L'onagre se dresse soudain au bord d'un fossé, ou à l'ombre d'un arbre. C'est une reine, haute et fière, lumineuse et féminine. Elle embellit les terrains vagues, illumine les sous-bois, et enferme au cœur de ses corolles des trésors insoupçonnés. Utilisée depuis des siècles par les Indiens d'Amérique, ce n'est que récemment que la recherche scientifique occidentale s'est penchée sur cette plante aux multiples bienfaits.

Fiche d'identité de l'onagre

Nom latin : Œnothera biennis

Nom français : Onagre bisannuelle

Noms locaux : Belle de nuit, Primerose, Primerose du soir, Primevère vespérale, Herbe aux ânes, jambon de jardinier...

L'onagre appartient à la famille des onagracées, comme le fuchsia ou l'épilobe. Elle est originaire d'Amérique du Nord, appelée là-bas Evening Primrose, mais expatriée « par hasard » au XVIIIe siècle, elle s'est rapidement répandue dans toutes les régions françaises. C'est une plante commune des campagnes. Elle mesure jusqu'à 1,50 m de haut, sa tige haute se termine par un bouquet de jolies fleurs d'un jaune très doux et lumineux, comme celui de la primevère. Les fleurs sont assez grosses et sont visibles de juin à septembre. Ses surnoms indiquent qu'elle fleurit le soir, et très tôt dans la saison et que ses fleurs ne durent que 24 heures.

Les vertus de l'huile d'onagre, riche en acides gras gamma linoléniques

Les Amérindiens utilisaient pratiquement toute la plante pour un usage alimentaire (racines) et médicinal (feuilles et graines). L'onagre avait la réputation de soigner les plaies et d'apaiser la toux. Dans ces deux utilisations, on peut supposer que déjà les hommes avaient remarqué les effets bénéfiques de la plante sur la peau et son action anti-inflammatoire en général.

La remise au goût du jour de l'onagre s'est opérée au XXe siècle, lorsque l'on a découvert le rôle primordial des acides gras essentiels (AGE) dans l'équilibre physiologique, et notamment des acides gras linoléiques (AGL). Les nombreuses graines de la fleur d'onagre renferment une grande quantité d'acides linoléiques et gamma-linoléniques qui appartiennent à la catégorie des oméga-6. Les acides gamma-linoléniques sont indispensables pour la production des prostaglandines E1 (PGE1) dont le rôle est déterminant dans le contrôle de certains enzymes, et la neutralisation des PGE2 à l'origine de certains cancers. Riche également en acides gras insaturés, l'huile d'onagre participe à l'équilibre du taux de cholestérol.

L'huile d'onagre est également reconnue pour sa teneur importante en vitamine E, qui possède une action antioxydante non négligeable : protection des cellules (antiradicaux libres), prévention des maladies cardio-vasculaires, traitement de l'eczéma et action contre le vieillissement de l'épiderme.

Les différentes utilisations de l'huile d'onagre

Le corps humain ne possède pas d'acides gamma-linoléniques, et c'est donc par les apports de l'alimentation qu'il doit se la procurer. Seules quelques plantes en possèdent des quantités suffisamment importantes pour être exploitées en phytothérapie, comme la spiruline, une algue revenue à la mode ces dernières années, la bourrache en moindre quantité, ou l'onagre.

En phytothérapie, l'huile 1re pression à froid (sous forme de capsules) est préconisée pour

  • faire baisser le taux de cholestérol ;
  • réduire le risque de maladies cardio-vasculaires ;
  • compléter le traitement des maladies dues au faible taux de PGE1 (maladies auto-immunes, polyarthrite rhumatoÏde...) ;
  • réduire les troubles de la ménopause et des symptômes prémenstruels (seins douloureux) ;
  • Apaiser les eczémas d'origine allergique ou non.
En complément alimentaire, ses graines peuvent apporter de précieux nutriments dans les salades. Sa racine peut se consommer une fois cuite, comme une pomme de terre ou un navet, ou en infusion.

En cosmétique, l'huile première pression à froid, sous forme de capsules à avaler, ou en application locale, est utilisée pour la santé de la peau. Sa richesse en vitamine E en fait un antirides idéal, donne de l'éclat aux peaux fatiguées. Il faut en appliquer quelques gouttes sur le visage et le cou en massant doucement, le soir de préférence. Elle est également recommandée (sous forme de capsules) pour renforcer les cheveux, limiter leur chute et favoriser la pousse.

Elle est extraordinairement apaisante sur les peaux irritées : dermite, allergies cutanées, prurit...

Ce qui séduit le plus les naturopathes et les médecins, c'est l'innocuité de cette plante, qui peut être utilisée à des doses assez importantes. il est préférable cependant de ne pas l'utiliser sans la prescription d'un spécialiste, qui saura vous donner le dosage convenant le mieux à vos besoins. L'huile d'onagre en vente libre dans le commerce est assez faiblement dosée, et permet une utilisation sans risques, à condition de respecter la posologie indiquée sur les flacons.

A lire :

Un exposé exhaustif sur les vertus médicinales de l'onagre

L'huile d'onagre, ses propriétés exceptionnelles dans le traitement des maladies fonctionnelles, Judy Graham, Desclée de Brouwer 1991