L’histoire de la Joconde est bien mystérieuse. On ne connaît ni sa véritable identité, ni pour qui le tableau était destiné ni combien de temps son auteur, le grand Léonard de Vinci, travailla la toile. L’entrée parmi les collections royales de celle que l’on nomme affectueusement Mona Lisa, est également obscure. François Ier a été le premier à s’emparer de l’œuvre après le décès du maître. Introduction au plus grand chef-d’œuvre de ce temps.

Qui est-elle ?

Peinte probablement à Florence entre 1503 et 1506, la thèse la plus vraisemblable est que cette femme mystérieuse serait Mona Lisa Gherardini, épouse d’un marchand d’étoffes de Florence, Francesco del Giocondo. Le nom de l’époux a été féminisé en « Gioconda » puis francisé en « Joconde ». Le doute existe toujours car le commanditeur, si il a vraiment existé, n’a jamais récupéré ce pourquoi il avait payé ! Une autre thèse voudrait faire de cette femme l’autoportrait du maître féminisé. Léonard, homosexuel, se serait-il amusé à s’imaginer en femme ? Théorie amusante, qui entretient le mystère autour du personnage du peintre italien!

Des techniques révolutionnaires pour l’époque

Il n’existe à cette période, aucun portrait montrant un modèle aussi largement encadré de la tête aux mains dans un paysage où tout apparaît, au premier regard, comme parfaitement structuré et en perspective. Utilisant la technique de l’estompage des contours, plus connue sous le nom de « sfumato », Léonard permet au corps gracieux de se fondre idéalement dans le décor. La nature ne fait alors plus qu’un avec les vêtements.

Les techniques de Léonard ont été scrutées, étudiées et numérisées, à tel point que nous devrions absolument tout connaître. Il est aujourd'hui possible de décortiquer chaque couche de peinture et de voir les ratés et les retouches de Léonard. Et pourtant, tous ceux qui se pressent aux côtés de la Joconde sont aussi dubitatifs que les hommes qui l’ont contemplée depuis près de 500 ans. Emblème du musée du Louvre à Paris, le monde entier nous l’envie. Comme un pèlerinage, les amoureux de l’art viennent souvent lui rendre visite, comme un hommage à la perfection.

Son sourire

Son sourire énigmatique nous invite à la réflexion et nous renvoie à notre propre image. Pourquoi nous sourit-elle sinon qu’elle porte un regard à la fois paisible et plein d’interrogation sur la personne humaine ? Tous l’ont aimée et Napoléon la voulait même dans sa chambre à coucher. Aujourd’hui, elle est non seulement l’œuvre principale d’un génie, mais elle représente à elle seule l’humanité avec toutes ses parts de mystère.

Source:

Jérôme Coignard, « L'énigme de La Joconde », Connaissance des arts