Pour ceux qui aiment manier la plume à leurs heures perdues et que la perspective de se voir publier enthousiasme, il existe une belle façon de rentabiliser ce loisir : les concours d'écriture. Plus qu'un passe-temps, il s'agit souvent d'une véritable passion qui à force de persévérance et de travail peut amener à la fameuse consécration tant espérée, la publication. D'autres prix comme de l'argent, des voyages, des petits cadeaux sont également en jeu. Voici sélectionnés des liens utiles et des conseils afin d' optimiser sa participation.

Cibler les concours : gratuits, payants, thèmes, ouverts à qui ?

Avant toute chose, les écrivains en herbe doivent quadriller leurs recherches avec la plus grande attention. Il est regrettable de constater qu'une majorité des textes sont rejetés parce qu'ils ne correspondent pas aux critères demandés et ce, en dépit d'une évidente qualité d'écriture.

Nombre de caractères, de mots ou de pages minimum et maximum, police et taille de l'écriture (souvent du Times New Roman taille 12), respect du thème demandé (point de nouvelle sentimentale pour un thème polar aussi talentueuse soit-elle), respect de l'anonymat en ne signant pas son manuscrit et en inscrivant ses coordonnées sur une page à part, autant de critères stricts qu'il vous faudra respecter à la lettre pour ne pas être évincé d'entrée de jeu.

De même, il faudra être vigilant sur la gratuité ou non du concours, tous ne demandent pas qu'un simple ajout de timbre sur une enveloppe. Que ce soit de 5 ou de 30 euros, la participation implique parfois de joindre un chèque au manuscrit. Il serait dommage de passer à côté d'une sélection en raison de frais oubliés. Enfin, tous les concours ne sont pas ouverts à tous. Certains s'adressent aux collégiens, d'autres aux habitants d'un pays ou d'une région en particulier, lisez bien tous les critères à remplir avant de vous lancer dans l'écriture d'un texte ou l'envoi d'un manuscrit pour un concours particulier.

Envisager toutes les pistes de travail, soigner la fin de son texte

Il serait prétentieux de croire qu'un lauréat de concours jette en une heure ou deux sa nouvelle (il s'agit du genre littéraire le plus répandu dans les concours d'écriture) sur papier sans en retoucher le moindre mot et l'envoie illico presto. L'expérience vous apprendra à rechercher l'originalité tout en restant dans le cadre du thème imposé. L'approche sous un nouvel angle peut être d'un point de vue formel (écriture d'un texte sous forme de correspondance entre deux personnes) ou de fond (dans un thème sombre comme la vengeance vous pourrez y glisser de l'humour, de l'ironie...).

Une nouvelle n'est bonne que si elle comporte une surprise à la fin telle la chute de la Morte de Guy de Maupassant. Un texte bien écrit ne séduira pas le jury s'il ne les laisse pas sur une impression de satisfaction intense comme une chute inattendue. Mettez-vous à la place du lecteur et cherchez ce qui vous subjuguerait, ce qui vous porterait à accorder votre préférence à ce texte-là en particulier. Le jury attend d'un texte l'impact : que l'écriture joue avec ses nerfs, enjôle, irrite, peu importe si elle parvient à rendre le texte inoubliable entre des centaines voire des milliers d'autres. Pour vous exercer à la nouvelle, le mieux est de vous imprégner du genre par la lecture d'Edgar Allan Poe et Maupassant entre autres.

Par ailleurs, n'oubliez jamais de faire relire votre chef d'oeuvre à un oeil averti de votre entourage. L'écrit devra être impeccable, tant au niveau de la syntaxe que de l'orthographe. Une histoire reposant sur une idée originale et un traitement digne des plus grands écrivains n'aura, truffée de fautes, aucune chance de passer les barrages pour décrocher un prix. Si votre plume est quelque peu fâchée avec l'orthographe, ayez toujours à proximité de votre labeur un dictionnaire de langue, un précis de grammaire et un Bescherelle. Les dictionnaires de synonymes pourront également vous porter secours pour éviter les répétitions qui pénaliseront à coup sûr un écrit aussi intéressant soit-il.

Quelques concours d'écriture ouverts aux francophones en 2011

  • Prix Alibis : ouvert aux habitants du Québec et Canada, il s'agit d'un concours de nouvelles sur le thème polar. Le concours est ouvert jusqu'au 18 février 2011.
  • Concours Encres vives : ce concours de nouvelles et poésies est gratuit pour les moins de 18 ans, participation de 8 euros pour les majeurs.
  • Concours de la Mairie de Chalabre : gratuit, ce concours de nouvelles sur le thème de la chasse ferme le 1er mars 2011.
  • Prix du Roman du Bord du Lot : ce concours de romans est ouvert à tous les francophones âgés de plus de 18 ans avec en récompense la publication du texte. La participation est de 21 euros, à envoyer avant le 30 juin.
  • Concours du Village du Livre de Cuisery : ce concours est gratuit, les nouvelles sont à envoyer au plus tard le 15 mai 2011.
  • Nouvelles du large : ce concours ouvert à tous sans conditions de nationalité, de lieu de résidence ou d'âge demande des frais de participation de 2 euros. Il se déroule du 1er mars au 30 juin 2011.
  • A livres perchés : ce concours de nouvelles est gratuit et ouvert à tous avec trois catégories selon l'âge, l'une pour les moins de 11 ans, l'autre pour les 12/17 ans et la dernière pour les adultes. Les nouvelles doivent parvenir à la société organisatrice avant le 15 juillet 2011.
Pour plus de concours, ne manquez pas de consulter le très bon site Bonnes nouvelles de Nicole Amann, écrivain qui excelle dans l'art de la chute et qui fut révélée grâce à ses participations aux concours de nouvelles. Son Biscuit décrocha la seconde place au concours Albertine Sarrazin édition 2008 et parut sous le titre de Petit poisson deviendra grand aux Editions Polar. Son parcours est porteur d'espoir pour toutes les graines d'auteur qui attendent de pouvoir germer un jour sous le soleil des maisons d'édition.

A consulter sur l'art de la nouvelle

Les règles de la nouvelle littéraire

L'art de la nouvelle de Somerset Maugham