Aujourd'hui, l'anorexie mentale est une maladie reconnue. Pouvant toucher aussi bien des filles que des garçons, elle peut passer inaperçue au début, mais mener finalement à la mort des malades. Qu'est-ce que l'anorexie ? Quels en sont les symptômes et comment en guérir ?

Les origines de l'anorexie

L'anorexie touche souvent les jeunes femmes, durant la période de la puberté. Mais, chacun peut être malade lorsqu'un bouleversement survient et perturbe. La source est un problème psychologique, dont les causes sont variées. Ce peut être des perturbations dues au changement du corps, un mal-être familial ou social, une gêne refoulée dans l'inconscient.

Comme toutes les maladies psychologiques, il n'y a pas de raison unique. Ainsi, il est faux de croire que l'anorexique est une personne qui souhaite simplement maigrir pour être belle, c'est même souvent le contraire.

L'anorexie est un appel au secours. La personne se sent mal, mais n'en a peut-être même pas conscience, du moins au début. Le corps se charge donc de créer un message d'alerte. L'anorexie équivaut à un suicide lent. Les malades s'effacent par la perte de poids, jusqu'à la mort, mais en lançant un appel au secours.

Les symptômes de l'anorexie

Une personne devient souvent anorexique en commençant un régime. Attention : tous ceux qui souhaitent perdre du poids ne deviennent pas anorexiques. Simplement, le mal-être inconscient du malade va se déclencher extérieurement par la perte de poids.

Les proches doivent s'alarmer si la personne refuse souvent des invitations à sortir, compte les calories, évite les repas, disparaît systématiquement après chaque repas, a toujours une bonne excuse pour évoquer une absence de faim, etc.

Des résultats professionnels ou scolaires en hausse sont aussi un signe. En effet, la personne anorexique va souhaiter avoir un contrôle sur tout, pour combler la souffrance enfouie. Ainsi, elle va vouloir contrôler son corps et ses performances (physiques et mentales). Un excès d'activités sportives est donc aussi un bon indicateur.

Il est à noter que les anorexiques développent souvent un grand intérêt pour l'alimentation et la cuisine, comme pour compenser les privations ou pour accentuer le mérite du contrôle de soi.

L'évolution de la maladie

L'anorexique peut avoir conscience de sa maladie, sans pour autant souhaiter guérir. Cela peut sembler paradoxal, mais certains malades évoquent même cette ambivalence en parlant par exemple de voix. Ainsi, l'anorexique peut dire vouloir guérir, mais une autre partie non contrôlée l'en empêcherait. La personne est bien malade, mais ne sait comment guérir.

Le changement de poids n'est pas toujours un indice de rechute ou de guérison, même si c'est un indicateur qui peut fonctionner. En effet, il arrive que certains malades reprennent du poids sans guérir, comme se peut être le cas avec la boulimie. Cette maladie peut s'ajouter à l'anorexie. Il est alors difficile pour les proches de savoir comment aider l'anorexique. Une aide psychologique, comme celle proposée à la Maison de Solenn doit alors être envisagée, mais le malade doit être consentant pour que cela soit bénéfique. Forcer à manger ne sert à rien : le problème est avant tout un mal-être mental.

Guérir de l'anorexie

Il n'y a pas de mode d'emploi précis, puisque le problème psychologique est propre à chaque malade. Toutefois, deux solutions s'offrent : en suivant une thérapie, soit la personne anorexique va comprendre la cause de son mal-être, soit elle va décider de guérir sans forcément trouver cette cause. Une aide psychologique est nécessaire et les antidépresseurs ne sont pas à exclure.

Les spécialistes ont remarqué que les anorexiques guérissaient souvent en tombant amoureux, ou en ayant des enfants. Il est à noter que la guérison est lente, car le corps a été meurtri et que l'acclimatation à une alimentation et à un mode de vie dits normaux prend du temps. Les anciens anorexiques affirment souvent être guéris, lorsqu'ils expliquent qu'ils ne sauraient même plus être malades.

L'anorexie est une maladie méconnue, qui peut mener à la mort. En comprenant les raisons du mal-être et en décidant de se faire aider pour s'en sortir, il est possible de guérir, définitivement.