Forêt amazonienne, cordillère des Andes, Lima, Cuzco, Machu Picchu, Nazcas, lac Titicaca… autant de destinations offertes au voyageur qui décide de faire un voyage au Pérou. Or il en est une encore peu proposée par les agences et à laquelle peu de touristes pensent : la côte nord et ses trésors des civilisations précolombiennes : mochicas, chimus, sican….

Le seul site de la Huaca Rajada, près de Chiclayo, et le musée créé à Lambayeque, à quelques kilomètres de là pour accueillir les merveilles qu’on y a découvertes valent le voyage. La région détient d’autres richesses. On peut y passer plusieurs jours avant de descendre le long de la côte pacifique en s’arrêtant à Trujillo pour d’autres découvertes.

Les pyramides mochicas et le trésor du Seigneur de Sipan

Lorsqu’on arrive dans la région de Chiclayo (763 km au nord de Lima), on observe des collines qui surgissent brusquement de la plaine. Ce sont en réalité des pyramides enfouies sous le sable. Construites en briques d’adobe (terre séchée et paille), elles datent de l’époque des Mochicas (ou Moches), une civilisation qui a existé approximativement entre les années 100 et 800 après J.C. Elle a mystérieusement disparu, vraisemblablement du fait de catastrophes climatiques.

Les Mochicas étaient un peuple très ingénieux, construisant des canalisations pour irriguer des terres arides, travaillant les métaux, l’or en particulier, et ayant développé un grand art de la poterie. Une exposition à la Pinacothèque de Paris, intitulée « L’or des Incas », leur a été consacrée. L’or des Incas n’existe plus, il a été pillé par les Espagnols. Par contre, les richesses des Mochicas gisaient, et gisent encore, sous ces pyramides (huacas en péruvien), camouflées sous le sable. Si les Espagnols ne les ont pas découvertes, les habitants de la région en connaissaient l’existence. Et des pilleurs (huaqueros) ne se privaient pas de se servir pour alimenter le marché des collectionneurs étrangers.

En février 1987, une opération de police permit d’arrêter des pilleurs du site de la Huaca Rajada à Sipan (à 35 km au sud-est de Chiclayo) et de mettre la main sur des centaines d’objets : céramiques, bijoux en or... Au vu de la richesse de cette découverte, une équipe d’archéologues fut alertée, le site fut protégé et les fouilles furent entreprises, dirigées par le Péruvien Walter Alva.

Des fouilles archéologiques et des musées à ne pas manquer

Les recherches se poursuivent toujours; trois tombes ont été exhumées, offrant de telles merveilles qu’un musée a été construit pour les présenter : le musée Tumbas Reales à Lambayeque, inauguré en 2002. Architecture rappelant les pyramides, très belle muséographie, il offre au visiteur un voyage dans le temps dont il ressort émerveillé. Un nouveau musée a été ouvert en 2007 sur le site archéologique même pour continuer à accueillir le résultat des fouilles. Elles offrent au visiteur un ensemble complet lui permettant de découvrir cette civilisation.

La visite de la Huaca Rajada laisse pantois : excavations dans laquelle ont été déposées des centaines de vases représentant des personnages ou des animaux, tombes contenant des squelettes portant les somptueux bijoux avec lesquels les défunts avaient été enterrés…

En effet, les archéologues ont mis à jour les tombes de personnages importants : un prêtre et celui qui a été baptisé « Seigneur de Sipan » et qui avait été enterré avec son épouse, une concubine, des gardes. Lorsque l’on pense au nombre de tombes –et de pyramides– non encore explorées on n’ose imaginer la quantité de merveilles encore à découvrir. Le « trésor du Seigneur de Sipan » a été comparé à celui du pharaon égyptien Toutankhamon.

D’autres sites à proximité : Tucume, Batan Grande…

Ne pas confondre Sipan et Sican : à côté du Seigneur de Sipan, il existe un Seigneur de Sican. La civilisation sican ou lambayeque s’est dévelopée entre 750 et 1350 On en trouve des témoignages sur le site de Batan Grande qui fut un centre économique, politique et administratif : 17 pyramides dont celle d’un personnage important qui a été baptisé le Seigneur de Sican.

Toujours dans la région de Chiclayo, se trouve près de Tucumes la « vallée des pyramides » : 26 édifices datant du XIe siècle après JC et qui ont été mystérieusement abandonnées (traces de sacrifices humains et d’incendies) par le peuple lambayequé Les archéologues et historiens supposent qu’une série de catastrophes climatiques, dues au Niño, et l’invasion des Espagnols ont fait penser à la population que le site était maudit. Elle l’aurait abandonné après l’avoir incendié, mais on ne sait pas où elle s’est réfugiée. L’une des pyramides mesure 400 m de long, 100 m de large, 35 m de haut.

A Lambayeque, on peut voir au Musée Brüning des pièces qui retracent l’histoire des différentes civilisations de la région : mochica, lambayeque et chimu. Cette dernière a, en particulier, laissé l’imposant site de Chan Chan près de Trujillo (250 km au sud) où l’on pourra poursuivre le voyage.

Auparavant, on aura pu aller à Puerte Pimentel assister au retour des pêcheurs sur leurs caballitos de totora, bateaux de roseaux séchés hérités de ces civilisations pré-colombiennes. La côte nord du Pérou, une destination à part entière.

En savoir plus

Les Mochicas ou Moches

La tombe du Seigneur de Sipan à Huaca rajada

Photos du Musée Tumbas Reales à Lambayeque

Vallée des pyramides à Tucume

La culture sican

Le site de Chan Chan

"L'or des Incas" Le Figaro hors-série

"Sipan - discory and research" Walter Alva - Q.W. Editores S.A.C.

"Museo Tumbas Reales de Sipan" Asociacion Amigos del museo de Sipan

Explications et images des caballitos de tortotra