Connaître les signes objectifs de surcharge de travail permet de prévenir le stress et de mieux maîtriser sa vie professionnelle et personnelle. Voici quelques signes observables d'une organisation défectueuse en terme de temps de travail qui induit des risques de stress et de souffrance au travail pour les salariés.

La productivité est surévaluée par le biais d'un temps de travail caché, invisible

Les salariés travaillent plus que le temps de travail officiel et les heures supplémentaires ne sont pas payées. Dans certaines entreprises, les missions et les tâches confiées nécessitent plus de 35 heures pour être réalisées. Les salariés effectuent plus de 35 heures et parviennent aux résultats attendus, mais ne sont payés que 35 heures.

Le statut cadre comme moyen pour sous évaluer le temps de travail

Dans le même ordre d'idée, le statut cadre est parfois utilisé comme un moyen pour ne pas comptabiliser le temps de travail réel. Parfois, tout simplement, certaines heures ne sont pas comptabilisées ; comme les heures de préparation, le temps de transport entre deux clients...

Le travail à domicile masque le manque temps nécessaire pour réaliser les objectifs

Certains salariés, de leur propre initiative, pour parvenir aux résultats demandés, ramènent du travail chez eux et ne se font pas payer ce temps passé. Mais l'entreprise peut aussi solliciter le travailleur en dehors du temps de travail. L'employé résout des problèmes pour l'employeur en dehors de son temps de travail et bien sûr n'est pas payé.

Des risques psychosociaux comme conséquences de la surcharge de travail

Ne pas évaluer correctement le temps de travail nécessaire aux tâches a des effets négatifs : incapacité des salariés à atteindre les objectifs. Ce qui entraîne en fonction des situations de travail, démotivation, absences, erreurs, accidents de travail, arrêts maladies, agressivité, etc.

La durée de la situation anormale génère les troubles psychosociaux

Ces situations compliquent l'action et aggravent le vécu des personnes qui travaillent, puisqu'il leur faut pallier à ces dysfonctionnements, tout en effectuant l'activité normale de travail. La situation peut au fil du temps dégénérer et aboutir au désespoir et au burnout des personnes au travail, en fonction des enjeux du poste et du travail pour la personne.

Une défaillance du management organisationnel

Ce type de fonctionnement organisationnel est très pernicieux. Il aboutit à une sous-évaluation du temps nécessaire aux activités et à la réalisation des objectifs. Parallèlement, il instaure une norme fictive surévaluée à laquelle les salariés ne peuvent pas répondre dans le temps de travail imparti. Les ressources en temps dont le salarié dispose pour remplir ses missions quotidiennes sont insuffisantes. C'est objectif et c'est au management d'agir puisque l'organisation du temps travail fait partie des attributions de la direction de l'entreprise.

Le temps de travail, un des facteurs de risques psychosociaux

Si cette absence de temps peut-être l'une des causes de la souffrance au travail et des risques psychosociaux, d'autres facteurs comme le contenu du poste, les responsabilités ou leur absence, les conflits, le manque d'anticipation, etc. sont aussi à prendre en compte. La surcharge de travail est l'un des nombreux facteurs organisationnels responsables du stress au travail, mais ce n'est pas le seul.