La cuisine anglaise ou britannique s'inspire à la fois des bons produits de ses régions, mais aussi de ses conquêtes; on peut donc parler de cuisine du Royaume-Unis.

Petite histoire de la cuisine anglaise

A l'origine, la cuisine anglaise était simple, voire rustique, préparée à base de produits locaux. Des élevages et de l'agriculture celtes, les Anglais ont gardés le goût des viandes parfumées aux herbes, comme le ragout ou les rôtis. Les épices ont été introduites en Angleterre par les Normands au Moyen-âge, puis vinrent les herbes et les épices traditionnelles de l'Inde, à l'époque de l'Empire Britannique. De l'influence indienne, naîtront des plats anglo-indien, tels que le poulet tikka massala et les pains indiens inspirés des chapati ou des naans.

Enfin, la cuisine anglaise a subit des influences écossaises, irlandaises et en fait de toute l'Europe. C'est dans les années 70, que le mouvement de la cuisine anglaise moderne est né. Cette évolution consiste à moderniser la cuisine anglaise traditionnelle et s'inspire fortement du slow food. Un mouvement soutenu d'ailleurs de nos jours par le chef Jamie Oliver, à travers ses émissions de cuisine notamment, Jamie Oliver's food révolution ou Jamie Oliver fait sa révolution. D'ailleurs la fondation Jamie Oliver a organisé cette année la 1ère édition du "Food Revolution Day, une journée mondiale en faveur de l'éducation à une alimentation plus saine (lutte contre la mal-bouffe). La cuisine anglaise d'aujourd'hui s'inspire des cuisines indiennes, chinoises, thaïlandaises, italiennes et françaises. Notons également un vif engouement pour la restauration rapide, tel que les fast foods américains.

Des plats typiquement anglais

Certains mets sont connus mondialement, comme le petit déjeuner britannique qui a inspiré de nombreuses contrées, comme par exemple la Nouvelle-Zélande. Le roosbeef, les fish and ships, le pudding et le fameux tee time où les anglais servent scônes et petits sandwiches autour du thé, ont aussi une renommée internationale. Il en est de même pour le pâté de porc comme le Melton Mowbray, les tourtes à la viande, le boeuf Wellington, les tartes (cf tarte à l'anglaise) ou tourtes aux fruits, les crumbles, la crème anglaise, ou encore la crème brûlée.Certains plats traditionnels de fêtes (notamment Noël) régionaux comme le roastbeef Yorkshire pudding se sont faits connaître par le chef Gordon Ramsay (cauchemar en cuisine) entre autres.

La cuisine anglaise a-t-elle influencée la cuisine française et ses grands chefs?

On retrouve dans les ouvrages de cuisine d'autrefois, de nombreuses recettes anglaises, comme en témoigne le grand livre de cuisine d'Alexandre Dumas. Les recettes les plus couramment reprises dans les anciens livres de cuisine française, sont le bifteck, le rosbiff, le rôti, le plum-pouding.

Le Français Alfred Suzanne publia un livre sur la cuisine anglaise destiné aux nombreux chefs français travaillant en Angleterre, souvent pour la noblesse anglaise. Il s'agissait alors de franciser la cuisine anglaise de terroir. Petit à petit, le tourisme, les cuisiniers français d'Angleterre introduisirent la cuisine anglaise en France.

Le grand Carême lui même préparait le rosbif à l'anglaise, le boeuf étant au XVIIIe siècle vu comme une spécialité culinaire anglaise. C'est ainsi, que la viande grillée et rôtie, à la cuisson rouge, considérée anglaise au XVIIIe siècle, devint française au XIXe siècle. Une légende ou une vérité d'antan nous dit que le steak serait venu en France en 1814 au temps de Wellington. Auparavant, en France, on préférait l'aloyau plutôt que le rumsteak, qui devint pourtant le favoris des Français A ceci près, que trouvant les sauces anglaises fades, ils révisèrent le chapitre des sauces. Il faut préciser qu'en Angleterre la sauce doit accompagner la viande et non pas surfaire le goût du produit.

Le sandwich affectionné des Français, nous vient lui aussi d'Angleterre, cette tartine à l'anglaise, prit le nom du premier Lord de l'Amirauté, le comte de Sandwich.

Escoffier fut également un grand chef français qui oeuvra au Savoy Hotel et au Carlton Hotel de Londres. La fondation escoffier, nous apprend d'ailleurs que le Roi des cuisiniers, après un passage remarqué au Grand Hotel de Monte Carlo, tenu par César Ritz, connu la gloire au Carlton Hôtel. Pendant 20 ans, Escoffier ne cessera de créer de nouvelles recettes, comme la volaille à la derby et les cuisses de nymphes à l'aurore qui eurent comme résultat de faire manger à la gentry britannique des cuisses de grenouilles. Cet homme, toujours en recherche d'innovations culinaires, n'aura de cesse de rechercher de nouvelles sensations gastronomiques et de varier les menus.

Depuis, une alliance gastronomique étonnante a été créée, à l'initiative de Michel Bourdin. Celui-ci créa tout d'abord la branche britannique de l'Académie Culinaire de France (academy of culinary art) qui est placée sous le haut patronage du Prince de Galles. Mais en 2004, Michel Bourdin réussit un exploit: un jumelage culinaire entre quatre établissements professionnels anglais et quatre azuréens. En 2008, la première compétition "Oscar de l'entente Cordiale Culinaire franco-britannique" est inaugurée à Nice. L'élite des élèves de première année en bac pro constituée en équipe de binômes franco-britannique s'affronte. En 2011 a eu lieu le 4ème Oscar de l’Entente Cordiale Culinaire, à l'occasion de son centenaire au Westminster Kingsway College dont Auguste Escoffier fût l’un des créateurs.

A la lecture de ces amitiés et échanges franco-britannique, on constate dès lors, que les deux gastronomies sont plus amies qu'ennemies.

A lire:

Jeux olympiques de Londres 2012: les meilleurs sites et apps pour iPhone, iPad, iPod, Android, Blackberry

Sources:

Robert Tombs,Isabelle Tombs, La France et le Royaume-Uni: Des ennemis intimes, Armand Colin, 2012

http://fondation-escoffier.org/nos_activites/oscar_de_lentente_cordiale_culinaire.html