Si de nombreuses fêtes chrétiennes sont assorties de traditions culinaires symboliques, comme l'agneau Pascal, la fête de la Pentecôte en est dénuée.

Le veau de la Pentecôte est venu sur les tables françaises suite à une opération marketing émanant de la confédération française de boucherie des années 90. Néanmoins, comme toute fête chrétienne qui se respecte ce jour de fête est assorti d'un bon repas. Un repas de fête signifiait autrefois, un menu où la viande était présente au contraire des jours communs.

Le repas champêtre de la Pentecôte

A cette époque, on peut espérer les beaux jours, un temps ensoleillé. Autrefois, il était courant que le repas de la Pentecôte se déroule en extérieur. C'était un choix pour certains, tandis que pour d'autres il s'inscrivait dans le cadre d'un pèlerinage. Découvrez nos astuces pour organiser un pique-nique et ne rien oublier, ainsi que des idées de décoration pour un repas en extérieur, une garden party.

Composer son menu pour le repas de la Pentecôte au rythme des saisons

Si l'on considère le rythme des saisons, le mois mai offre un grand choix de viandes, de légumes et de fruits qui s'avèrent être un excellent guide dans le choix de ses plats pour la Pentecôte. Derrière les liens, découvrez des idées de recettes d'ici et d'ailleurs.

Pour les garnitures et accompagnements, sachez que les purées de fête gourmandes, les petits flans aux légumes ou encore les tatins de tomates rencontrent toujours un franc succès.

A noter que les dictons et les chants de Pentecôte d'autrefois sublimaient les fraises, aussi un dessert à base de ce petit fruit rouge si parfumé et sucré, fait partie des desserts que l'on peut cuisiner en ce jour de fête. Par exemple, vous pourrez préparer un fraisier, une salade de fruits aux fraises, une mousse aux fraises , ou encore une tarte à la crème et aux fraises.

Côté desserts, un dessert emblématique, le gâteau porte-bonheur de la Pentecôte est incontournable, découvrez l'origine du colombier et sa recette.

Des idées d'entrées, de plats et de dessert de la Pentecôte

Puisque tout repas de fête sous entend de délicieuses petites mises en bouches servies en appéritif, voici quelques suggestions: les antipastis à la tomate, au fromage, aux aubergines, des tapas aux légumes ou fromage, aux fruits de mer, des zakouskis, des canapés de fête.

Découvrons, maintenant comme sources d'inspirations, des spécialités régionales tout droit venues des menus de Pentecôte d'autrefois:

  • Dans le Périgord, il était d'usage de déguster une tourte aux pigeons pour la Pentecôte. Ce plat traditionnel, servi fumant était hautement symbolique. En effet, la tourte déposée sur une belle nappe blanche ressemblait àune coupole d'or. Tandis que le pigeon rappelle la forme sous laquelle le Saint-Esprit descendit sur les apôtres en langues de feu. Le plat réunit donc souvenirs religieux et gastronomie enchanteresse. Le petit animal emblématique pouvait également être servi cuisiné aux petits pois, présenté dans une belle porcelaine fine blanche.
  • Dans les écrits anciens, les repas et les traditions de la Pentecôte de la Confrérie du Saint-Esprit nous sont relatés. La semaine précédent la fête, trois prieurs et trois prieuresses quêtaient le blé. Celui-ci donnerait le pain des repas, tant pour les pauvres que les riches. La veille de la Pentecôte, les confrères promenaient en grande pompe les animaux destiné au repas dans toute la ville. Ces derniers étaient décorés de fleurs et de rubans, placés en tête du cortège. Le diner du jour de fête de Pentecôte était composé d'une fricassée de foie de veau, d'un oeuf mollet cuisiné au clous de girofle, d'une pièce de boeuf à la moutarde, de poitrine de mouton (pendant laquelle on chantait le Veni Creator), d'une assiette de riz, d'une pomme et un morceau de fromage. Le lendemain au souper, les confrères se régalaient d'une assiette de veau à l'étouffée, de pieds de mouton à la vinaigrette, de veau et de mouton rôti à la sauce verte, de pommes et de fromage. Pour le dîner du lendemain que l'on nommait le banquet de la langue de boeuf était fourni par les échevins et fonction de ce que ce dernier leur proposait. Le lundi de Pentecôte au souper, étaient servis: une salade de laitues, du pigeon et du poulet farcis, une pièce de boeuf à la moutarde, du porc en gelée, une tarte en dessert. Chaque repas était accompagné de pain fait maison, de vin.
  • Au XVIIIe, voici le repas qu'un propriétaire de la prévôté de Corné offrait aux officiers. Le repas du mardi de la Pentecôte était composé d'une soupe safranée, d'un trumeau de boeuf, d'un chevreau entier, d'une oie farcie.
  • En Ardèche, Sylvette Béraud-Williams, nous apprend qu'à Vernoux on conservait un chevreau pour Pâques, pour la Pentecôte, ou encore pour le jour des battages en juillet. Ainsi, elle cite un exemple de menu: gelée de chevreau, gâteau de foie, blanquette ou gigot rôti aux herbes. De nombreuses régions citent le chevreau, dont certaines le cuisinaient en blanquette.
  • En Rhône Alpes, particulièrement en Savoie et en région lyonnaise, le dessert favoris de la Pentecôte était les îles flottantes. En effet, à cette période, comme à Pâques, les oeufs étaient abondants. En Haut Chablais, un des desserts traditionnel pour cette fête était la coque, autrement dit le pain perdu
  • En Alsace, côté légumes on cuisinait le navet blanc pour la Pentecôte (comme à Pâques). Ce qui nous conduit à un délicieux met, idéal pour célébrer la fête: des magrets de canard aux petits navets glacés, ou encore des cuisses de canard farcies, accompagnées d'un savoureux gratin de navets en béchamel.
  • Plus récemment, voici un menu de Pentecôte 1961: oeufs à la Jeannette, tomates Madame de Sévigné, Saumon de l'Adour et sa sauce tartare, pigeonneau sur toast, asperges d'Argenteuil à la vinaigrette, plateau de fromages, parfait glacé.
Nos régions, les recettes de terroirs sont une source inépuisable pour nos idées de repas. Les repas d'autrefois donnés par la noblesse, aussi.

