Aussi surprenant que cela puisse paraître, le réchauffement climatique est responsable de ces vagues de froid et de chutes de neige importantes qui sévissent en Europe, ainsi que des fortes précipitations et des tempêtes de plus en plus fréquentes. Pour les scientifiques, l'augmentation des températures et des hivers vigoureux, en particulier pour 2010, sont forcément liés.

Le phénomène de la fonte des glaces

Le phénomène des hivers froids en Europe s'explique par la fonte des glaces du pôle Nord l'été, même si ce dernier reste froid. Le pôle Nord est ensoleillé durant quatre mois, mois durant lesquels la surface de la banquise réfléchit le rayonnement solaire. Mais comme la banquise fond et libère des étendues d'eau, ces dernières absorbent plus de rayonnement solaire, donc plus de chaleur qui est rejetée en automne. Le résultat en est un réchauffement des couches inférieures de l'atmosphère qui perturbe alors la circulation des courants atmosphériques. Et cela a pour conséquence de ramener l'air froid sur le continent européen. On a pu constater que durant ces 60 dernières années, la température au Nord du Canada et en Alaska avait augmenté de 4°C, là où elle n'avait augmenté que de 0,6 en un siècle sur l'ensemble de la surface de la planète. Les scientifiques ont même recensé une température de 24°C sur la côté sud-est du Groenland en 2005.

Les conséquences des changements atmosphériques

Si l'atmosphère est altérée, l'effet de serre renforcé, des changements s'opèrent dans la circulation atmosphérique avec des problèmes de précipitations importantes, des changements de trajectoires pour les tempêtes qui se multiplient et sont plus violentes. On assiste aussi à la présence de cyclones, d'inondations, des sècheresses prolongées, des vagues de froids inattendues et surtout des précipitations très importantes. Le plus difficile pour la planète avec de tels changements va concerner la capacité d'adaptation des espèces face à ce réchauffement. Toutes les espèces sont bien sûr concernées, et la première est l'Homme. L'agriculteur va devoir s'adapter à la sécheresse et prévoir son approvisionnement en eau, il en sera de même pour les communes. L'approvisionnement en eau douce sera plus difficile à trouver. Certaines régions seront plus touchées que d'autres et ce sera à l'Homme de s'organiser pour que ces changements n'aient pas de répercutions graves sur la société en gérant les surfaces habitables sans risque d'intempéries: ne pas construire par exemple sur des surfaces instables risquant d'être inondées régulièrement. Il est aussi du devoir de l'Homme de prendre des mesures pour que la société ne se retrouve pas bloquée suite à des intempéries telles que des chutes de neige importantes qui peuvent paralyser l'ensemble d'un réseau et empêcher à l'industrie de travailler.

Le plus grand pas à réaliser pour l'Homme afin de stopper le réchauffement climatique avec une altération des courants atmosphériques reste celui de la réduction des émissions des gaz à effet de serre, qui, selon certains spécialistes, devraient être réduites à zéro.

Source : http://www.futura-sciences.com