Vous êtes convaincus des atouts du pavé de verre ! Reste à réaliser l'ouvrage et vous vous demandez si vous pouvez le faire. Osez ! Patience, méticulosité, goût du travail bien fait, sont les meilleurs atouts. Le reste n'est que technique. Sachez que le résultat est directement dépendant du soin que vous apporterez à la construction : le pavé de verre ne supporte ni l'approximation, ni l'économie, ni un chantier sale.

Bien penser votre projet en pavés de verre avant de vous lancer

Murs et cloisons en briques de verre peuvent s'envisager sur de grandes surfaces, mais évitez les longueurs supérieures à 6 m et les hauteurs de plus de 3 m.

Pour être durable et solide, la construction doit être consolidée grâce au ferraillage avec des tiges à béton, quelque soit la forme ou la surface.

Pour 2 m2 ou moins : utilisez une tige de 4,5 mm de diamètre

Pour plus de 2 m2 : utilisez une tige de 6 mm de diamètre avec renforts ponctuels en 8 mm pour les grandes surfaces.

Soignez les mesures de l'ouvrage en pensant à l'épaisseur des joints. Contrairement à d'autres matériaux, le pavé de verre impose ses dimensions puisqu'il ne se coupe pas. Il existe des briques de verre demi-format, utiles pour terminer les côtés éventuellement.

Pensez à l'épaisseur des matériaux qui viendront sur vos sols, murs et plafonds. Ils déterminent l'épaisseur des mortiers en bordure.

Ferraillage et préparation des supports périphériques

Deux opérations de la plus haute importance à ne pas négliger.

Il faut 2 tiges métalliques d'une seule pièce chacune entre chaque ligne et chaque rangée, y compris sur les 4 côtés.

Les tiges doivent être ancrées sur les 4 côtés (murs, sol, plafond) dans des trous percés à 5 cm environ.

Dans le cas d'une cloison partielle (voir photographies), prévoyez un « cerclage » de longueur du pourtour de votre ouvrage, avec deux fers d'au moins 6 mm qui partiront du sol, couvriront les deux côtés libres et s'encreront dans le mur.

Pour une parfaite accroche des mortiers, évitez les parois lisses. Sur les 4 côtés, il faudra peut-être éclater un peu le support sur la largeur et la longueur prévue de votre cloison de verre.

Après un tracé minutieux et vérifié, percez au sol et au plafond tous les trous correspondants aux tiges verticales. Percez aussi les trous latéraux des murs, pour les deux premières rangées. Ecartez de quelques millimètres du sol les 2 tiges de base.

Mettez en place toutes les tiges verticales, 2 par 2, et les deux tiges près du sol.

La pose doit s'effectuer sur un sol parfaitement plane. Il vous faut donc soigner à l'extrême cette première rangée, quitte à réaliser une pré semelle que vous laisserez sécher un jour et qui contiendra, bien sûr, les deux fers de la base.

Monter la cloison en briques de verre avec minutie

Nous ne saurions trop vous conseiller de mettre un guide de bois au sol sur toute la longueur si votre ouvrage dépasse 1 m. Pour des murs de plusieurs mètres comme celui des illustrations ci-dessous, il est préférable de commencer par le milieu, afin de minimiser au mieux les erreurs d'espacement, ces dernières pouvant être dramatiques vu le ferraillage mis en place.

Une équerre posé contre le sol et la première rangée de pavés assurent une parfaite verticalité. N'utilisez que des espaceurs (doubles croisillons) spéciaux pour pavés de verre surtout pour les grandes cloisons, plus chers certes, mais redoutablement efficaces.

Maintenez un chantier propre : pas de projection ou bavure de mortier sur le verre. Supprimez les surcharges de mortier entre les briques et sur les bords du verre. Le joint que vous ferez plus tard devra avoir plusieurs millimètres de profondeur.

Montez vos deux premiers rangs en pensant à ferrailler. Laissez sécher jusqu'au lendemain. Une assise solide et stable est indispensable.

Faites à nouveau les trous sur l'équivalent de 2 ou 3 rangées pour les tiges métalliques horizontales.

Le lendemain, reprenez la même méthode en prenant soin vérifiant l'alignement, horizontalité, verticalité, aplomb. Pour une cloison de plusieurs mètres de long, ne comptez pas plus de trois rangées par jour. Plus ne serait pas souhaitable d'ailleurs.

A mi-hauteur, pensez régulièrement à vous assurer que la hauteur restante n'est ni trop grande ni trop courte pour le nombre de rangées à réaliser, afin de jouer, si nécessaire, sur des hauteurs de joint.

L'ouvrage fini, un bon séchage s'impose avant de réaliser les joints, 3 jours en été, 8 jours en hiver. Soignez vos joints en évitant tout débordement sur le verre. Les bavures se voient par effet de lumière. Utilisez du joint hydrofuge pour les bas de cloison ou toute exposition à l'humidité.

Petite astuce : s'il vous reste un pavé de verre, sachez qu'il se sépare assez facilement en deux. Bien utile pour inclure un éclairage dans un bac à douche, par exemple.

A lire également : Pavé de verre, que des qualités et très tendance , du même auteur