Au fil des siècles les mouvements artistiques se sont enchaînés et entremêlés. Quel rôle avaient-ils dans la peinture et dans quelle mesure s'inscrivaient-ils dans leur siècle? Quelles ont été les raisons de la naissance de ces courants artistiques?

Du XIIIe au XVe siècle, de l'art gothique à la Renaissance

L'art gothique se caractérise essentiellement par l'éloignement des standards religieux de l'art roman. Plus émotionnel, plus coloré, plus raffiné, plus méticuleux, l'art gothique se caractérise par la finesse de ses œuvres, ces dernières étant essentiellement des retables d'églises, des fresques murales ou des enluminures. Cet art s'est développé de la moitié du XIIIe siècle au XVe siècle, en passant par différents stades de plus en plus techniques. Le primitif flamand le plus connu de cette époque est Jan van Eyck qui a peint le Retable de l'agneau mystique.

A partir des années 1420, la Renaissance fait son entrée dans le monde de la peinture. Véritable révolution artistique et technique, ce mouvement permet aux peintres l'exploration des thèmes non religieux. Ainsi, les paysages, natures mortes et portraits font leur apparition, sur des toiles et non plus des morceaux de bois trop coûteux. C'est en Italie que ce mouvement se développe principalement et c'est à cette époque que les techniques sur la perspective s'améliorent grâce à des peintres comme Piero della Francesca (La Flagellation du Christ) ou Mantegna (La Crucifixion). Cette évolution de la perspective est très intéressante à suivre dans les salles du Louvre dédiées aux peintres italiens. C'est aussi à cette époque que naissent les techniques du clair-obscur, très utilisé ensuite par les caravagistes, du sfumato, technique propre à Léonard De Vinci qui consiste à ajouter comme un léger voile de fumée dans des œuvres comme La Joconde ou Saint Jean-Baptiste, et d'un maîtrise parfaite des proportions et de l'anatomie du corps humain.

Du XVIe au XVIIe siècle, le maniérisme, le caravagisme et le baroque

Le maniérisme, aussi appelé renaissance tardive, débute dans les années 1520 et finit vers 1580. Après la mise à sac de Rome en 1527, les peintres délaissent l'humanisme et la perfection de ses représentations pour le maniérisme, mouvement grâce auquel le peintre peut apporter sa touche personnelle dans son œuvre. Par exemple, les proportions des corps humains erronées chez El Greco (Laocoon) ou bien les anamorphoses d'Holbein le Jeune (Les Ambassadeurs). Arcimboldo, lui, peint des visages grâce à des fruits et légumes, Michel-Ange laissera sa manière de peindre pour des générations entières de disciples.

Suite à la Contre-Réforme et au Concile de Trente au XVIe siècle, l'art baroque débute. Il se caractérise par la passion et l'émotion se dégageant de ses peintures, beaucoup plus virulentes que pour les œuvres de la Renaissance, qui laissaient place au calme de la représentation. Des couleurs chaudes et vives entrent dans la composition. Cette dernière s'obscurcit pour laisser une grande place à la technique du clair-obscur, très utilisée ensuite par les caravagistes. Parmi les peintres baroques, beaucoup sont très connus comme Rembrandt, Vermeer, Rubens, Van Dyck. Les oeuvres comme Les Ménines de Vélasquez ou L'astronome de Vermeer représentent à merveille l'art baroque.

Le Caravage, peintre baroque, humanise, au début du XVIIe siècle, les peintures religieuses et les personnages bibliques. Fameux pour sa technique de clair-obscur totalement maîtrisée, Le Caravage influence d'autres peintres comme Manfredi, Valentin de Boulogne ou encore Georges de La Tour. Les œuvres les plus connues du caravagisme sont Le Martyre de Saint-Matthieu, L'incrédulité de Saint-Thomas ou La mort de la Vierge du Caravage, ou encore Saint-Joseph charpentier de Georges de la Tour.