Faciles de culture, les glycines se taillent selon la manière dont vous les cultivez. Choisissez la variété de glycine en fonction de ce que vous voulez faire.

Mais ne sous-estimez jamais la puissance, la force végétale de cette plante aux si jolies fleurs. La «tord fer» ou « tord barrière », comme disaient les anciens, est capable d’arracher les gouttières, de casser des tuiles, d’étrangler les arbres, de déformer n’importe quelle balustrade et même de casser une colonne pierre ou béton de 15 cm de diamètre.

Forme libre, la glycine naturelle, dans un grand arbre

C’est la plus facile à faire, à condition d’avoir un bel arbre costaud. Wisteria x formosa avec ces 15 à 25 m de long est un spectacle inoubliable dans un grand chêne, un beau platane, un gros hêtre voire un vieux sapin.

Il faut la conduire parallèlement au tronc jusqu’aux premières branches (ne l’entourez surtout pas autour du tronc). Ensuite, elle se débrouillera seule et l’ombrage des feuilles d’arbre la poussera à s’étendre vers l’extérieur sans étrangler son support. Aucune taille n’est à faire ensuite. Votre arbre dégoulinera de fleurs bleutées, mauves ou blanches pendant plusieurs semaines : un effet grandiose.

Si l’arbre est plus petit (mais surtout pas plus jeune !) préférez Wisteria floribunda. Les variétés à grandes grappes (70 cm et plus) sont très spectaculaires ainsi.

Évitez la conduite sur peupliers, merisiers et cerisiers, autres fruitiers, érables, catalpa… La puissance des glycines risquerait de leur être fatale.

Glycine palissée le long d’un mur

La conduite sous un toit est toujours délicate et peut poser de graves problèmes au bâti. Il est donc préférable de conduire la glycine au moins 60 cm sous les chenaux, ou mieux, le long d’un mur de terrasse, de clôture ou de séparation.

Les variétés à très grandes grappes de Wisteria floribunda sont spectaculaires sur des murs de 2 m de haut et plus. Par contre, celles de Wisteria sinensis conviennent parfaitement sur des murs bas et le long des murets. Conduisez votre glycine avec une ou deux tiges principales accrochée(s) tout au long du mur.

Sa taille a plusieurs fonctions : améliorer quantitativement la floraison, favoriser l’apparition de nouveaux bourgeons, contenir l’expansion de la plante et harmoniser sa silhouette.

  • En hiver, taillez les pousses latérales, ne leur laissez que deux ou trois yeux (selon qu’ils sont serrés ou non). Pratiquée en mars, elle stimule l’apparition des boutons floraux.
  • Coupez les rameaux de l’année précédente en conservant les boutons à fleurs situés sur les 20 ou 30 cm de la base. Taillez à deux ou trois nœuds les autres brindilles et supprimez celles qui sont disgracieuses, se croisent…
  • Toute l’année, éliminez celles situées le long du tronc sur la hauteur que vous souhaitez garder dégagée. Supprimez les pousses apparaissant au pied.
  • Une taille à la fin de la floraison permet de contrôler l’expansion de la glycine.
  • En août, supprimez la moitié ou les deux tiers des rameaux de l’année, encore verts. Ne touchez pas aux branches charpentières. Par contre, n’hésitez pas à supprimer toutes tiges qui semblent en trop et inutiles pour le port final et la silhouette désirée.

Isolée, en arbre, sur une pelouse ou dans un massif

L’effet est spectaculaire, notamment avec les variétés à grappes moyennes et longues de Wisteria floribunda.

  • Choisissez un lieu à l’abri des vents.
  • Plantez solidement en terre un bon piquet, bien vertical, dépassant de 1,80 m minimum au dessus du sol.
  • Choisissez une glycine ayant une seule tige bien droite, que vous attacherez verticalement sur le piquet, ou avec trois tiges au pied que vous enroulerez avec goût autour d’un bon piquet de bois rond (les tiges « phagocyterons » le piquet).
  • Coupez toutes les brindilles latérales s’il y en a. Fixez au tuteur la ou les tiges avec des liens larges, en attendant que le tronc tienne de lui-même.
  • Coupez la glycine en haut du piquet.
  • La première année, gardez trois à cinq branches réparties en étoile sur le sommet. Dés qu’elles atteignent au moins 5 mm de diamètre, coupez-les à trois yeux de la base. De ceux-ci vont pousser d’autres branches que vous taillerez également à trois yeux lorsqu’elles atteindront à nouveau 5 mm de diamètre au moins.
  • Ce principe est à répéter durant les quatre à cinq premières années, période à l’issue de laquelle la floraison va débuter.
  • Chaque année, vous supprimez toutes les pousses latérales et de la base, au fur et à mesure de leur apparition.
  • En début, puis en fin d’été pour la glycine de Chine qui refleurit en août, ou tout au long de l’été pour les autres espèces, rabattez systématiquement les longues pousses de l’année. En février-mars, affinez vos tailles à trois yeux, et en supprimant tout ce qui est disgracieux.

En pot ou bac, dans une cour, sur une terrasse ou un balcon

Choisissez les variétés de Wisteria venusta et W. frutescens, qui, avec leurs grappes courtes et nombreuses, offriront un spectacle étonnant et bien proportionné.

La glycine peut tout à fait être conduite en bonsaï. C’est dire qu’il n’y a aucune difficulté à la conduire en pot ou bac. Une hauteur de tronc de 1,20 à 1,80 m est parfaite pour le suivi régulier de la plante.

Appliquez la même méthode de taille que ci-avant.

En tonnelle et pergola

Les supports en aluminium ou métal fin sont inadaptés. Préférez le bois ou de bonnes barres métalliques.

Tonnelles ou pergolas sont généralement des lieux de passage ou de séjour; aussi, choisissez les variétés de Wisteria venusta et W. frutescens, des splendides glycines à grappes courtes et floraison généreuse.

Enroulez les rameaux en spirale autour des supports verticaux de la tonnelle pour ralentir la montée de sève et favoriser les bourgeons à fleurs.

Il faut couper les pousses en haut des poteaux afin de favoriser la ramification. Un rameau sera étiré sur chaque traverse horizontale et les autres seront tressés entre eux . Ensuite, suivez la technique à trois nœuds (voir glycine palissée).

CONT 11