Le samedi 23 janvier 2010, à Villeneuve-sur-Lot dans le Lot et Garonne, naissait officiellement la première monnaie locale française à l'initiative de l'association altermondialiste, « Agir pour le vivant ».

Définition

Une monnaie locale est une monnaie interne mise en place par une association ou une municipalité, destinée à être utilisée dans les échanges locaux de biens et de services sur le modèle du Système d'échange local (SEL).

On dit d'elle que c'est une monnaie « fondante » car elle perd de sa valeur dans le temps et ne peut par conséquent être capitalisée. Elle n'est également pas convertible, c'est-à-dire qu'elle ne peut pas être échangée autrement que sur d'autres marchés.

Le principal avantage de la monnaie locale est qu'elle engendre une saine inflation (entre et 3 et 10 %) ce qui induit une augmentation de la masse des liquidités en circulation qui, à terme, permet d'encourager l'activité économique locale, à l'inverse du système monétaire de la zone euro.

Cette dynamique du développement économique local redonne vie à des bassins d'emploi jadis sinistrés et par conséquent participe à la diminution du chômage endémique.

La frappe d'une monnaie locale complémentaire permet donc de relocaliser l'économie en lui octroyant la possibilité d'échapper à certaines taxes comme la TVA. Les entreprises locales s'en voient par conséquent favorisées en matière de concurrence.

L'Abeille, première monnaie locale française

A l'origine, le projet portait sur l'élaboration d'une monnaie complémentaire sur le modèle du SOL qui est une monnaie (unités de compte ou points SOL) instrumentalisée sur un support électronique unique (carte à puce). Bien qu'étant une monnaie solidaire, le SOL n'en est pas pour autant une monnaie locale parfaitement identifiable contrairement à l'émission d'une véritable panoplie en papier-monnaie.

L'exclusivité d'un tel support et son caractère trop sophistiqué ont fait que le projet initial a été abandonné au profit de la frappe d'une monnaie complémentaire et identitaire sous la forme de billets de 1, 2, 5 et 10 Abeilles valant respectivement 1, 2, 5 et 10 Euros.

Fonctionnement de l'Abeille

Pour adhérer à ce réseau d'échanges économiques, les acteurs économiques locaux doivent approuver la charte de l'association « Agir pour le vivant » en s'engageant dans une démarche ouvertement altermondialiste. Ainsi, les membres, par exemple, doivent autant que possible se fournir en matières premières locales et certifiées bio.

Cette monnaie fonctionne en circuit fermé et permet d'effectuer des paiements d'achats chez des commerçants et artisans locaux eux aussi membres de l'association.

Les membres changent leurs euros en Abeilles et lorsque la somme due pour le paiement d'un achat ne tombe pas juste, il est possible de compléter en euros.

L'Abeille se dévalue à hauteur de 2 % tous les six mois. Ainsi au-delà des six mois écoulés, le possesseur d'Abeilles doit impérativement, s'il veut continuer à utiliser ses billets en Abeilles à leur valeur de change initiale, acheter une vignette dont la montant correspond à 2 % de la valeur de chaque billet.

Les possesseurs de billets souhaitant pour diverses raisons quitter le système rendent leurs Abeilles contre des euros mais perdent 2 % de la valeur de chaque billet.

Les fonds récoltés lors de ces diverses opérations couvrent les frais de fonctionnement de l'association, et notamment les frais liés à l'impression des billets. Ils alimentent également un compte ouvert à la Nef qui est la banque coopérative de l'économie sociale et solidaire. Cet argent permet de financer des projets locaux en empruntant à des taux faibles et parfaitement maîtrisables.

Voilà un bel exemple de contre-proposition au système monétaire de l'Euro. De telles initiatives se multiplient depuis une dizaine d'années dans certains des pays de la zone Euro (Belgique, Italie...) et même au-delà de cette dernière (Grande Bretagne).

Assistons-nous dès à présent aux prémisses d'une révolution économique axée sur la "relocalisation" des moyens par les monnaies locales complémentaires ?

Sources :