Il fait partie des races récentes : le singapura fut reconnu seulement en 1984 par la TICA , en 1988 par la CFA et ne l’est pas encore par la FIFe). Il s’agit d’une race rare et encore méconnue, notamment en France. Son nom (celui de l’ile de Singapour en malais) désigne à l’origine un chat commun des rues, semi-sauvage et se nourrissant de détritus.

Son origine

Il est remarqué en 1974 par deux touristes américains qui en importent trois individus en Californie. La race est fixée après croisement avec des burmese. Dès 1976, ces chats sont présentés en exposition. Il est présent en France et en Grande-Bretagne depuis 1988, mais il existe très peu d’élevages. De plus, c’est un chat dont les portées excèdent rarement deux chatons. Tout cela en fait un chat rare et d’autant plus précieux.

Son succès aux USA a considérablement changé son statut auprès des Malais : nommé auparavant "chat des rues" ou même "chat des égouts", le voilà désormais race nationale et rebaptisé "chat d’amour" (Kucinta) par le gouvernement ! Depuis 1990, il ne peut d’ailleurs plus être exporté de Singapour.

Son look

Il s’agit d’un chat petit (environ 2 kg) et compact, au thorax arrondi, à la silhouette élégante mais trapue, nerveuse et très musclée. Il est porté par des pattes solides à leur naissance et se terminant par une ossature fine et des petits pieds ovales. Sa queue assez longue s’effile en douceur vers un bout arrondi.

Sa petite tête ronde a un museau large au nez un peu bombé et souligné de foncé, avec un menton et des patons de moustaches bien marqués. Ses larges oreilles en coupe pointue sont placées haut sur la tête et dressées. Mais sa plus grande particularité réside dans ses yeux immenses et écartés, en forme d’amande (jamais globuleux !) dont la couleur peut varier du jaune au noisette, en passant par l’ambre et toutes les nuances de vert. Ils sont légèrement maquillés de foncé.

Il n’existe qu’une seule couleur de robe, elle est dite Sépia agouti : c’est-à-dire une robe tiquetée (comme l’abyssin) de brun sombre sur un fond vieil ivoire très chaud, avec quelques marques sur le dos et les pattes seulement. Museau, ventre et gorge sont beige clair.

La fourrure est courte et fine, très soyeuse, sans sous-poil, bien couchée sur le corps.

Son caractère

C’est un chat très joueur et du genre pot de colle, mais aussi un modèle d’équilibre question caractère. Très curieux et sociable, il n’est pas du genre à chercher la bagarre et se montre rarement agité. Il s’adapte facilement à tout compagnon à deux ou quatre pattes. Il est très attaché à son maître dont il réclame l’attention d’une petite voix très douce et roucoulante. Il recherche sans cesse la compagnie.

Ce calme et cette discrétion n’en font pas pour autant un chat de coussin ! Il n’a rien perdu de ses instincts de chat des rues et reste un excellent chasseur. On notera que la femelle est une mère remarquable.

Si vous cherchez un chat très indépendant qui fait sa vie sans trop vous solliciter, oubliez le singapura.

Soins et entretien

Malgré sa petite taille, c’est un chat robuste qui ne demande aucun soin particulier, en dehors d’un brossage de temps en temps pour éliminer les poils morts, et d’un nettoyage occasionnel de ses grandes oreilles.

Une alimentation adaptée (suivant qu’il vit en appartement ou qu’il est souvent à l’extérieur) et des tonnes de câlins le garderont au top de sa forme.