Le 16 décembre 2014 au coucher du soleil débute Hanoucca, la Fête des Lumières. Tous les soirs et jusqu’au 24 décembre inclus, sera observé le rite de l’allumage des bougies de l’hanoucciah, (ou Hanoukia), le chandelier dédié à cette fête, qui à la différence de la menorah, utilisée notamment chaque semaine lors de la célébration du Shabbat, comporte 9 branches au lieu de 7.

Toutes les bougies seront allumées le dernier soir, le 24 décembre. Puis on procédera aux bénédictions, à l’échange de cadeaux, et à la consommation de mets bien particuliers.

A quoi fait référence la fête de Hannouca ?

Equivalent du Noël des Chrétiens, la fête de Hannouca commémore deux événements précis :

  • un événement politique : la révolte des Macchabées (mot signifiant « marteau », donné en surnom à Juda pour son courage) contre les persécutions du roi gréco-syrien Antiochus, dit Epiphane, qui interdit la pratique du culte et des rites juifs. Cette révolte, conduite par le prêtre Mattathias, son fils Juda et ses frères, sème les pierres qui conduiront vingt ans plus tard à l’indépendance de la Judée. Cet épisode inspirera les combattants du ghetto de Varsovie, et plus tard les sionistes en lutte contre l’Empire britannique
  • un miracle religieux, celui de la lampe du Temple : consacré à Zeus par les païens, le Temple de Jérusalem a été profané. Lors de la reconquête de Jérusalem en l’an 164, on retrouve une petite fiole d’huile intacte dans les ruines du Temple. Il ne reste qu’une petite quantité d’huile, qui ne devrait durer qu’une journée. Or le chandelier restera allumé 8 jours durant.

La symbolique des bougies

Chaque bougie a une signification.

  • Première bougie : la Hanoukia
  • Deuxième bougie : la lumière
  • Troisième bougie : le miracle
  • Quatrième bougie : le Shabath
  • Cinquième bougie : l’héroïsme
  • Sixième bougie : la langue hébraïque
  • Septième bougie : la solidarité juive
  • Huitième bougie : la paix
  • La neuvième bougie, le Shammash, sert à allumer toutes les autres.
Trois bénédictions seront récitées sur l’allumage de la Hanoukia, la première bougie.

L’allumage des bougies de Hannouca

Si possible, on placera la Hanoukia à l’une des fenêtres de la maison.

La première bougie à allumer se positionnera à droite. Le deuxième jour, on allumera sa première voisine sur la gauche, en commençant par celle-ci. Puis le troisième soir, la troisième bougie sur la gauche, puis la deuxième, puis la dernière à droite. En suivant ce rite de l’allumage, en commençant toujours par la nouvelle bougie à allumer, 8 bougies seront allumées le dernier soir de Hanoucca.

Chaque nouvel allumage sera réalisé à l’aide de la neuvième bougie, le Shammash, et non pas d'une bougie déjà allumée.

Les bougies devront brûler durant au moins une demi-heure, et toute la famille devra participer.

Le repas de Hanoucca

Des différences sont observées dans la composition du repas, entre communautés sépharades et ashkenazes.

Les premières consomment un beignet à la confiture, le « sufganiot », les secondes des galettes de pommes de terre, les latkes, pommes de terre râpées, mélangées à de la farine et à un oignon, et mises à frire par cuillerées dans l’huile chaude. On peut les servir avec de la compote de pommes, de la crème fraîche, et même du sucre en poudre.

Les toupies de Hanoucca et les cadeaux

L’origine du jeu des toupies ou dreidel, n’est pas connue. Ces toupies portent sur chaque face une lettre hébraïque, initiales d’un mot qui signifie « cela fut un grand miracle ».

Le jeu consiste à mettre dans un « pot » une cagnotte, pièces de monnaie, bonbons, chocolats… suivant la lettre qui s’affiche sur le dessus de la toupie après l’avoir fait tourner, soit on passe son tour, soit on alimente la cagnotte d’un objet supplémentaire, soit on rafle la moitié de la mise, soit la totalité.

Des cadeaux sont distribués aux enfants, à l’origine des pièces de monnaie, et les adultes s’échangent également des cadeaux.

Pessah 2014, les rites de la Pâque juive

Souccot, la fête des cabanes