Le pavillon bleu est un écolabel international. Présent dans 41 pays du monde, il distingue les communes à potentiel touristique (et les ports) qui font le choix de s’investir dans le domaine de l’environnement. L’obtention du pavillon bleu est soumise à certaines conditions. En France, les littoraux de la Manche et de l’Atlantique disputent de plus en plus le label aux traditionnelles communes littorales méditerranéennes. Le pavillon bleu est acquis pour un an. Chaque année, certaines communes perdent le label alors que de nouvelles l’obtiennent. En 2012, 136 communes françaises rassemblant 377 plages ont obtenu le pavillon bleu. Cette année, la Manche et l’Atlantique sont à l’honneur avec quatorze communes parmi les vingt-quatre nouvelles lauréates.

Les conditions d’obtention

Obtenir le pavillon bleu n’est pas gratuit. Les tarifs varient selon la taille de la commune. Ils débutent à 580 euros pour les communes inférieures à 2500 habitants. Les communes de plus de 60000 habitants devront débourser 1300 euros. Pour pouvoir obtenir le pavillon bleu, les communes doivent, en outre, satisfaire un certains nombres de critères. Il existe quatre types de critères. La politique mise en place dans le domaine de l’éducation et de la sensibilisation du public pour l’environnement est une première condition. Viennent ensuite la politique tenue vis-à-vis de l’environnement général (documents d’urbanisme, lutte contre le camping sauvage, plan local ou régional contre la pollution etc.), de la gestion des déchets (propreté, recyclage, mise à disposition suffisante de poubelles etc.) et de la gestion de l’eau (traitement, assainissement, information du public en regard de l’économie de la ressource etc.).

Nouveaux pavillons bleus sur les communes littorales

En 2012, le littoral de la Manche décroche sept pavillons bleus: Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), Saint-Aubin-sur-Mer, Dieppe et Étretat (Seine Maritime), Merville Francheville Plage et Querqueville (Manche) et Lion-sur-Mer (Calvados). La côte Atlantique dénombre elle aussi sept nouveaux pavillons bleus. La Bretagne totalise à elle seule cinq nouveaux pavillons bleus : Plestin-Les-Grèves (Côtes d’Armor), Saint-Pol de Léon, Pouldreuzic et Roscoff (Finistère) et enfin Erdeven (Morbihan). La Charente Maritime obtient deux nouveaux pavillons bleus avec les communes de Saint-Georges-de-Didonne et Saint-Georges-d’Oléron. Le littoral méditerranéen enregistre le nombre le plus élevé de pavillons bleus. Mais, en 2012, celui-ci n’accueille que trois nouveaux lauréats : Port-Vendres (Pyrénées Orientales), Sausset-Les-Pins (Bouches-du-Rhône) et Villeneuve-Loubet (Alpes Maritimes).

Nouveaux pavillons bleus sur les communes « continentales »

Les communes littorales ne sont pas les seules à convoiter le pavillon bleu. De plus en plus de communes « continentales » souhaitent l’acquérir. En 2012, les six nouvelles communes lauréates se dispersent sur le territoire. Au Nord, c’est le cas de Pont-L’Évèque (Oise) et Mazure (Ardennes). Dans l’ouest de la France, citons Villiers-sur-Loir (Loir-et-Cher) et Molière (Tarn-et-Garonne). Dans l’est et le sud de la France, Macot-La-Plagne (Savoie) et Clermont-L’Herault (Herault) ferment la marche.

Les communes perdantes

Le pavillon bleu n’est pas un label définitivement acquis. En 2012, pour diverses raisons, sept communes de France perdent leur pavillon bleu. La plupart sont des communes littorales : Nevez (Finistère), La flotte-en-Ré (Charente Maritime), Le Verdon-sur-Mer (Gironde), Hyères et Saint-Cyr-sur-Mer (Var), deux sont des communes « continentales » : Eyguians Saint-Genis (Hautes-Alpes) et enfin, Trébas-Les-Bains (Tarn).

Pour en savoir plus :

Le pavillon bleu

Liste des communes ayant obtenu le pavillon bleu en 2011

Liste des communes ayant obtenu le pavillon bleu en 2012