Les objets et petits meubles anciens sont devenus tendance. Les amateurs sont nombreux à chiner dans les brocantes, dès le retour des beaux jours, à la recherche de l’objet qui fera battre leur cœur. Parmi les meubles les plus recherchés, on trouve les pupitres d’école, les maies, les escabeaux en bois et les malles de voyage.

Parfois, ces objets oubliés sont remisés dans un grenier, un garage ou une cave et il nous arrive de les découvrir à l’occasion d’un déménagement. Très souvent, ils sont dans un piètre état et leur remise en état peut sembler difficile. Leur rénovation est pourtant à la portée de tout bricoleur amateur, à moindre frais et sans savoir-faire particulier.

L'origine des malles anciennes

Les malles existent depuis plusieurs siècles mais leur usage s'est développé surtout à partir de 1840-1850 avec l’avènement du chemin de fer. Il en existait de diverses formes et tailles. Les couvercles pouvaient être plats ou bombés, les ferrures en laiton ou en fer ordinaire. Elles étaient fabriquées dans des bois légers (peuplier, pin, etc.) pouvant résister à des pressions et des chocs, ou se déformer sans casser. Les autres bois «nobles» comme le chêne étaient réservés aux coffres sur pieds qui meublaient les maisons.

Ce qui différencie les malles que l’on peut trouver dans nos greniers ou en brocante est essentiellement la finition. La qualité des ferrures ou de la serrure, les charnières, les renforts, mais aussi l’extérieur. Elles étaient recouvertes d’un papier de décoration ou d'une toile imitant souvent le cuir et à l'intérieur d’un papier de protection ou même de tissu.

Aujourd'hui, ces malles restaurées sont décoratives mais aussi utiles puisqu'elles permettent de ranger toutes sortes d'objets.

Restaurer une malle ancienne

Faire un bilan de l’état de la malle est une étape à ne pas négliger. Il faut vérifier la solidité de la structure et du fond. S’il est abîmé, il est possible de le renforcer avec un morceau de contreplaqué un peu épais collé et cloué sous le fond. Vérifiez les clous, les baguettes. Clouez ceux qui bougent, coller les baguettes détachées avec de la colle à bois.

L’étape suivante est le nettoyage.

  • Otez le papier ou la toile qui recouvre la malle en la découpant le long des ferrures à l’aide d’un cutter, puis lavez le bois avec de l’eau additionnée de savon. Laisser sécher une nuit.
  • Poncez le bois à l’aide d’une ponceuse ou à la main, en utilisant un papier de verre à gros grain pour démarrer (40 ou 60) puis en finissant par du papier très fin (120 ou 180).
  • Brossez les ferrures avec une brosse métallique. Retirez les morceaux qui peuvent être abimés.
  • Traitez le bois avec un produit insecticide.
  • Appliquez une teinte selon vos goûts. Si vous utilisez une teinte et de la cire, il faut songer à entretenir régulièrement la malle. Il est possible de la vernir au pinceau avec un vernis à l’eau aspect ciré. L’application d’un vernis est une technique délicate, mais le bois des malles étant assez irrégulier, l’emploi d’un pinceau n’aura pas une grande incidence sur le résultat.
Pour un aspect blanchi très tendance, il est possible d’utiliser de la peinture blanche spéciale bois se nettoyant à l’eau. Diluez la peinture avec la même quantité d’eau, appliquez-la au pinceau puis essuyez-la au chiffon avant séchage. Une seule couche suffit. Après séchage, appliquez une couche de vernis incolore aspect ciré.

Passez une couche de peinture spéciale fer rouillé sur les ferrures. Si elles sont en laiton, nettoyez-les avec un produit spécial.

Les finitions, la clé de toute restauration réussie

Pour que votre malle soit parfaite, il ne faut pas négliger l’intérieur. Pour cela, il existe plusieurs possibilités. La plus simple est de la tapisser avec un papier peint épais pour dissimuler les rivets ou les clous qui traversent le bois.

Vous pouvez également utiliser des cartons épais coupés aux dimensions des parois intérieures, tapissés avec du papier ou du tissu. Il suffit alors de les fixer avec de petites pointes. Cette solution est plus longue et plus délicate, mais elle offre l’avantage de faciliter le changement du revêtement lorsqu’il est usé.

Si les ferrures sont abîmées aux angles, il est possible de les réparer avec du mastic spécial carrosserie. Une fois peint, on ne verra plus rien.

Et voilà votre malle restaurée et prête à l’emploi.