Ce régime a été élaboré en 2004 par un cardiologue de l'état de Floride pour faire maigrir ses patients qui n'y arrivaient pas avec les méthodes classiques tout en veillant à une amélioration de leur taux de cholestérol et de triglycérides, facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires.

Le régime Miami (c'est le nom sous lequel a été éditée la version française) allie donc minceur et santé car il a aussi pour objectif d'apprendre à sélectionner les "bons" aliments c'est-à-dire ceux qui apportent quelque chose à l'organisme (minéraux, fibres, vitamines) et à abandonner ceux qui procurent des calories vides c'est-à-dire celles qui n'ont aucun intérêt pour le bon fonctionnement du corps et qui sont donc stockées sous forme de graisses. Il s'agit donc d'acquérir une meilleure hygiène de vie au delà de la perte de poids.

Les principes du régime Miami

Le régime Miami est basé sur une idée de départ assez simple, miser sur la qualité des aliments et non sur la quantité. Il faut donc choisir son alimentation avec soin, bons sucres, bons gras sont à privilégier alors que tous les aliments transformés par l'industrie agroalimentaire doivent être évités.

On peut apparenter ce régime aux régimes "low carb" c'est-à-dire sans hydrate de carbone (glucides, sucres) de manière à ce que l'organisme puise dans ses réserves de graisse en misant, durant la première phase, sur les protéines. Cela permet, en outre, d'éviter la sensation de faim (les protéines sont rassasiantes) et ainsi d'éviter les fringales qui débouchent inévitablement sur des dérapages.

La limitation de la consommation de sucres, voir leur suppression totale, permet de perdre rapidement du poids tout en préservant la masse musculaire, ce qui est très motivant lors d'une phase d'amaigrissement et limite donc les risques d'abandons prématurés.

Les trois phases du régime Miami

Le régime se déroule en trois grandes étapes avec pour chacune des objectifs et des règles bien précises.

La phase 1 est la plus restrictive donc la plus difficile mais elle permet une perte de poids importante et rapide (de 3 à 6 kilos). Son objectif est aussi de se déshabituer du sucre et que le corps ne réagisse plus de la même manière à l'alimentation.

Pour cela, pendant deux semaines (pas plus), on consomme principalement des protéines, on limite la consommation de lipides mais on supprime totalement les féculents et les sucres.

Elle est relativement simple à mettre en oeuvre car il suffit de consommer les aliments autorisés et de bannir les aliments interdits durant cette première étape. Il n'y a pas besoin de peser les aliments ou de compter les calories. Les aliments autorisés peuvent être consommés à volonté ou plutôt à satiété. il est important de ne pas avoir faim pour éviter de craquer pour des aliments interdits. Pour cela, des collations peuvent être mises en place.

Ainsi, on peut consommer des fruits de mer, des poissons et des viandes maigres, des oeufs, des légumes verts,

La phase 2 dure au minimum une semaine et au maximum le temps nécessaire pour atteindre le poids souhaité.

Certains aliments interdits dans la phase 1 vont être réintroduits mais de manière très progressive, étalée dans le temps. Ainsi, il ne faut pas réintroduire plus d'un aliment interdit jusqu'àlors par jour. De plus ce nouvel aliment autorisé devra être tout d'abord consommé en quantités limitées.

Les aliments autorisés sont ceux ayant un index glycémique faible (laitages à 0%, fruits sauf banane et raisin, céréales et pains complets, ...).

Durant cette phase, la perte de poids se situe entre 500 g et 1.5 kilo.

La phase 3 démarre lorsque le poids souhaité et atteint et n'a pas de limitation de durée, c'est une phase de stabilisation. Les recommandations alimentaires de cette dernière étape correspondent en fait à une véritable hygiène de vie il faut éviter les mauvais sucres, les mauvaises graisses, les aliments raffinés.

La palette des aliments autorisés est encore élargie tout en consolidant les acquis. Ainsi, tous les aliments sont autorisés mais à condition de bien contrôler les quantités et les fréquences de consommation. il s'agit ici de modération et non de privation.

En cas de reprise de poids, on peut repasser une semaine en phase 1 puis revenir à la phase 3 en faisant attention à ne pas consommer trop d'aliments à index glycémique élevé.

Les avantages et les inconvénients du régime Miami

Ce régime permet de perdre vite un nombre de kilos important, il n'est pas trop compliqué à mettre en oeuvre car il n'y a pas besoin de peser les aliments ou de compter les calories. Il ne procure pas de sensation de faim et il préserve la masse musculaire. Côté santé, il permet d'améliorer le bilan sanguin.

Cependant, comme beaucoup de régime, pour éviter l'effet "yoyo", il ne faut pas négliger la phase de consolidation sous peine de reprendre non seulement tous les kilos perdus mais d'autres en prime. La phase 3 doit finalement être suivie à vie.

Il ravira tous ceux qui aiment la viande mais ne conviendra pas ceux qui ne peuvent se passer de féculents.

Durant les deux premières phases, il n'est pas très convivial car il impose de manger différemment des autres et n'est pas tellement compatible avec une vie sociale (repas au restaurant).

Les restrictions et une faible consommation de céréales au début peut amener des carences en vitamines du groupe B et en minéraux (magnésium) et favoriser les coups de pompe dans la journée.

Ce régime est contre-indiqué aux insuffisants rénaux.

Pour une bonne hygiène de vie, la pratique d'activités sportives est vivement conseillée.

Enfin, comme tout régime, il ne peut être suivi par les femmes enceintes et les enfants et mieux vaut prendre l'avis d'un médecin au préalable pour prévenir les contre-indications.

Lire aussi: