Il nous permet non seulement de découvrir un très grand cinéaste, que d’aucuns ont qualifié d’"Orson Welles indien", mais aussi de revenir sur un genre dont la seule contrainte est d’insérer des scènes chantées et dansées. Le genre Bollywood autorise néanmoins, et la preuve nous en faite ici, que tous les sujets peuvent être abordés.

Guru Dutt qui est, et ce coffret le démontre brillamment, un des grands noms du cinéma indien, était un cinéaste, producteur, acteur et chanteur qui n’a eu de cesse d’innover tant du point de vue technique que scénaristique. Son lyrisme, la flamboyance de sa mise en scène marqueront les esprits qui le découvriront ici.

Deux films nous sont proposés ici : L’Assoiffé*, qui date de 1957, et Le Maître, la Maîtresse et l’Esclave, de 1962.

Merci à Carlotta Films de nous révéler de telles œuvres et nous confirmer que le cinéma indien ne se limite pas à Satyajit Ray, Raj Kapoor ou encore Mira Nair... Guru Dutt dont la carrière fut brève, 9 films en 10 ans avant son suicide le 10 octobre 1964, était un véritable artiste à la dimension universelle. A découvrir d’urgence, sans oublier les Bonus qui sont de qualité comme bien souvent aux Éditions Carlotta.

Nous attendons avec impatience la sortie de Fleurs de Papier que l’on dit être son chef-d’œuvre.

L’Assoiffé

Sorti en 1957, ce film romantique et tourmenté nous dresse le portrait d’un poète tout aussi idéaliste que malheureux. Vijay (incarné par Guru Dutt) ne parvient pas à faire publier ses œuvres. Il est de plus méprisé par ses frères qui n’ont rien trouvé de mieux que vendre les manuscrits de ses poèmes et chansons à un brocanteur pour une demie roupie. Vijay se précipitera chez le marchand qui lui dira avoir déjà revendu les manuscrits à une femme.

Alors qu’il est désespéré, le soir venu, il entend une femme chanter et danser sur un texte de lui. Il va la suivre mais elle ne comprendra pas sa démarche et le rejettera car il n’a pas d’argent. Elle s’appelle Gulab, c’est une prostituée et ils se reverront dans d’autres circonstances.

Poursuivant son rêve de voir ses textes publiés, Vijay va travailler dans une maison d’édition. À l’occasion d’une réunion d’anciens élèves de l’université, il va retrouver Meena, un amour de jeunesse, et découvrir à ses dépens qu’elle est devenue la femme de Gosh, celui qui l’a embauché.

Un film sur un homme assoiffé d’idéal, d’amour et de liberté. Il y a du romantisme, de la flamboyance, du drame, de l’humour (avec un acteur étonnant qui s’appelle Johnny Walker?). Guru Dutt multiplie ici les idées de mise en scène, les références notamment à la comédie musicale américaine, avec une caméra très en mouvement et enrichie par la remarquable photographie en noir et blanc, signée V.K. Murthy. Un véritable enchantement, une véritable découverte.

Film (139’) + Bonus?: Préface de Charles Tesson (7’) – À la Recherche de Guru Dutt – Partie I – Film de Nasreen Munni Kabir (28’) - Carlotta

Film ♥♥♥♥1/2

Bonus ♥♥♥♥

Le Maître, la Maîtresse et l’Esclave

Ce film de 1962 n’a pas été réalisé par Guru Dutt mais par Abrar Alvi. Guru Dutt en fut le producteur et l’acteur principal mais il porte la marque de son style. Une caméra quasiment sans cesse en mouvement. Il aborde ici la décadence de la société féodale indienne à travers le personnage de Bhootnath qui en est le témoin principal.

Tout commence sur le chantier de démolition d’un palais. Le vieil architecte qui en parcourt les ruines se souvient avec émotion de ce lieu qu’il a connu à la fin du XIX° siècle. Quand celui-ci était agité par les vies scandaleuses de ses deux maîtres décadents. Cet architecte n’est autre que Bhootnath qui, encore jeune et candide, est venu de sa campagne, à l’invitation de son oncle, précepteur au palais. Il va très vite trouver du travail pour un producteur de vermillon et il fera connaissance de sa fille, Jaba, qui le prendra sous sa coupe. La gentillesse et la naïveté de Bhootnath vont faire qu’il sera facilement manipulable. Il y a Jaba mais aussi Chhoti Bahu, la femme d’un des maîtres du palais...

Admirablement filmé et riche d’une somptueuse photographie en noir et blanc, y compris dans les très nombreuses scènes nocturnes où les pièces ombragées du palais, ce film aborde le déclin de l’Inde des zamindars et les tensions créées par l’occupation du pays par les troupes britanniques. Les chansons et les scènes dansées s’intègrent parfaitement dans le déroulement du scénario. Le seul reproche que je ferai à ce film est sa relative lenteur.

Film ♥♥♥

Bonus ♥♥♥♥

Film (144’) + Bonus?: Préface de Charles Tesson (6’) – À la Recherche de Guru Dutt – Partie II et III - Film de Nasreen Munni Kabir (57’) – Uniquement disponible dans le Coffret Guru Dutt, Une Légende de Bollywood - Carlotta

* Le film : L’Assoiffé est également disponible en version DVD individuelle

?