Susan Forward est une psychothérapeute américaine de renommée mondiale qui a contribué à populariser le terme de "relation toxique". Son livre Les parents toxiques a connu un immense succès, et bon nombre d'adultes ont pu reconnaitre grâce à ce livre clair qu'une bonne part de leurs problématiques actuelles étaient dues à des modèles parentaux dysfonctionnels.

Relations toxiques : quelles sont les caractéristiques, comment les reconnaitre en famille ou au travail ?

Tout d'abord, il faut repartir des modèles affectifs et relationnels dont nous avons hérité : nos parents nous transmettent un héritage psychique et émotionnel, qui se développe en même temps que nous. S'il existe des modèles (ou empreintes) fonctionnels, certains modèles de relations hérités de nos parents sont dysfonctionnels. Retenons bien tout d'abord ce recadrage terminologique : il ne s'agit pas de modèle "normal" ou "anormal", mais de modèle fonctionnel ou dysfonctionnel. S'il n'y a pas de parents, ni d'enfants parfaits, certains modèles relationnels permettent à l'enfant de se développer sainement sur le plan relationnel et affectif, d'autres le mutilent littéralement en le condamnant à répéter sans cesse ces mêmes schémas, dans le but inconscient d'en sortir...

La plupart des relations "toxiques" que nous entretenons une fois adultes sont des variations des relations toxiques parentales. C'est le pouvoir d'un être humain sur un autre qui est la caractéristique première d'une relation toxique. Et pour celui qui subit la relation toxique, le plus étonnant pour l'entourage est que très fréquemment, il ne s'en rend pas compte, jusqu'à... l'extrême limite. Paradoxalement, ce type de relation est vécu comme tellement "normal" ou plutôt, habituel, que l'inconscient va rechercher les personnes avec qui l'on pourra revivre ce même type de relation. Plutôt que de changer, la solution la plus "facile" que nous adoptons bien souvent est de répéter ce que nous connaissons, même si ce modèle est extrêmement malsain, douloureux, handicapant.

Les éléments clés de la relation toxique, comment se met en place le lien toxique relationnel

Nous avons appris que les relations fonctionnent comme le modèle que nous connaissons, nous sommes persuadés que la relation humaine et affective, c'est cela, et nous généralisons donc à toutes les relations ce premier apprentissage. Et nous allons donc inconsciemment tomber précisément sur le même type de personnalité, ou sur une personne ayant le même problème que le parent ou le modèle parental. L'inconscient cherche prioritairement ce qui lui est familier dans la relation, même si au plan conscient, nous sommes persuadés d'être libre de notre choix.

Il n'y a donc pas une seule forme de relation toxique, mais une relation toxique pour nous. On ne peut donc pas l'identifier en soi, mais en fonction de la personne qui la subit. Le critère clé pour la reconnaitre est peut-être l'élément de dépendance qui caractérise toute relation toxique. Paradoxalement en effet, la personne qui subit la relation toxique, même si elle peut arriver parfois à s'en plaindre, se comporte en "addict" ou en "accro" ! Savoir reconnaitre la dépendance, et donc, dans une certaine mesure, l'immaturité affective qui caractérise en nous le lien toxique est primordial... et sans doute bien difficile. Quels sont les avantages secondaires, les bénéfices, que nous avons à continuer à vivre dans une relation caractérisée par le chantage affectif ?

Chantage affectif et relations toxiques, les étapes pour retrouver l'autonomie affective

Susan Forward,auteur des Parents Toxiques, a également écrit un excellent ouvrage nommé: Le chantage affectif. La personne qui subit une relation toxique permet à la relation toxique de continuer, car le chantage affectif est un jeu qui se joue à deux : tant que nous acceptons de vivre dans le chantage affectif, nous permettons au maitre chanteur de continuer à exercer son pouvoir toxique sur nous. Il ne s'agit donc pas de se "désintoxiquer" de la personne avec qui nous avons une relation toxique, mais de la relation toxique en soi ! Non, rien ne changera si nous ne changeons pas, le temps n'arrangera rien. Non, aucune relation ne vaut le coup de continuer à coup de chantage affectif, par peur de l'abandon. Non, nous ne ferons pas "du mal" et nous ne serons pas "méchant" avec l'autre en sortant de la relation toxique.

Sortir d'une relation toxique, c'est accepter (et c'est plus difficile qu'on ne le croit) d'assumer sa part de responsabilité, ses sentiments, ses émotions et ses besoins. C'est, en somme, acquérir l'autonomie, et ne plus laisser à l'autre, comme un enfant peut l'attendre de ses parents, la responsabilité de combler nos besoins. Trouver en soi ses ressources, ses valeurs, savoir gérer ses émotions et ses sentiments, agir en adulte et non plus en dépendant, cela s'apprend. Vous trouverez ici quelques techniques simples pour mieux gérer vos besoins et trouver en vous vos ressources.