L'industrialisation des formations à distance a souvent un impact réducteur sur les relations interpersonnelles entre le tuteur et ses apprenants et aurait tendance à industrialiser le tutorat, comment alors en conserver la richesse humaine ?

De l'industrialisation des formations à distance (e-learning) à "l'industrialisation des tuteurs"?

L'industrialisation des tuteurs apparaît comme une problématique provocatrice qui risque d’alimenter les freins persistants de certains personnels et structures d’enseignements, vis à vis des dispositifs de formation à distance. En effet, il pourrait être sous entendu la substitution du tuteur par des technologies : la médiation humaine remplacée par la médiation technologique s’inscrivant comme seul médiateur entre les apprenants et la connaissance.

Les dérives possibles de l’effet « industrialisation du tutorat »

L’analyse de l’offre de formation à distance industrialisée démontre trop fréquemment des modèles pédagogiques transmissifs, voire skinnerien (*), ne prenant pas en compte la médiation humaine, la place du tutorat notamment. Le rôle du tuteur est souvent cantonné à une fonction « d’assistance » ponctuelle, réactive, rarement proactive sans véritable notion pédagogique, ni d’interaction. Au contraire, le tuteur proactif va au devant des apprenants, les sollicite, anticipe leurs difficultés et besoins d'accompagnement.

La question de l'accompagnement tutoral dans les formations à distance, l'e-learning industrialisé

L'évolution vers l’industrialisation de la formation à distance est marquée par l’apparition de systèmes intelligents tuteurs (STI) ; peuvent-ils suppléer aux tuteurs humains en partie ou en totalité ? Malgré les recherches intégrant la gestion émotionnelle dans les STI, il n'en reste pas moins qu'ils persistent souvent dans la lignée du béhaviorisme. Ne serait-ce pas réitérer les problèmes de l’EAO (Enseignement Assisté par Ordinateur), de l’industrialisation des contenus.. et de l’e-learning dans sa forme basique (sans médiation humaine) ? …dont on connaît bien pour la plupart les mésaventures et les échecs.

De tout temps, on a tenté de remplacer l’enseignant pour des raisons économiques : à la recherche de la machine idéale qui permettrait une «transfusion de savoir» à l’apprenant (ce qui séduirait également les apprenants, si sans aucun effort ils pouvaient acquérir la connaissance..) !

A la lumière des nombreux retours d'expériences en matière d’attente des apprenants, il apparaît clairement un besoin de dialogue humain et de présence tutorale. De nombreuses études signalent un taux d’abandon élevé, que plus la distance est grande plus le besoin d’encadrement est élevé et mettent ainsi en exergue l’importance du tutorat. Rappelons en outre, les propos de Rogers, Powers and Guan et Squire and Johnson (2000) pour lesquels le tuteur est un mentor, que son rôle au niveau de la motivation, de la persévérance est primordial.

Des "robots tuteurs" en FOAD, en e-learning ?

Aux partisans des "robots tuteurs" qui argueraient que le besoin de tuteurs, d’interactions humaines résulte du schéma scolaire antérieur, il s’agirait alors de faire le parallèle entre les usages spontanés des individus sur Internet. En effet, on constate une forte volonté de communication, de socialisation, de rétroactions, notamment dans le cas des blogs. Il est de fait que les blogueurs utilisent souvent le blog comme journal personnel, sous forme d’interrogations par rapport à des évènements de vie, restant dans l’attente des commentaires des visiteurs de leur blog.

Le coût du tutorat

Malgré tout, l’industrialisation de la formation à distance tutorée instaure une problématique de coût. Ainsi, l’on constate très souvent un ratio nombre de tuteurs / apprenants – heures tutorales / apprenant beaucoup trop faibles pour remplir réellement leur rôle. Un autre constat ressort d’une étude du marché de l’emploi de ce secteur spécifique: une forte précarisation, des vacations à faibles taux horaire, bas salaires, des profils de poste inadéquats.

