Le Carnaval de Paris débutera le dimanche 2 mars 2014, à partir de 13 heures, de la place Gambetta Paris 10ème à la place de la République, sous le thème libre "fées, trolls et compagnie". Quant au Carnaval des femmes de Paris, la fête traditionnelle des blanchisseuses aura lieu le 30 mars 2014, à la mi-carême. Cela se passera place du Châtelet à partir de 13 h.


Le rôle du boeuf des temps les plus anciens, dès Babylone et l'ancienne Egypte

Déjà le dieu Soleil était représenté par d'énormes taureaux ailés dans les temples babyloniens. Leur tête était humaine et surmontée d'une tiare étoilée.

Les Egyptiens représentaient le soleil, le feu ou la masculinité par Osiris personnifié par la figure d'un taureau: Onuphis. L'Egypte ancienne fut marquée par ses taureaux sacrés Ils étaient considérés comme l'incarnation terrestre d'un dieu: Mnévis (dieu Rê), ou Apis (dieu Ptah). Isis quant à elle, fut aussi représentée en une belle génisse aux flans étoilés, symbolisant la terre, l'humidité et la féminité.

Les Hébreux ont adoré le veau d'or, à l'instar des Egyptiens.

Les Druses (courant musulman) adoraient aussi un veau.

Chez les Grecs, on immolait des boeufs lors des fêtes de Buphonies de juin. Par la suite, ils ne furent plus brûlés mais simplement représentés. Les Argiens (habitants d'Argos ou de l'Argolide péninsule grecque) promenaient la vache sacrée somptueusement parée à chaque printemps nouveau, afin d'invoquer la déesse des moissons.

Pour les Hindous, la vache est vénérée et reste le symbole de la fécondité de la nature.

Les Gaulois adoraient Bel, Belen (le feu ou le soleil). L'emblème de Bel était le taureau, le sanglier ou le cheval. Après la cueillette du gui, avait lieu la promenade de Bel, où les participants étaient recouverts de masques de têtes d'animaux et déguisés de peaux de bêtes. Le taureau est d'ailleurs présent sur les monnaies gauloises. On retrouve également la ratification d'une capitulation aux Romains, jurée sur le taureau de bronze, leur idole principale.

La promenade du boeuf gras à Paris, ses origines, son histoire

Longtemps cette promenade attira le tout Paris, pour disparaître par la suite. La promenade du Boeuf Gras de Paris revint à nous en 1998, à l'initiative de l'Association Droit à la Culture.

La fête du boeuf gras s'appelait "promenade du boeuf villé", "violé" ou "viellé", certainement parce que cette procession se faisait au son des violes, violons ou des vielles.

A Paris, le boeuf était choisi par une commission comprenant l'inspecteur général des halles et des marchés, quatre principaux inspecteurs, deux facteurs et deux bouchers.

Au XIXe siècle, le Boeuf Gras chantait, on retrouve plusieurs complaintes, notamment celle de 1859, dont voici le premier couplet: «Je suis un malheureux boeuf, Et ma fin sera terrible, Bien qu'on me fête aujourd'hui, J'éprouve bien de l'ennui... ».

Dans les anciens programmes, on retrouve l'itinéraire de la cavalcade, le nom des boeufs et leur histoire retracée depuis leur enfance et l'histoire de Carnaval. Il fut une époque (1845/1855), où le boeuf gras se rapprocha de la littérature, on les nomma entre autres, le père Goriot, Dagobert, Monte Christo, Porthos...).

Par la suite, on y rajouta les complaintes des Boeufs Gras. Cette cavalcade, où l'on promenait en grande pompe le boeuf, avait lieu le jeudi Gras à Paris.

