Les difficultés financières et économiques du moment font ressortir la réalité de la désindustrialisation de la France. Il est de fait intéressant de revenir sur le processus de la Révolution industrielle dans l'hexagone au cours du XIXe siècle.

Q

u'est ce que la Révolution industrielle

Ce terme signifie une profonde mutation économique au cours du XIXe siècle faisant passer la France, d'une économie agraire et artisanale, à une industrialisation et à une mutation des échanges commerciaux.

On distingue une première puis une seconde révolution industrielle. La première révolution industrielle nait en Angleterre dans le courant du XVIIIe siècle. L'industrie textile se caractérisait par une proto industrie basée sur le travail paysan : le travail de tissage était confié dans les campagnes. Les anglais nommait cette organisation : le domestic system. Progressivement, ce système va être remplacé par la manufacture où le travail est davantage concentré au plan spatial.[1] Dans le système domestique, le marchand de la ville maîtrise les capitaux. Des artisans locaux font le lien et distribuent le travail au sein des familles paysannes. Celles-ci participent à cette activité proto industrielle parallèlement au travail agricole. Or, progressivement il faut satisfaire une hausse de la demande. Il y a aussi une croissance démographique durable. La main d’oeuvre proto industrielle va se spécialiser et quitter le travail agricole. L’autre caractéristique de la première révolution industrielle est l’apparition de la fonte au coke qui va remplacer la fonte au charbon de bois. L’exploitation du charbon va se développer : dès le XVIIIe siècle en Angleterre.

La seconde révolution industrielle se réalise à la fin du XIXe siècle. Elle se caractérise par l’apparition de l’électricité, du moteur à explosion. Il y a développement de l’industrie automobile et chimique. Cette nouvelle phase d'industrialisation est basée sur la ressource pétrolière.

Une révolution industrielle plus tardive en France

D’abord à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, la France connaît les évènements de la Révolution et les guerres napoléoniennes. De fait, l’industrialisation de la France va être retardée. Elle prendra son essor sous le Second Empire 1851-1870. Alors, l’industrialisation connaît un réel essor, basé sur le développement du secteur bancaire : en 1863 apparaît à Lyon le Crédit lyonnais, en 1864 nait la Société générale. Le développement des transports et notamment l’ascension des chemins de fer stimule cette mutation industrielle.[2] Ainsi, au cours des décennies 1860 à 1880 la carte industrielle de la France se définit progressivement : textile dans la région rouennaise, lilloise... , principaux secteurs sidérurgiques du Creusot et de la région stéphanoise, foyer industriel du nord. Le développement des transports favorisent l'apparition d'un marché national et l'accroissement des échanges. Ainsi vont apparaitre les grands magasins. La révolution industrielle en France se réalise avec l’importance du rôle de l’Etat. Il assure une stabilité et une solidité monétaire avec le Franc germinal, et la création de la Banque de France en 1800. La réforme du système éducatif va permettre de former les cadres, indispensables au développement économique. Le Code civil encadre le droit de propriété notamment l’article 544 stipule : « La propriété est le droit de jouir et de disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements». Ce qui permet d’introduire une notion d’intérêt collectif qui encadre le droit de propriété.

Les caractéristiques de la révolution industrielle en France

L'historien François Caron souligne que la France à la fin du XIXe siècle est un grand pays industriel faiblement industrialisé. La France comporte beaucoup de petites industries, une tradition artisanale et un investissement insuffisant. La France comporte aussi un faible taux de natalité. Le pays reste rural et son agriculture est familiale et peu dynamique. Cependant, la France est un pays d'épargne à la fin du XIXe siècle. Elle dispose d'une monnaie solide. C'est un grand pays industriel à la veille de la Première guerre mondiale[3]

La Révolution industrielle installe plusieurs données durables dans le développement économique en France : structures spécifiques de l'industrie française, rôle de l'Etat, faible investissement, rôle des infrastructures, système éducatif, épargne forte.

.

[1] Nicolas Bourguinat Benoît Pellistrandi, Le 19e siècle en Europe, Paris, A. Colin, 2003, 316 p., p. 138

[2] Jean Carpentier et François Lebrun, Histoire de France, Paris, Ed. du Seuil, 1987, 488 p. p. 301-304

[3] voir François Caron, Histoire économique de la France XIXe – XXe siècle, Paris, A. Colin, 1995, 451 p