Exemple de menu servi pour la Pentecôte à la noblesse au XIXe siècle

Entre les entrées et les desserts, le repas était composé de 22 mets...

  • Les potages: consommé de volaille, consommé de tortue clair,
  • Les entrées chaudes: côtelettes d'agneau aux petits pois, poulets rôtis au cresson, caille de vigne sur croûton, truffes à la serviette,
  • Les entrées froides: côtelettes de truite à la Demidoff, salade de homard garnie d'oeufs et concombres, filets de sole à la Cendrillon, salade russe au milieu, petites galantines de volaille à la gelée, noisettes d'agneau en chaudfroid comtesse (pointes d'asperges), chaudfroid de mauviettes à la bohémienne (truffes et foie gras), médaillon de volaille à la parisienne (petits pois), jambon d'Yorck à la gelée, petits poulets printaniers découpés, sandwiches à la Reine, petits pains à la française, asperges en branches, sauce crème.
  • Les entremets: gelée macédoine au Champagne, bavarois moscovite chocolat et café, mousses de fraises et abricots, petite pâtisserie variée...
Difficile de concevoir de nos jours une telle abondance de plats, néanmoins, il nous est de grande utilité pour composer notre menu de Pentecôte, revu au goût du jour.

On constate donc la présence de plusieurs viandes à chacun des repas, ce qui de nos jours où elle fait partie de notre table journalière semble un peu de trop... Certaines familles proposent pour les menus de fête une entrée au poisson ou aux fruits de mer, parfois comme deuxième entrée, en sus d'une viande en plat principal.

Différencier le plaisir de manger et le plaisir de la table

Selon l'éminent gastronome Brillat-Savarin, "le plaisir de manger nous est commun avec les animaux". En effet, il s'agit alors que de satisfaire à un besoin de nourriture pour rassasier une faim qui nous tenaille.

Ce dernier nous dit "le plaisir de la table est particulier à l'espèce humaine, il suppose des soins antécédents pour les apprêts du repas, pour le choix du lieu et le rassemblement des convives". C'est ainsi que pour réussir son repas de fête, on s'ingénie à bien choisir le lieu, à l'intérieur ou à l'extérieur, mais aussi à créer une ambiance, une décoration de table, du lieu où aura lieu ce festin. Car en effet, ces aspects là sont aussi important que le choix du menu.

La décoration de tâble de la Pentecôte sous le signe de la colombe et de la nature

Nous l'avons constaté dans notre article traitant des coutumes, traditions et symboles de la Pentecôte, le feu, la colombe, la végétation et les fleurs sont très présentes. Vous pouvez vous inspirer de la décoration de table créée pour la Chandeleur où l'on retrouve notamment la colombe, le feu.

A lire:

Pentecôte, les foires, vogues, courses d'autrefois à aujourd'hui, des idées de sorties

La Pentecôte, coutumes, symboles, traditions, jeux et croyances

Recette de terrine de foie gras truffé, à l'ancienne et astuces, le saviez-vous? les grand-mères fabriquaient du "faux foie gras" avec du foie de veau.

Sources:

Revue des traditions populaires, Société des traditions populaires au Musée d'ethnographie du

Trocadéro (Paris), 1886-1919

Wikipédia, Veau de la Pentecôte

Sylvette Béraud-Williams, La cuisine paysanne d'Ardèche: La vie des fermes et des champs racontée par une enfant du pays, La Fontaine de Siloë, 2004

Marie-Thérèse Hermann, La cuisine paysanne de Savoie, La Fontaine de Siloë, 2004