Après avoir facilement battu l'Albanie (3-0), l'équipe de France de football s'apprête donc à affronter son homologue bosnienne. L'équipe de Laurent Blanc a son destin entre ses mains, mais elle devra respecter jusqu'au bout la sélection de Safet Susic, l'ancien joueur du Paris-Saint-Germain pour éviter une mauvaise surprise.

Eviter le piège des barrages et ses possibles conséquences négatives

Si un match nul lui suffit pour rester première de son groupe et se qualifier directement pour la phase finale de l'Euro 2012, l'équipe de France devra rester concentrée jusqu'au bout sous peine d'un passage par des barrages toujours difficile à négocier.

Les bleus de Raymond Domenech n'avaient pu éviter cette épreuve et s'étaient finalement qualifiés de manière litigieuse pour le mondial sud-africain contre une valeureuse équipe irlandaise (0-1 et 1-1) suite à un but de William Gallas entaché d'une faute de main volontaire de Thierry Henry.

Ce match de la honte avait laissé des traces au sein d'un groupe déjà fragilisé par les égos surdimensionnés de ses leaders techniques et l'incapacité des cadres du vestiaire à impulser un esprit conquérant à leurs plus jeunes équipiers. Jusqu'au dénouement tragi-comique de Knisa.

Les leçons de l'histoire auront-elles été retenues ?

Nul doute que Laurent Blanc, lui-même acteur des désastreux France-Israël (2-3) et France-Bulgarie (1-2) de 1993, saura insuffler à ses troupes l'état d'esprit nécessaire à une bonne approche de ce type de matchs couperets susceptibles de fonder une nouvelle page d'histoire du football français.

Capable de gérer les humeurs des plus aguerris, Florent Malouda ou Franck Ribéry, comme des jeunes joueurs talentueux dont on attend toujours plus comme Samir Nasri, Laurent Blanc semble maîtriser son groupe. Le maintien d'un garçon comme Alou Diarra, en difficulté dans son club mais véhiculant l'image d'un joueur toujours irréprochable sur et en dehors du terrain témoigne de la volonté du sélectionneur de s'appuyer sur des hommes exemplaires.

Sur le terrain, la sélection de Laurent Blanc s'est souvent montrée intéressante malgré des prestations parfois hésitantes. Au cours de la campagne de qualification, des joueurs comme Karim Benzema, Adil Rami ou Yann M'vila ont brillé et sont devenus incontournables et d'autres comme Marvin Martin, Yohan Cabaye ou Loïc Rémy ont montré qu'ils avaient des atouts à faire valoir. Les tauliers Florent Malouda et Franck Ribéry sont toujours là et faute de concurrence valable à son poste, Patrice Evra est redevenu l'arrière gauche de l'équipe de France.

Les bleus ont les atouts pour passer l'obstacle bosnien, et le cas échéant, ce sont des problèmes de riches que Laurent Blanc devra gérer avec les retours programmés de Yohann Gourcuff, d'Abou Diaby, ou de Kevin Gameiro. Les places en sélection seront chères en mai prochain.