Au cœur du Périgord noir, les Jardins du manoir d’Eyrignac situés non loin de Sarlat, sont sans aucun doute parmi les plus belles représentations de l’art topiaire en France, avec une collection unique de plus de 300 formes de sculptures végétales et 50 000 plants d’ifs, de buis et de charmes.

Tout y est mis en œuvre pour privilégier l’Excellence: le travail manuel à l’ancienne, la précision de la taille à la cisaille à main, le travail d’orfèvre de finition sur les gazons, la découpe au cordeau de toutes les bordures et tous ces détails qui font de la nature disciplinée d’Eyrignac une sculpture sans cesse modelée, et un lieu unique en France et en Europe.

Le royaume des sculptures végétales

Dès l’entrée des jardins, la puissance de l’Allée des Charmes marquée par la symétrie des agencements exprime aux visiteurs toute l’exigence du travail à la cisaille à main.

En 2012, de nouvelles formes de topiaires viennent compléter ce tableau végétal :

  • Ifs en cônes surmontés de boules rondes accueillant les visiteurs
  • Boules de buis et cônes d’if ourlant l’escalier d’entrée des jardins
  • Guirlandes de lierres habillant la rotonde de fer forgé de l’Allée de la Vierge
  • If en nuage, exprimant l’art du Niwaki...
Et pour le plus grand plaisir des enfants, les formes animales de la basse-cour de topiaires se dessinent nettement : Oie, canard, écureuil, chien, mouton, paon, lapin, poule et coq composent une scène ludique !

Eyrignac continue de s’agrandir, avec en 2012 cinq nouveaux univers

Après plusieurs décennies à façonner la nature, dans le plus pur respect du travail manuel à l’ancienne et de l’Art topiaire, les Jardins du manoir d’Eyrignac revêtent désormais des univers plus libres et spontanés.

Les fleurs n’habillent plus simplement les parterres et arabesques de buis du Jardin Français mais sont magnifiées par leur mise en scène dans de nouveaux espaces naturels à l’orée du grand domaine de 200 hectares. Le potager décoratif mêlant fleurs et légumes offre un tableau végétal sans cesse renouvelé grâce à la succession de cultures.

Pour mieux apprécier les différentes ambiances des jardins, cinq espaces de visite ont été ainsi créés, avec de nouveaux pupitres explicatifs français-anglais permettent aux visiteurs d’appréhender ces cinq univers.

Le "Labyrinthe de buis" : une invitation à la méditation

Niché dans le prolongement de l’Allée des Charmes, le labyrinthe de buis centenaires, ombragé par des chênes tout aussi anciens, suscite une atmosphère d’intimité. Quelques bancs disséminés et quelques percées visuelles procurent une ambiance calme et intimiste.

Ils invitent le promeneur à la méditation qui peut flâner, écouter, voire s’asseoir dans la Pagode Chinoise, témoin de la mode des Chinoiseries du XVIIIe siècle. Cet espace du jardin emmène également le visiteur dans un moment de fraîcheur lors des belles journées d’été, avec une lumière tamisée et diffuse propice à la tranquillité.

Le "Manoir d’Artaban et les Jardins à la Française" : un style élégant et raffiné

Au cœur des jardins, le style du Jardin à la Française prend ici tout son sens. Parterre aplani tel un tableau face au manoir du XVIIe siècle, les broderies et arabesques de buis reproduisent un dessin géométrique symétrique avec en point de fuite une longue perspective d’ifs en pyramide.

Les cyprès et grands murs de charmes participent à la perspective générale. Au centre de la cour, le manoir, demeure de l’un des ancêtres de la famille, Gauthier de Costes de la Calprenède, illustre auteur de la tirade "Fier comme Artaban".

"Les Jardins de Capucine" : décors colorés et bucoliques

Longtemps, Eyrignac s’est décliné dans tous les camaïeux de verts, du plus clair au plus foncé. C’était sans compter l’interprétation féminine des jardins par Capucine Sermadiras, la propriétaire. Au-delà des grands Jardins de verdure structurés, se révèlent désormais des nouveaux styles de jardin plus champêtres :

  • Le Jardin Potager : des fleurs parmi les légumes
  • Le Jardin Fleuriste : une symphonie de couleurs

Concert dans la Cour du Manoir avec "Sirba Octet"

Dimanche 5 août à 21h, pour la soirée exceptionnelle du 30e anniversaire du Festival du Périgord Noir les huit musiciens du Sirba Octet proposent un voyage au cœur de l’âme yiddish et tzigane avec une lecture originale de ce répertoire qui a été le berceau de nombreux musiciens.

Ce sont des classiques qui tiennent une grande place dans l’inconscient collectif et la culture personnelle de chacun. Ces thèmes sont vivants, ils se fredonnent, se dansent, se laissent réinterpréter au fil des époques, des régions, des parcours et des histoires.

Plusieurs nouveaux temps forts sont proposés tout au long de la saison

Pour connaître le calendrier de toutes les animations : cliquez ICI

Renseignements pratiques