Le Cherche Midi édite une collection de « Pensées, répliques, textes et anecdotes » d’auteurs ayant su dérider leurs contemporains. S’y trouvent Alphonse Allais, Tristan Bernard, Feydeau, Jules Renard, Sacha Guitry… Mais aussi un amuseur comme Jean Yanne (1933-2003).

Duo avec Jacques Martin

Cet homme d’esprit s’est fait connaître au music-hall, à la radio, à la télévision (avec Jacques Martin notamment) mais aussi au cinéma dans des rôles tantôt tragiques (Le Boucher… ) tantôt comiques (Papy fait de la résistance…).

Dans son recueil, Le Cherche Midi présente cinq textes de lui liés à « la période la plus bête de l’année », celle des vacances dont l’étymologie est décrite dans « Les vacances vont vous faire du mal » : les vacances viennent du grec vaos (aller) et du latin cançus, repos : « Aller au repos » !

Le soleil est une cochonnerie

Jean Yanne y déplore que « les citadins n’aient plus que cette idée en tête dès les premiers jours de juillet » : pour lui, « cette prétendue détente que l’on trouve sur les plages, au milieu des étendues d’herbe et au pied des montagnes n’est qu’un mythe »

Ce mythe, Yanne le détruit en indiquant que « le soleil est une cochonnerie » ! Car il conduit « l’être humain à ne plus être gouverné, dans ses désirs et dans ses actes, que par le baromètre » !

Notre bronzage quotidien !

Résultat (déplorable !) : « Le citoyen n’est plus qu’un torse huilé qui demande dans ses prières : « Donnez-nous aujourd’hui notre bronzage quotidien ! » Pour Yanne, le soleil attaque le psychisme de l’homme car, en devenant son nouveau dieu, ce dernier ne pense plus qu’à lui le reste de l’année !

Et « en septembre, lorsqu’il reprendra son travail, l’homme ne sera plus qu’une larve hébétée ressassant sans cesse des souvenirs. Il sortira de sa poche de lamentables photos montrant sa bedaine étalée, et gloussera en les faisant circuler : « Là, c’est moi… au soleil d’Arcachon… » »

Pas de réveillon en août !

Ensuite Yanne dénonce un scandale : « Pendant le mois d’août, le réveillon est hors de prix » ! Et d’argumenter : « Chez les poissonniers, les huîtres sont introuvables ; chez les charcutiers, il n’y a pas de boudin blanc ; chez les marchands de volaille, les dindes ne sont pas grasses...»

Dans « Le bilan des vacances ? Pouah ! », Yanne indique qu’en septembre le Français avoue que ses vacances ont été « cauchemardesques »…

Réinventons le train

Forcément, les automobilistes se rendant tous « dans les mêmes localités » en empruntant « les mêmes chemins », des bouchons se créent à la sortie des grandes villes…

La solution Jean Yanne ? « Organiser des départs collectifs » à heure fixe à l’entrée de l’autoroute du sud pour former un convoi de « 100 voitures attachées l’une à l’autre par un système de crochets » avec en tête une voiture plus puissante…

Avec humour et bon sens, Yanne réinvente… le train !

Le Tour de France

Dans « L’envers du Tour », il évoque ce qui se trame et ce qui s’ourdit dans l’ombre de l’épreuve cycliste préférée des Français….

Pour lui « le Tour n’est que la synthèse d’un ensemble de combines, d’un tas de salades et d’un amas de complots, qui non seulement défient les lois de la morale, mais constituent un véritable danger pour notre patrie… »

Enfin, dans « Le prêt-à-épouser », Jean Yanne s’adresse aux jeunes filles et femmes célibataires qui souhaitent trouver un mari sur les plages de France « au mois de juillet »…

Le choix d’un homme

Elles ont raison car y grouillent également des millions de célibataires du sexe masculin… Son conseil ? Choisir son futur mari pendant qu’il est tout nu ! Mais non pour connaître sa morphologie et la longueur de sa chipolata !

Pour fouiller dans ses affaires qui, selon le « théorème de Saint-Tropez », permettent de savoir « qui il est, ce qu’il est, à quel milieu social il appartient et quelle est sa situation familiale et financière… »

Les Mémoires du Général de Gaulle

Et Yanne de présenter neuf petits tas d’affaires laissés sur la plage, à inspecter pendant que Monsieur se baigne à 200 mètres du rivage…

L’un comprend, entre autres, une carte de la CGT et une salopette ; l’autre, deux boîtes de cassoulet et une douzaine d’huîtres ; un autre, les Mémoires du Général de Gaulle et une boîte de cirage ; un autre, une soutane…

Selon les tas, chacune saura dès lors à quoi s’en tenir…