La promenade du Boeuf Gras sous Louis XV

En cette époque, cette procession fut à l'apogée de sa magnificence. Il se disait que tout cet éclat était l'oeuvre de la Marquise de Pompadour. Amoureuse des arts et de la cuisine, fille d'un boucher, elle fut la créatrice, entre autres créations culinaires du palais de boeuf à la Pompadour. Elle contribua, ainsi que la gourmandise bien connue de Louis XV, à l'abondance des plats et menus de Carnaval. On retrouve d'ailleurs à cette époque des menus «tout en boeuf».

Ce Boeuf Gras, orné de feuillages, de fleurs et de rubans était le Roi du Carnaval, admiré par des milliers de spectateurs, pour terminer à l'abattoir et dans les assiettes de ceux-là même qui l'avaient tant admiré. Ce qui explique les complaintes chantées: « Pauvre boeuf qu'on admire, Toi si bien élevé; Hélas, je n'ose dire, Quel sort t'est réservé! ».

Quelle est la relation entre le Carnaval et le Boeuf Gras?

Dès le Moyen-Age, la corporation des bouchers conduisait au Roi et ses premiers magistrats le plus gros boeuf de France pour Carnaval. Sous Charles VI, les écrits nomment ces visites la «promenade du boeuf viellé». L'origine de Carnaval supposée païenne explique ainsi la présence du Boeuf Gras pour Carnaval: la procession du Boeuf Gras, considérée comme une mascarade, serait une imitation de la fête de printemps d'Apic (Egypte). Elle serait également issue de la fête du boeuf, Chérub en égyptien, des festivités qui furent ensuite reprises par les Grecs.

Dans les grandes processions de la déesse Isis (fête des multipliants ou de la fécondité de l'équinoxe d'automne), la déesse apparaissait parfois en ourse. Les prêtres étaient masqués, le premier en taureau (le printemps), le deuxième en lion (solstice d'été), le troisième en homme (l'automne) et le dernier en épervier (l'hiver, Osiris). Ces fêtes seraient d'ailleurs à l'origine des bacchanales où les bacchantes et les ministres se déguisaient.

D'autres écrits font penser que le Boeuf-Gras représente le Carnaval, les jours gras où l'on mange la chair. Le boeuf était tué la veille du mercredi des Cendres signant ainsi la fin des jours-gras et le Carême à venir. En 1739, une procession mémorable eut lieu, le taureau habillé en boeuf gaulois, était surmonté d'un enfant tenant en ses mains spectres et épée. Ce dernier était appelé le roi des bouchers. Le cortège comportait quinze garçons bouchers habillés de blanc et de rouge.

Voici l'histoire du Boeuf Gras, consacré durant l'Antiquité, mais livré au même sort, celui des bouchers, contre celui des prêtres. Malgré tout, dans l'ancienne Egypte, le boeuf avait l'avantage d'être considéré comme un dieu, comme le boeuf Apis.

La promenade du Boeuf Gras fut plusieurs fois interrompue, notamment pendant la Révolution, ce fut Napoléon qui rétablit par ordonnance le Carnaval et le Boeuf-Gras. Cette procession fut à nouveau suspendue dans le courant du XIXe siècle, pour revenir à nous dès 1998.

A lire:

Histoire, origine du masque, trouver de beaux masques de carnaval

Jeux, coutumes et symboles anciens du Carnaval des régions

Idées décoration, bricolage de Carnaval à faire avec les enfants

Idées de déguisements de carnaval pour filles

Fabriquer un déguisement de carnaval pour garçon

Idées de déguisements avec maquillages de clown

Déguisement et maquillage pour les enfants

Fabriquer soi-même des déguisements d'enfants de petit fantôme et de citrouille

Idées de déguisements pour bébé à faire soi même

Déguisement comme Harry Potter pour Mardi gras

Idées de déguisements à faire soi-même, le costume de Peter Pan

Déguisement de personnage d'Avatar pour carnaval

Fêter Carnaval, Mardi Gras des jeux et activités avec les enfants

Des jeux à faire pour Carnaval et Mardi Gras

Sources:

Carnaval de Paris 2014

Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Volume 37, Paris Belin, Mandar, 1837