Le 27 juillet le monde entier aura les yeux rivés sur le Stade Olympique de Londres, pour une cérémonie d’ouverture qui s’annonce grandiose.

Si le Stade Olympique est considéré comme le lieu incontournable des jeux et de tous les exploits, le village des athlètes n‘en demeure pas moins le centre névralgique pour les quelques 9800 athlètes qui y sont attendus.

Pour Tony Sainsbury, le directeur général du village, «le village est comme le prétendent certains, l’endroit où se gagne l’Or Olympique.»

Et pour certifier ces belles paroles, tous les moyens ont été mis en œuvre pour une prise en charge totale des athlètes afin d’accroître leur performances.

Car le village Olympique de Londres est une véritable ville dans la ville. Cette mise en abîme n’est pas seulement une fantaisie des organisateurs et de l’industrie du BTP, c’est surtout un moyen de signifier au monde que les athlètes sont au cœur d’un dispositif stratégique qui leur permettra d’arriver sur les aires de compétition dans les meilleurs conditions possibles.

Dans cette optique rien n'a été laissé au hasard. Le village olympique est un lieu de vie unique, une bulle dans laquelle les athlètes seront coupés du monde pour une préparation optimale.

Le concept du village: spacieux, sécurisé, pratique

Dans l’imaginaire collectif, le village olympique est avant tout une cité dortoir.

Mais dans la réalité, le village est une véritable métropole sportive dotée d’une incroyable rangée de prestations à disposition des athlètes.

Des commerces, une clinique, des restaurants, ainsi qu’un centre spirituel multi-confessionnel constituent quelques unes des offres de services exceptionnels qui garantiront une prise en charge maximale des athlètes.

Le Village Olympique de Londres est situé dans le Parc Olympique à l’est de la ville dans le quartier de Stratford. Protégé comme une forteresse par l’armée et la police, les visiteurs doivent montrer patte blanche. Seuls les athlètes, les officiels, les journalistes ou les quelques 8000 employés ou volontaires auront la chance d’y pénétrer.

Malgré une superficie de 250 hectares en commun avec le Parc Olympique, le village Olympique de Londres sera le plus spacieux de toute l’histoire des Jeux. Onze bâtiments d’habitations qui abriteront 8462 chambres. Au cœur de la plupart des sites de compétitions, le village olympique, se veut avant tout pratique, et permettra à environ 80% des athlètes de se trouver à moins de vingt minutes de leur site des épreuves.

Si le village olympique a été conçu pour le bien être des athlètes, il a également été pensé pour un usage futur.

Un réaménagement prometteur

Quelques jours après les Jeux, les quinze mille résidents du village, laisseront de nouveau la place aux architectes, et autres constructeurs. Car la vie au village ne s’arrêtera pas après les Jeux.

Le village olympique fait avant tout partie d’un projet global, tout a été planifié pour une utilisation à très long terme de l’espace et de ses bâtiments. Les sites olympiques constituent un héritage pour les citoyens de Londres. La reconversion du site permettra le réaménagement de quelques trois mille appartements. Et la vente du site à une coentreprise crée avec le fond d’investissement Qatar Diar et le groupe immobilier britannique Delancey permettra la construction de deux mille logements supplémentaires.

La ville de Londres compte bien faire fructifier l’héritage des Jeux de Londres, comme Barcelone avant elle, et redonner de la vie à cette zone qui n’était encore à l'annonce de la victoire de Londres en juillet 2005, qu’une partie sinistrée et désertée de la ville.

Le village Olympique qui ouvrira ses portes officiellement le 16 juillet prochain reste l’exemple le plus séduisant des futures reconversions réussies de l‘héritage olympique.