Le chat est un malade on ne peut plus réservé. Il ne se plaint pas lorsqu’il souffre, il ne modifie que très peu son attitude générale. Or, chez lui, microbes et virus s’avèrent souvent fatals si les soins tardent trop. C’est pourquoi il faut être vigilant et ne pas hésiter à consulter dès que des problèmes sont perceptibles. Bien qu’on ne devienne pas vétérinaire en lisant un article, ces informations seront utiles à tout ami des chats.

D'une façon générale, un chat hirsute et prostré nécessite un examen, une température excessive (plus de 39°) ou trop basse (moins de 38°) également.

Troubles respiratoires

Souvent discrets, il peuvent cependant signaler une atteinte sérieuse.

  • Son nez coule et il éternue : prenez sa température. Il peut s’agir d’un coryza qui, chez le chat, n’est pas un simple rhume mais une rhinite microbienne dangereuse.
  • Il tousse régulièrement, il reste immobile, les pattes repliées sous le corps, sa respiration est courte : là encore, prenez sa température. Si la fièvre monte à 39 ou 40° il s’agit probablement d’une bronchite. Elle peut se compliquer d’une pneumonie qui, sans soins, évoluera rapidement et souvent de façon dramatique.

Troubles cutanés

  • Chute de poils excessive, démangeaisons (le chat se gratte fréquemment), croûtes, ces symptômes-là se repèrent facilement. Le vétérinaire vous dira s’il s’agit d’une gale, d’un eczéma, d’une mycose ou plus simplement des puces ou d’un autre parasite externe. En attendant, surveillez le régime alimentaire et les fonctions générales par précaution. S’il est question d’une dermatose à champignons ou à parasites, c’est contagieux. Si c’est possible, isolez votre chat des autres animaux.
  • Les oreilles sont sales (dépôt noirâtre et collant) et sentent mauvais. Il s’agit de la gale de l’oreille (appelée aussi otite acarienne). Bien qu’au début elle semble ne pas trop gêner l’animal qui se gratte simplement les oreilles, ne la négligez pas. Deux cas peuvent se présenter : -soit elle se propage ensuite au reste de la tête, puis progresse en gale généralisée, presque incurable -soit elle évolue en otite profonde et cause des troubles méningés.

Troubles urinaires et génitaux

  • Les mictions (émissions d’urine) insuffisantes ou involontaires (quelques gouttes d’urine jaillissent lorsque le chat descend un escalier par exemple) évoquent une néphrite ou une cystite. Quant aux urines teintées de sang qui viennent après des efforts laborieux, elles traduisent la présence de calculs, affection très fréquente chez les chats castrés.
  • Chez la femelle, il faut s’inquiéter si le ventre est ballonné, douloureux au palpé, que la chatte manque d’appétit et qu’elle a de la fièvre. Des écoulements par la vulve aggravent le tableau clinique. Il s’agit probablement d’une métrite à soigner de toute urgence.
  • Les grosseurs anormales ainsi que les indurations d’une mamelle sont également signe d’un trouble indirectement génital.

Troubles digestifs

  • Les tentatives sans succès de vomissement signalent un objet coincé dans la gorge (arête, aiguille, petit os). Cela arrive souvent aux chatons qui jouent avec n’importe quoi. Soit le chat finit par s’en débarrasser, soit le vétérinaire s’en chargera.
  • Si la fièvre atteint ou dépasse les 39°, que le bout de sa langue a l’air brûlé, qu’il reste abattu sans manger ni boire, il faut faire vite : il peut s’agir du typhus du chat, parfois mortel en quelques heures.
  • Il a la diarrhée. Gastro-entérite (bactérienne ou virale), parasite intestinaux (vers), intoxication, ingestion d’aliments avariés ou toxiques, intolérance alimentaire peuvent en être à l’origine. Faites-le jeûner 24 heures et vermifugez-le. Si la diarrhée persiste, consultez.

Troubles oculaires

  • Corps étranger dans l’œil, conjonctivite ou blépharite provoquent des yeux qui larmoient, souvent à moitié fermés.
  • Une hémorragie dans un œil seulement signe hélas le plus souvent une tuberculose de l’œil, affection très grave et redoutée.
  • Un voile blanc, gris ou opalescent (un peu comme de la nacre) indique une maladie de la cornée. Et une tache noire et ronde dans l’œil peut révéler un ulcère.

Troubles locomoteurs

  • Le chat marche sur trois pattes, la quatrième étant repliée, ne saute plus et crache et se débat si on l’effleure à peine. C’est sans doute une fracture. En revanche s’il se laisse manipuler et examiner, il peut s’agir d’une entorse, d’une blessure, d’une piqûre ou d’un abcès consécutif à une morsure.
  • S’il a du mal à se mouvoir et qu’il est âgé, il vous montre sans doute ses rhumatismes.
  • S’il boîte légèrement, la griffe du pouce -la seule qui ne s’use pas- de la patte malade est peut-être incarnée.

Troubles sanguins ou circulatoires

Le chat maigrit. Il a l’air triste et dort sans cesse. Ses gencives sont décolorées et toutes ses muqueuses pâles. Cette anémie est due à un parasite. Il peut s’agir de piroplasmose ou de leishmaniose (très grave), bien que ces pathologies soient constatées de façon marginale chez le chat, ou encore d'hémobartonellose (anémie infectieuse féline) toutefois rare elle aussi.

La douleur du chat, sauf quand elle est aiguë, passe le plus souvent inaperçue. (Il arrive cependant que certains chats ronronnent lorsqu’ils souffrent). Ce n’est pas pour autant qu’il n’a pas mal. Un bon maître sera donc attentif en permanence à tout comportement inhabituel.

Voir aussi : soigner son chat malade et conseils pour garder son chat en bonne santé.