D'aucun, en visitant les pays scandinaves ou les Pays-Bas, aura pu remarquer les larges fenêtres des habitations, ouvertes sur l'extérieur, la plupart du temps sans rideau ni volet (cf. photographies ci-contre). Cette architecture correspond naturellement à un impératif climatique, dans ces Etats où la luminosité peut être réduite selon les saisons. Pour autant, il se trouve que l'on peut interpréter ce type de construction à l'aune de l'éthique protestante.

La transparence de l'habitat et l'éthique protestante

Selon le sociologue américain Peter L. Berger, dans son Invitation à la sociologie (1963), la "moral chrétienne [...] limite le péché à la sphère privée". Aussi, la dimension privée du christianisme se mesure pleinement dans le protestantisme, et ses doctrines du Sola Scriptura et du Sola Gratia. Selon le premier principe, seule la Bible est porteur de la parole de Dieu; dès lors, le protestantisme permet-il la recherche individuelle de la foi par les Ecritures, expliquant ainsi pourquoi les protestants vont moins au culte, que les catholiques à la messe. Ainsi, l'ouverture sur l'extérieur des habitations peut expliquer la volonté de montrer au reste de la communauté le respect des préceptes protestants (ascétisme par exemple) dont on fait preuve.

D'autre part, le Sola Gratia (principe selon lequel le salut ne s'acquiert que par la grâce de Dieu, Celui-ci étant le seul à la donner, selon sa volonté) pourrait également expliquer cette transparence. En effet, le croyant ferait tout pour convaincre sa communauté, ainsi que lui-même, qu'il est élu de Dieu. Aussi, la demeure ainsi que son intérieur, visible depuis l'extérieur par les fenêtres, seraient des signes manifestes, parmi tant d'autres, de l'élection du protestant, preuves selon lesquelles il aurait été touché par la grâce de Dieu. De là, l'impératif de transparence dans le cadre de la vie privée a pu se développer dans toute la société.

La vie privée dans l'espace public: des tabloïdes à la politique

Pour la psychanalyste et essayiste Véronique Hervouët, la télévision est l'outil de la transparence, maître-mot de nos sociétés de consommation contemporaines, qui est la conséquence de la Réforme protestante et de son avènement. Les mass médias permettent effectivement de répondre à l'impératif de transparence, exigée par les sociétés contemporaines, concernant notamment la vie privée. Aussi, l'importance des tabloïdes chez les anglo-saxons en est un exemple manifeste. De plus, les législations américaine et britannique relativement laxistes en matière de protection de la vie privée, lui préférant la liberté de la presse, montrent bien que dans ces pays protestants la transparence dans le domaine de la vie privée est de mise.

C'est évidemment le puritanisme qui en est principalement à l'origine. Récemment, les scandales autour de Bill Clinton ou Tiger Woods en sont des illustrations. Les Français l'ont particulièrement découvert à l'occasion de l'affaire DSK; alors que les anglo-saxons ont un rapport complexé aux affaires sexuelles, les poussant à en faire étalage dans la presse, les Français, considérant qu'il s'agit d'affaires privées, ne les abordent que peu, ou avec ironie. Ainsi, la mort du président Félix Faure, ou l'homosexualité du ministre Louis Jacquinot, qui auraient scandalisé les anglo-saxons, n'ont été abordées qu'avec humour par la presse française.

Transparence et protestantisme: démocratie et tyrannie

Comme le note Franck Lessay, normalien et enseignant à l'Université Paris III, le protestantisme a un rapport ambigu à la démocratie. D'une part, c'est dans les pays protestants que s'est développé la démocratie moderne, et dans lesquels elle est le plus approfondie, notamment grâce à l'individualisme selon F. Lessay. Pourtant, Luther et Calvin, fondateurs du protestantisme s'il en est, acceptaient "structures politiques peu libérales de leur siècle". Ce qui fait qu'aujourd'hui ces démocraties sont parmi les plus abouties, c'est grâce à leur attachement au principe de transparence, en matière de politique.

Pourtant, c'est ce même principe, qui, à l'excès, peu favoriser un régime tyrannique, totalitaire. C'est du moins ce que l'écrivain anglais Georges Orwell prédisait dans son roman 1984. En effet, l'Etat qui y est dépeint est un Etat tout puissant, car il peut accéder à toute information; c'est Big Brother. D'ailleurs, la multiplication de la vidéosurveillance, notamment au Royaume-Uni, pourrait participer de ce phénomène d'un trop plein de transparence, devenue en réalité surveillance.

Aussi, le protestantisme semble-t-il avoir engendré un phénomène qui a largement dépassé le cadre de l'aire protestante, de la même manière que, selon le sociologue allemand Max Weber, le capitalisme est largement né de l'éthique protestante.