Le recrutement des formateurs-tuteurs en Formation ouverte et à distance (FOAD)

En outre, le constat est fait que le recrutement des tuteurs se fait en interne, les enseignants/formateurs présentiels sont « promus » tuteurs à distance, sans formation préalable. Cette situation concerne tout autant la formation continue, que la formation initiale (universitaire). Certaines statistiques mettent également en évidence que les tuteurs sont recrutés en interne parmi le personnel enseignant, formateur. Le rapport Le e-learning ou e-formation du club Senat consolidait déjà cette analyse : « Le passage de la formation présentielle à la formation à distance, s’est faite avec les mêmes personnes. C'est-à-dire que l’on a demandé à des formateurs non expérimentés au e-learning de faire du jour au lendemain de la e-formation. »

Des suggestions pour améliorer la qualité tutorale dans les formations à distance

Introduire la formation à distance reste une innovation technologique et pédagogique importante. Aussi l’institution, l’organisme de formation doit construire « des outils de transition ou de passage », «ces outils leur permettent d’articuler les changements souhaités à leurs pratiques et de réguler eux mêmes leur action» (Charlier 2002).

Hors, généralement, le personnel enseignant bénéficie d’une formation exclusivement d’ordre technique: utiliser les TIC, la plate-forme de formation pour une durée variable allant de deux heures à cinq jours en moyenne. Dans l’ensemble, la formation des tuteurs à distance est trop souvent exempte de dimension pédagogique, d’apprentissage de ses rôles au sein du dispositif et notamment le plus important: médiateur.

A partir de ces observations, certaines recommandations peuvent être émises :

  • Intégrer la dimension tutorale dans la scénarisation pédagogique des contenus,
  • Pour les contenus de formation s’y prêtant, proposer des activités collaboratives (scénarisées en tant que telles) (Jeunesse, Dumont 2003),
  • Offrir un plus grand choix d’outils de suivi, plus pointus (nombre/type d’interactions, tableaux de bord individuels et groupe, des activités apprenants : productions, organisations, communications,..); des moyens d’analyses plus performants comme support au tuteur;
  • Organiser une formation pédagogique, méthodologique, organisationnelle, communicationnelle des tuteurs,
  • Construire un référentiel de compétences, réaliser une charte tutorale institutionnelle déterminant les fonctions du tuteur, les délais de réponse aux apprenants etc. Organiser la mutualisation des postes de tuteurs pour lutter contre la précarisation.
En conclusion, la notion d’industrialisation porte en elle même un principe de qualité, les propositions présentées ci-dessus paraissent bien s’inscrire dans un processus de qualité ; en l’absence de quoi la formation à distance telle qu’elle existe encore actuellement dans sa grande majorité manquera d’efficience.

Notes :

(*) Skinner, a mis en évidence une forme d'apprentissage : le conditionnement opérant, grâce à la boîte de Skinner (ou encore "la machine à enseigner"). Il est l'inventeur de l'enseignement programmé issu du courant béhaviorisme.

Sources :

Commission européenne, Conférence sur l'extraction de données éducationnelles les 6/8 juillet 2011 à Eindhoven, aux Pays-Bas,

Loisier J.,Mémoire sur l'encadrement des étudiant(e)s dans les formations en ligne offertes aux différents niveaux d'enseignement , Refad, 2010

Mandersheid JC, Jeunesse C (sous la direction de), L'enseignement en ligne, à l'université et dans les formations professionnelles, Pourquoi? Comment?, de Boeck, 2007, chapitre 2, les relations enseignant-enseignés:les aspects psychoaffectifs, Dumont C. p 57.

Jeunesse C. & Dumont C, «Une pédagogie pour susciter l’apprentissage collaboratif en ligne», 2003

B.Charlier, J. Bonamy, M. Saunders, Apprivoiser l’innovation, 2002

Depover C., Quintin J.-J. De Lièvre B. et al., Les représentations a priori et a posteriori qu’ont étudiants du rôle du tuteur dans une formation à distance , 2003

Rogers, J., Communities of practice: a framework for fostering coherence in virtual learning communities. Educational Technology and Society, 2000, 384 – 392.

Powers, S., & Guan, S., Examining the range of student needs in the design and development of a Web-based course. In: B. Abbey (Ed.), Instructional and cognitive impacts of Web-based education, Hershey, PA: Idea Publishing Group, 2000, pp. 200 – 216.

Foademplois, la communauté des emplois de la FAD (FOAD,e-learning)