Koné, petite bourgade de la côte ouest de la Calédonie, est un important centre d'artisanat où l'on tresse, avec des feuilles de coco et des tiges de roseau, de charmants paniers, corbeilles et chapeaux.

On dit aussi d'elle qu'elle est la "capitale du rodéo".

Les pâturages, "le Far West" de la côte ouest

C'est dans ces grandes plaines herbeuses que les "stockmen" ( expression calédonienne des hommes qui rassemblent le bétail) au nom et ressemblance avec ceux d'Australie ont su depuis des générations, avec courage et ténacité, "apprivoiser " cette terre brûlée par le soleil pour la transformer en pâturages, où l'on trouve le bétail et les traditions qui s'y rattachent.

Ils sont habillés à la façon des cow-boys, avec un jean et une chemise à carreaux, chaussés de bottes de cuir, et un chapeau sur la tête. Ils tiennent à cette tenue qui est aussi leur identité.

Le lasso à la main, juchés et fiers sur leur cheval, ils rentrent les bêtes vers le "corral" pour un déparasitage ou le marquage au fer rougi par le feu. Une épreuve de force qu'ils font avec passion.

Le déjeuner rassemble ces hommes autour d'un barbecue dans une chaleur virile, un même esprit pour le travail qu'ils aiment par dessus tout et qui représente si bien ce "Far West calédonien".

Les hommes et le rodéo

Une fois par an, un grand rodéo les réunit à nouveau devant un public amateur et nombreux pour une démonstration de rivalité entre l'homme et la bête.

Une ambiance de brousse, colorée, tonitruante, renforcée par de nombreuses bières "number-one" qui chauffent les esprits et font grimper les paris sur le maintien du cavalier, qui tient le plus longtemps en selle, avant d'aller mordre la poussière, sous les applaudissements...

Le supermarché de Koné

Il ne faut pas oublier d'aller au supermarché pour écouter " le vrai parler caldoche" ( accent et expressions propres aux Calédoniens) qui vous dit en riant : "Ici, si tu conn'ais, tu sais faire!"

Après avoir acheté leurs produits de prédilection, comme les Sao, la mayonnaise Kraft, le camembert le Broussard, Milo, Ice Tea, la bière Number One, le saucisson de cerf dont ils raffolent, vous chercherez un coin à l'ombre pour pique-niquer.

La tribu d'Atéou

Vos pas vous dirigeront vers la "tribu d'Atéou" où Ignace Pearo, le chef de la tribu, vous accueillera pour faire la "coutume" (rite traditionnel d'accueil en tribu). Offrez-lui un "manou", (le tissu qui sert à fabriquer "les robes mission" des Mélanésiennes, tenue que les pères religieux imposèrent dès leur arrivée sur l'île, pour cacher la nudité des femmes et, qui sont devenues la tenue traditionnelle des femmes canaques)

Des cigarettes aussi seront les bienvenues. Puis, il vous fera découvrir le gîte dans lequel vous passerez la nuit après avoir dégusté un repas mélanésien (cochon sauvage rôti, crevettes de rivières, un bougna, le plat typique mélanésien...)

Une belle rencontre ...

Le coeur de Voh

Après une bonne nuit au milieu de la nature et dans le calme, allez voir l'endroit où la mangrove a formé un coeur végétal avec les racines des palétuviers, façonné au fil des ans, de son imagination, un message qu'elle a peut-être voulu laisser aux futurs enfants...

On l'appelle " le coeur de Voh", celui des hommes de la côte ouest...

Le seul endroit de la Calédonie où l'on ressent son âme et son coeur...