Les problèmes de moisissures sont récurrents dans les logements anciens. Si vous êtes locataire, votre propriétaire vous dira forcément que vous n'aérez pas assez mais les causes de la moisissures sont plus multiples et plus grave que cela n'a l'air.

Les causes d'humidité de logement

Bien sûr l'une des premières causes d'humidité est la condensation, conséquence de la vapeur d'eau qui émane de divers comportements mais également de votre corps. Effectivement la respiration est une réelle source d'humidité tout comme le séchage du linge, la cuisson, les prises de douches ou de bains...

L'humidité dans les salles de bains est souvent due à la condensation car la salle de bains est l'un des lieux les plus humide de la maison. On remarque la condensation par des gouttelettes qui se forment sur votre miroir ou aux fenêtres et qui peuvent parfois ruisseler.

Mais il existe d'autres types d'humidité, notamment celle qui est due aux ponts thermiques ou au manque de ventilation (type VMC ou hotte aspirante en cuisine)

Si avez des champignons dans votre maison, faites attention à votre santé et à vos meubles et cherchez tout de suite à résoudre le problème. Si vous êtes locataires, prévenez votre propriétaire surtout si la moisissure est présente au-delà des contours de fenêtres et des salles d'eau.

Problèmes liés à la moisissures et solutions premières

Certains types de champignons peuvent avoir des répercussions sur la santé, vous pourriez être confronté à:

  • une accentuation de l'asthme ou des problèmes de toux
  • des sinusites chroniques ou des allergies graves
  • des déficiences du système immunitaire ou d'écoulement nasal
Pour palier au mieux et au plus vite à ce problème, vous pouvez dans un premier temps:

  • vérifier votre taux d'humidité, qui doit être compris entre 30 et 50%,
  • installer une VMC ou une ventilation au niveau des zones de cuisson
  • isoler les surfaces froides en laissant passer l'air
  • continuer de chauffer votre intérieur à 18 °C au moins
  • user de déshumificateurs d'air
  • aérer chaque pièce au moins 30 minutes par jour
Dans tous les cas, si vous contacter votre propriétaire ou une entreprise, la première réaction sera: est-ce que vous aérez bien votre intérieur et est-ce que vous chauffer suffisamment?

Quels recours ont les locataires?

Vous pouvez vous adresser à plusieurs personnes ou organismes si votre propriétaire ne veut rien faire (comme dans 90% des cas).

Contactez la DDASS de votre région ou le service d'hygiène de votre ville, si vous comptez rester dans le logement malgré le désagrément. Sachez que la DDASS ne s'embête pas avec des locataires dont le logement est moisi et qui souhaiteraient quitter les lieux!

Pensez à vous rendre dans l'association départementale d'information sur le logement. De tous les organismes existants, ils restent les plus compétents et les plus intéressés par votre cas. Ils sauront vous guider quant aux démarches à effectuer, aux lois qui pourraient vous aider.

Attention aux médiateurs juridiques des communes. Ils envoient souvent la police municipale faire un rapport: la moindre trace de poussière ou le moindre sol un peu sale sera utilisé contre vous au profit du propriétaire. Si vous êtes maniaque à 100%, vous pourrez très bien utilisé cette solution mais si vous n'êtes pas le roi de la vaisselle, du rangement ou de la poussière, pensez aux autres solutions!

Enfin, sachez que quelque soit le recours, le délai est assez long et que vous pouvez aussi voir avec votre assurance si vous avez opté pour la responsabilité civile. Les assurances demeurent cependant frileuses face aux problèmes d'humidité de logement.

En tout cas, si l'humidité provoque des dégâts matériels, attendez vous à vous asseoir dessus, parce qu'à part l'ADIL ou les assurances, les propriétaires trouveront toujours le moyens de faire pencher la balance de leur côté... soyez prudent!