L'entrée en maison de retraite est souvent un déchirement : elle est repoussée le plus longtemps possible et se fait dans l'urgence, ce qui est ressenti comme un traumatisme. En règle générale, les personnes âgées restent de plus en plus longtemps chez elles grâce à l'aide à domicile. C'est la plupart du temps après un accident, une maladie ou un séjour à l'hôpital qu'elles se retrouvent dans l'incapacité de vivre seules. Il faut donc prendre une décision immédiate d'où leur difficulté à s'intégrer dans leur nouveau mode de vie.

Dédramatiser la situation

Devoir quitter la maison où l'on a vécu des années et où l'on a de nombreux souvenirs, perdre son indépendance et se retrouver en collectivité du jour au lendemain, c'est souvent la porte ouverte à la dépression. Le fait d'être contraint à prendre une décision, ni voulue, ni préparée est un problème aigu. C'est donc bien avant qu'il faut y penser afin de dédramatiser la situation. Ce qui a aussi l'avantage de pouvoir choisir l'Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) où l'on se sentira le mieux.

Se renseigner, aller voir sur place et déposer un dossier ne veut pas dire que l'Ehpad sera un parcours obligé. C'est simplement une précaution à prendre qui n'engage à rien tant que l'on n'aura pas signé. On peut poser toutes les questions voulues, par exemple, l'accueil en couple quand l'un est encore autonome mais ne veut pas se séparer de son conjoint. Certains établissements acceptent de courts séjours d'une ou plusieurs journées afin de se familiariser avec l'environnement.

Le financement

Un autre sujet d'inquiétude est le financement. Il ne faut pas se leurrer : un bon établissement n'est pas donné. Beaucoup de personnes craignent d'avoir une retraite insuffisante et de devoir trop demander à ses enfants. Pourtant, il existe des aides qui ne sont pas récupérables sur l'héritage et ne léseront pas les enfants. D'où l'importance de remplir un dossier avec des professionnels qui chiffreront exactement le coût.

Décider, quand on est encore en bonne santé physique et intellectuelle, de l'endroit où l'on terminera ses jours, c'est un peu comme rédiger son testament ou organiser ses obsèques. Ce n'est pas très agréable de penser à la fin de sa vie mais c'est rassurant de savoir que ses désirs seront respectés. L'important est avant tout de préserver sa dignité même si on est très diminué.

Les animations

En dehors de l'aspect pratique, la propreté des lieux, la qualité des soins ou plus simplement l'éloignement par rapport à la famille, une autre donnée est à prendre en perspective: les animations. C'est l'un des points où pêchent les maisons de retraite et qui est le plus critiqué par les résidents. Certains restent indépendants et se créent une nouvelle vie. D'autres s'ennuient très rapidement, ce qui n'est pas bon signe.

Une fête tous les mois pour marquer les anniversaires, un salon pour regarder la télévision, c'est insuffisant pour continuer à mener une vie vraiment agréable. Il est donc important de vérifier s'il existe sur place des animateurs qui proposent des activités telles que des ateliers de toutes sortes (peinture, bricolage, cuisine...) ou des sorties. Même en fauteuil roulant, on peut assister au défilé de chars fleuris lors de la fête de la ville ou au feu d'artifice du 14 juillet. Encore faut-il que le personnel s'y prête.De plus en plus, on fait appel à des bénévoles qui se réunissent en association afin d'encadrer les personnes âgées.

Sources: Conférence organisée par la Coordination gérontologique du Mantois.