Quand la couleur rencontre la saveur

Certains spécialistes évoquent des notions d’amertume et moelleux pour qualifier un thé de qualité. Pour autant, la couleur donne à ce breuvage des informations essentielles concernant son degré de maturation et ses origines. Ainsi, le thé blanc est avant tout subtil et délicat ; peu transformé par la main de l’homme, il se révèle d’autant plus authentique que seuls les aléas climatiques peuvent influencer son goût. Quant au thé vert, il lui faut subir les épreuves de la chaleur et du roulage pour fixer sa couleur, ainsi que sa saveur végétale très spécifique. Concernant le thé rouge - également fort prisé - sa couleur est issue d’un processus d’oxydation particulier, lui conférant une touche d’amertume non dénuée de charme pour les papilles.

Le thé et ses qualités

Au-delà de la dimension gustative, le thé renferme des vertus reconnues de manière universelle. En premier lieu, sa qualité d’antioxydant contribue à la protection des cellules ainsi que de l’ADN. Il permet donc de prévenir certaines pathologies liées à des facteurs internes ou externes au corps humain. Ainsi, la peau et le cœur, entre autres, profitent avantageusement des bienfaits du thé, pour peu qu’il soit consommé régulièrement. Egalement riche en fluor, le thé est un agent protecteur des dents dans la mesure où il lutte efficacement contre la carie. S’il s’avère également très diurétique, le thé permet d’éliminer de nombreuses toxines de l’organisme. Enfin, l’on reconnaît à ce breuvage la faculté de conférer un regain d’énergie non négligeable, autre facteur d’une bonne et belle santé, pour peu qu’il soit consommé à certaines périodes clés de l’année (saisons d’hiver et automne, en l’occurrence).

Quelques règles de conservation pour une bonne dégustation

Afin de pouvoir être dégusté dans les meilleures conditions, le thé doit d’être conservé ou stocké dans un endroit sec ; l’emplacement idoine peut donc être le fond d’un placard ou une étagère compartimentés. De préférence, il convient de choisir une boîte métallique hermétique, de telle sorte que le thé ne subisse aucune influence extérieure (lumière ou odeur quelconque) susceptible d’altérer ses arôme et propriétés. En terme de durée de conservation, il faut compter quelques mois – parfois jusqu’à huit, selon certains experts – mais il convient d’adapter la quantité achetée au rythme de consommation, si l’on veut déguster durablement un thé de qualité et ce, quelle que soit la saison.

Pour plus d’informations concernant le thé, l’ouvrage intitulé « Le thé » (auteur : Lydia Gautier – éditeur : Aubanel) constitue un excellent livre pour explorer davantage l’univers du thé sous ses multiples facettes.