Les icones intemporelles

Même si de nombreux réalisateurs se sont évertués à critiquer la présidence, certains élus trouvent grâce auprès du cinéma. C’est le cas d’Abraham Lincoln, symbole d’une Amérique ambitieuse. En 1939, John Ford élève le premier président de l’histoire des Etats-Unis à un niveau « christique » dans ‘Vers sa destinée’. Opposant farouche aux conflits humains, le jeune avocat est comparé au Fils de Dieu. Les années 1930-1940 voit la figure présidentielle se dresser sur un piédestal.

Terrassée par la Grande Dépression de la fin des années 1920, l’Amérique est en quête d’un sauveur. Si Lincoln garde son image de symbole de la droiture, Franklin D. Roosevelt s’affirme comme le nouveau héros d’une nation à la recherche de repères. Incarnation de l’idéal démocratique, Roosevelt touche également au divin dans ‘Gabriel au-dessus de la Maison Blanche’ de Gregory le Cava. « Le long-métrage ‘Monsieur Smith au Sénat’ relie l’idéal de son personnage à celui des pères fondateurs et du Président Lincoln », souligne Michel Chandelier.

Mais que serait l’histoire des Etats-Unis sans l’épopée de JFK, porte drapeau d’une Amérique jeune et débordante de rêves. Avec lui, le cinéma s’efforce de donner une bonne image de la figure présidentielle. Malheureusement, l’assassinat de ce symbole d’espoir en 1963 à Dallas anéanti l’envolée patriotique perçue depuis les années 1930-1940. Très vite, la thèse du complot est évoquée par l’intermédiaire de ‘Complot à Dallas’ (1974) de David Miller. Entre l’affaire du Watergate et le drame de Dallas, l’institution présidentielle vacille.

L’Obamania s’impose à Hollywood

Les années 2000 sonnent le retrait de la figure présidentielle au cinéma. Effaré par l’inefficacité de l’administration Bush, le cinéma s’éloigne du personnage de président des Etats-Unis. Hormis le récent ‘W. l’improbable Président’ d’Oliver Stone et son portrait complaisant de George W. Bush, le cinéma donne aujourd’hui la priorité à la politique menée par le gouvernement. La guerre en Irak est l’une des plus prolifiques sources d’inspiration des studios de productions avec des films comme ‘Redacted’ de Brian De Palma, ‘Dans la Vallée d’Elah’ de Paul Haggis ou encore Fahrenheit 9/11 de Michael Moore.

Mais la figure présidentielle devrait faire rapidement son grand retour sur grand écran. Elu 44e président des Etats-Unis avec une côte de popularité tutoyant les sommets, Barack Obama est la nouvelle vedette des scénaristes de Hollywood. Tyler Perry, grand producteur américain de comédies, planche déjà sur l’idée d’un film consacré au couple Obama. Intitulé ‘For the Love of You’, le long-métrage devrait entrer en production d’ici à Noël avec comme acteurs principaux Denzel Washington et Angela Bassett.

Vecteur incontournable de la société qu'il influence, le cinéma hollywoodien puise toute son inspiration dans la réalité historique des Etats-Unis. Allant de la simple réaction sur le passé à la réflexion sur le futur, les films made in USA attestent de l'importance de l'image et de la fiction dans la culture du pays de l'Oncle Sam.

Cliquez ici pour voir la première partie de l'article