Sur un promontoire escarpé, dominant les fleuves Júcar et Huécar, Cuenca, une ville classée sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité, est célèbre pour son architecture et les processions qui s'y déroulent quand vient la Semaine Sainte. Elle résonne alors des pas des pénitents et des membres de nombreuses confréries de différents quartiers qui défilent dans les rues.

Cuenca dans l'histoire

Maure, redevenue espagnole sous le roi Alfonso VIII le Noble (1155-1214), Cuenca vit de ses activités principales: l'élevage, l'industrie lainière, qui se diversifient vers l'exploitation forestière et la fabrication du très prisé papier, principalement au XVIIIe siècle.

Subissant l'occupation anglaise pendant la guerre de Succession (1701-1714) qui opposa la France et l'Espagne pour le trône d'Espagne, elle accueille finalement en 1706 Felipe V l'Animoso (1683-1746), que nous connaissons en France comme Philippe le Brave, petit-fils de Louis XIV, qui, sous le nom de Felipe de Borbón, fut le premier roi d'Espagne de la dynastie des Bourbons.

Aujourd'hui, Cuenca compte presque 55 000 habitants. Cuenca "Naturaleza y Cultura" (nature et culture) est le thème touristique choisi par la mairie et l'office de tourisme depuis plusieurs années pour attirer les visiteurs. La ville organise ainsi régulièrement des promenades, des visites à thème et des expositions pour faire découvrir les liens forts qui unissent depuis toujours la nature spectaculaire qui entoure Cuenca et la culture. Citons par exemple El camino de la Lana, un chemin traditionnel du pélerinage à Santiago de Compostelle.

Visite touristique de la ville

Si l'on décide de visiter la ville de Cuenca en prenant comme point de départ l'hôtel Parador, installé dans l'ancien couvent de San Pablo (XVIe siècle), on profite alors d'une vue unique sur le site.

Le pont de fer et de bois reliant ce côté de la gorge ("hoz", en espagnol) à la ville, le pont San Pablo, tire son nom du couvent tout proche. Il a été construit en 1902 pour remplacer l'ancien pont de pierre du XVIe siècle. Sa structure aérienne surplombe à plus de 60 mètres la gorge. C'est un des attraits de la Cuenca d'aujourd'hui, et un passage obligé pour les visiteurs.

Juste après avoir traversé le pont, on découvre avec plaisir les "casas colgadas" (maisons accrochées), autre attrait de la ville. Leur construction remonte au XVe siècle. De nos jours, l'une d'elle héberge le musée d'Art abstrait espagnol, fondé en 1963 par le peintre Fernando Zobel (1924-1984). On y retrouvel'une des collections les plus complètes du pays.

En remontant la rue qui serpente depuis le musée, on atteint le coeur de la ville. De là, les promenades entraînent le visiteur vers le parc San Julián, l'église de San Esteban, la plaza Mayor, la cathédrale, le palais épiscopal, le musée diocésain, le couvent des Carmes déchaux, la plaza de Mangana, etc.

Le musée de Cuenca abrite, quant à lui, les résultats des fouilles archéologiques réalisées dans la région et des exemples de l'art du XVe au XXe siècle.

Aller à Cuenca

Pour profiter de Cuenca, pourquoi ne pas s'y rendre à Pâques, pour admirer l'architecture au rythme des processions de la Semaine Sainte ?

Ces processions, déclarées Bien d'intérêt touristique international, ont des origines qui remontent au XVIIe siècle. Elles sont un spectacle populaire impressionnant de ferveur religieuse. Un programme détaillé, que l'on peut obtenir auprès des principaux organismes touristiques de la cité ou en le téléchargeant sur le site de la ville, guide le visiteur pour profiter au maximum de ces manifestations religieuses si particulières à l'Espagne.

Voir une visite virtuelle de la ville.