle Freund. Les années parisiennes de la grande photographe berlinoise, contrainte de fuir l’Allemagne en 1933, ont donné lieu à une étonnante galeries de portraits d’écrivains –Malraux, Cocteau, Colette, Zweig, Joyce- photographiés en noir et blanc puis en couleur, parmi leurs ouvrages. Une autre forme de conversation, à livres ouverts, avec des génies de la littérature.

(1) Conférence de la Mode le 25 octobre à 14H30 , Grand Amphithéâtre de l’Université Lumière 18, quai Claude Bernard 69007 Lyon. Entrée libre. Tel. 04 78 69 73 14.

(2)Sources: Dictionnaire de la Mode au XXe siècle (Editions du Regard)