Un peu d'histoire

Le monachisme date de la fin du 3ème siècle, les moines et moniales vivent en communauté généralement à l'écart de la vie bruyante, en des endroits propices au recueillement, la vie au monastère est structurée selon des règles, différentes selon les ordres.

Le monastère comprend une église, un cloître, un dortoir, des cellules, un réfectoire, une bibliothèque, un parloir, une cuisine, un cellier, des dépendances pour la culture et l'élevage des animaux. Les bâtiments sont construits selon une architecture de belle facture, un ensemble fermé en pierres ouvert sur un jardin central, propice à la prière, la méditation et l'étude.

L’abbaye Sainte-Marie fondée en 552, est le premier monastère féminin dont il est fait mention en Gaule, et devient Sainte-Croix après avoir reçu en 567 des fragments de la Croix envoyés par l'empereur de Constantinople. Sa première abbesse fut sainte Agnès, elle plaça le monastère sous la règle de Saint Césaire.

Grâce aux donations des familles royales, après l'invasion des vikings, de nouvelles abbayes apparaissent, ensuite les communautés bénédictines de l'ordre de Cluny. Les monastères féminins recrutent des filles de la noblesse et s'agrandissent au gré de la dot confortable exigée pour entrer au couvent.

La communauté vit en autarcie, les hommes n'y sont pas admis, excepté ceux chargés des travaux d'entretien et agricoles, et le prêtre officiant à la messe.

La supérieure est souvent imposée par les familles princières, doit avoir plus de trente ans et posséder, en plus des références une solide culture générale.

Une hiérarchie stricte assure la bonne marche de la communauté, les professes dominent novices oblates et servantes, sous l'autorité de l'abbesse.

La communauté dispense l'instruction aux filles et garçons des l'âge de sept ans, on enseigne la lecture, l’écriture, le calcul, la peinture. Les nonnes officient dans les tisaneries, pour préparer les remèdes et en hospice pour des soins plus techniques aux malades et aux mourants.

Devenir nonne

Des filles entrent au monastère essentiellement par décision familiale, les volontaires le font pour échapper au mariage, s'assurer une vie sûre et confortable ou accéder à la culture, la candidate au voile renonçait à ses biens terrestres pour suivre la règle de St Benoit.

Pour garantir la pureté des corps et des âmes elles sont autant que possible cloitrées entre 6 et 8 ans.

On disait :

"Au monastère n’entrent que des vierges ; pour être élevées à l’abri des tentations du monde extérieur".

"La solitude est plus nécessaire aux nonnes qu’aux moines parce qu’elles sont plus fragiles".

Les parents payent une dot, qui donne à la novice des privilèges, la fille à la dot modeste est vouée aux fonctions secondaires (jardin, ferme, travaux d'entretien), elle vit séparée des nonnes de chœur.

Les monastères sont tenus d'accueillir voyageurs et pèlerins, et de soigner les corps comme les âmes.

Pour expier leurs fautes ou se consacrer exclusivement à dieu, des nonnes choisissent la réclusion qui consiste à vivre totalement isolée dans la prière. Après la cérémonie de renonciation définitive à la vie publique elles avaient pour seul contact la distribution des repas par une petite trappe prévue à cet effet, dans la porte de la cellule, le reclusage sera pratiqué du XIe au XIVe.

Des femmes savantes

les moniales, protègent les écrivains et les artistes, étudient les langues et la poésie, certaines auront un impact dans l'histoire par leurs écrits : poèmes, études et traités dans le domaine de la médecine par les plantes, les nonnes sont les premières soignantes à officier dans les hôpitaux et léproseries.

Les moniales sont sans aucun doute à l'origine des premières femmes de lettres comme Christine de Pisan et plus tard Louise Labé.

La prophétesse du Rhin Hildegarde de Bingen,née à la fin du XIe siècle d' une famille noble entre au monastère à huit ans, fait profession à quinze et devient abbesse à quarante ans, elle écrira

le” livre de la simple médecine" (illustré d'herbiers et de bestiaires), son "Causae et curae" est un manuel de médecine pratique et de pharmacologie.

D'autres se distingueront par des réputations plus éclectiques comme Huguette de Hamel, abbesse de Pourras, dont François Villon vante les 'vertus" dans son testament.

Les femmes vont gagner du pouvoir dans l’institution ecclésiastique les ordres religieux sont à fin du Moyen-Age animés d'un désir de réforme, auquel elles ne sont pas étrangères car la religion imprègne la vie culturelle et joue un rôle fondamental dans la vie des femmes médiévales.

Au XIe siècle des monastères doubles vont se créer : les femmes sont séparés des hommes par des clôtures et grillages mais l'église décidera rapidement de les interdire suite à des rumeurs concernant de nombreux bébés, emmurés, issus de la promiscuité.

Au XIIe siècle, les moniales appartiennent à l'ordre bénédictin, ou de Cîteaux, ensuite viendront les dominicaines et les clarisses.

A une époque ou l'espérance de vie se situait autour de quarante ans certaines abbesses vécurent jusqu'à l'âge de soixante-dix ans, ce qui s'explique probablement par l'adage de l'esprit sain dans un corps sain.

Quelques définitions

Abbesse : supérieure d'un monastère de femmes, son autorité prévaut sur celle de l'évêque du lieu.

Béguine : membre d’une communauté religieuse autonome.

Bénédictine : religieuse de l'ordre de Cluny.

Carmel (carmélites) : établissement voué à la contemplation, ordre de Ste Thérèse d'Avila.

Chartreux : religieux de l'ordre de St Bruno.

Cisterciens (et trappistes) de l'abbaye de Cîteaux.

Clarisse : religieuse de l'ordre de Sainte Claire.

Couvent : établissement religieux, plus ouvert sur le monde que le monastère.

Dominicaine : religieuse de l'ordre de St Dominique, ou des prêcheurs.

Franciscains ; religieux de l'ordre de St François d'Assise.

Monachisme : mode de vie des moniales et moines, qui vivent en communauté, séparés du monde.

Monastère : ensemble de bâtiments où réside une communauté, aux règles strictes.

Moniale : moine au féminin.

Nonne : synonyme de religieuse, béguine.

Nonnes de chœur : qui chantent les offices et travaillent sur les textes religieux.

Novice : nonne qui se prépare à la prononciation des vœux.

Oblate : personne admise dans une communauté, sans avoir prononcé les vœux, contre donation de ses biens et stricte observance des règles.

Portière : nonne chargée d'accueillir les visiteurs.

Professe : religieuse qui a prononcé les vœux d'engagement.

Reclusoir : étroite cellule de pierre, isolée du monde extérieur, parfois installée près d'un cimetière ou d'une église.

Règle de Saint Benoit : vivre dans la prière, la pauvreté et le travail.

Règle de Saint Césaire : la première écrite spécifiquement pour la communauté monastique féminine.

Sœur : nom que toute religieuse se choisit, souvent celui d'une sainte, comme sœur Agnès.

Sources et références :

http://www.sainte-liberte.fr/article-31583707.html

http://medieval.mrugala.net/Religion/Ordres%20religieux/index.html