En optant pour une alimentation biologique, on contribue à sauver bon nombre d'animaux, mais aussi les écosystèmes qui les entourent. Malheureusement, la France est un bien mauvais exemple en matière d'agriculture biologique. Elle est le premier consommateur européen et le troisième au niveau mondial à utiliser des pesticides. Ce sont ainsi des centaines de tonnes de produits chimiques qui sont déversés sur les terres françaises chaque année et qui mettent des décennies à se dégrader. Mis au point pour éliminer des êtres vivants, ils sont d'autant plus dangereux dans la chaîne alimentaire.

L'incidence des produits chimiques dans la chaîne alimentaire

Lorsqu'un pesticide est utilisé pour éliminer un insecte ou une plante, c'est toute la biodiversité qui est menacée. On crée en effet des insecticides si efficaces qu'ils tuent aussi bien les insectes nuisibles que ceux qui ne le sont pas. Les animaux insectivores voient ainsi leur population diminuer puisqu'ils ne peuvent plus se nourrir correctement. Mais le problème va encore plus loin avec l'élimination de plantes porteuses de graines qui sont une ressource non négligeable pour les oiseaux. Ces produits sont tellement toxiques qu'ils éliminent tout sur leur passage, aussi bien les insectes pollinisateurs que les coccinelles ou les guêpes. Plus grave encore, on développe des souches résistantes d'insectes quand les pesticides ne sont pas suffisamment efficaces. Résultat: on utilise toujours plus de produits toxiques que l'on déverse dans la nature et qui touche l'ensemble de l'environnement.

Lorsque l'on pense aux abeilles, on pense immédiatement au miel qu'elles produisent, mais leur rôle ne s'arrête pas à cette production. Elles vont polliniser les arbres fruitiers, les fleurs et les petits fruits, ce qui contribue à la biodiversité. Il est bon de rappeler que 4.000 espèces de plantes dépendent d'une pollinisation par les insectes. Les pesticides anéantissent ainsi la faune et la flore.

Les conséquences des pesticides sur l'environnement

Lorsque l'agriculteur s'attaque à une souche précise, il détruit sans le savoir d'autres plantes ou animaux. Les pesticides ont un rôle néfaste sur le comportement et la reproduction des animaux. On note une chute vertigineuse du nombre d'oiseaux dont 60% se nourrissent principalement dans les champs agricoles. C'est ainsi que le nombre de tourterelles des bois, de moineaux domestiques ou encore des grives musiciennes et de merles a fortement diminué suite à une utilisation massive de produits toxiques entraînant l'élimination de certaines plantes, principales ressources alimentaires des oiseaux.

La situation est encore plus grave quand l'IFEN constate une importante contamination des nappes phréatiques et des eaux de surface qui engendrerait l'apparition de grenouilles mutantes portant à la fois des ovaires et des testicules! Les poissons ne sont pas épargnés non plus: les pesticides entraînent chez eux des troubles du comportement et des problèmes de reproduction.

Les pesticides sur les animaux domestiques

L'agriculture à base de produits chimiques contribue en outre à faire souffrir des millions d'animaux dans des laboratoires où on teste toutes sortes de produits chimiques sur les animaux dans d'atroces souffrances. C'est ainsi que l'on injecte dans les yeux des lapins des pesticides ou encore que l'on nourrit les rongeurs de ces mêmes produits chimiques pour tester leur réactivité et déterminer la dose qui les fera mourir. Ces tests de toxicité sur des êtres vivants sont de la pure barbarie qui pourrait être évitée en privilégiant l'agriculture biologique.

Nous vivons dans une société où le rendement rime avec l'argent et le gain de temps. Peu importe que notre environnement soit complétement déséquilibré. Mais l'homme a-t-il réellement conscience de son désastre sur la faune et la flore? À vouloir toujours plus, il finira par s'empoisonner et se détruire lui-même.