Après Daisuke Matsui, premier joueur professionnel japonais à avoir signé en 2004 dans un club de Ligue 1 (Le Mans), il est temps de vous présenter son alter ego féminin, une jeune et jolie gauchère polyvalente de 1,68 m venue du pays du Soleil levant: Rumi Utsugi, la première joueuse professionnelle japonaise qui ait jamais foulé les pelouses d'un club de Division 1 féminine.

Seconde du championnat avec Montpellier

Rumi Utsugi évolue actuellement au sein de la division féminine du club de football de Montpellier (MHCFC). À 22 ans (depuis le 5 décembre dernier), cette native de Kanagawa (au sud de Tokyo), élévée dans une famille fan de football, s'avère déjà une joueuse de niveau international. Elle a évolué au club de NTV Beleza et fréquente l'équipe nationale depuis l'âge de 17 ans. C'est d'ailleurs la victoire du Japon sur la France (4-0) le premier août 2010 qui avait convaincu le club du président Nicolin de la recruter. La joueuse est venue en Europe "pour engranger de l'expérience et s'aguerrir sur le plan physique", précise encore son sélectionneur Norio Sasaki. Depuis la victoirer sur les USA en juin 20111 elle est devenue championne du monde en Allemagne avec la Nadeshiko team.

Débuts tonitruants en championnat

À Montpellier, Rumi Utsugi occupe le rôle de milieu défensif. Avec le numéro 25 dans le dos, elle enchaîne en 2010 les titularisationset les performances. Et bien qu'elle avoue encore quelques faiblesses dans le domaine athlétique, elle compte depuis le début de la saison deux buts à son actif (un de la tête sur corner et une reprise du pied gauche sur coup franc). Solide techniquement et défensivement, la jeune joueuse est aussi dotée d'un grand sens de l'anticipation dans les duels qui font déjà d'elle un cadre de l'équipe de l'Hérault.

Surnommée "l'Européenne" dans son pays, elle s'est parfaitement adaptée au mode de vie à la française et prend des cours particuliers pour mieux assimiler la langue. Rumi Utsugi commence à s'exprimer de mieux en mieux en français, ce qui explique aussi son implication sur le terrain et l'entente avec ses coéquipières. Elle a qualifié le club de Montpellier (second du championnat avec , derrière les féminines de l'Olympique Lyonnais ( 9 joueuses figurant en équipe de France), Le leader du championnat et tenant du tire de la ligue des Champions féminines. L'équipe de France finissant 4 ème de la coupe du monde.

Sur un plan plus personnel, avant d' être retenue pour la phase finale de la prochaine Coupe du monde féminine qui s'est déroulée en Allemagne (25 juin-17 juillet 2011). Elle a déjà été sélectionnée 39 fois avec la sélection nationale (5 buts). Elle a également participé à la Coupe du monde 2007, à la Coupe du monde des moins de vingt ans en 2008 et aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008 (4e place).

Modeste, rigoureuse et disciplinée, la protégée de Sarah M'Barek (entraîneur de Montpellier) désire améliorer son niveau de jeu et déclare toujours engranger davantage d'expérience. L'avènement d'une joueuse japonaise dans le championnat de France en annonce-t-il d'autres ? On espère vivement que sa venue permettra de poser un nouveau regard sur un football féminin toujours en quête d'une légitimité. Désormais le championnat disposera d'une couverture télévisuelle plus étoffée grâce à un contrat de diffusion ( France télévision et Direct 8 ) d'un montant de 100 000 euros.