Un appel aux écrits anciens nous révèle bien des coutumes liées à l'Epiphanie, ainsi que ses origines et ses symboles.

Histoire et origine de l'Epiphanie : des commémorations chrétiennes

Selon l'Ami du clergé paroissial (***), cette fête des rois rappelle trois évènements importants liés à la religion chrétienne:

  • l'arrivée des Rois mages auprès de l'enfant Jésus,
  • le miracle de l'eau changée en vin par Jésus-Christ au festin nuptial de Cana,
  • le baptême de Jésus Christ par Jean-Baptiste.


Quand servir la galette des Rois ? Traditionnellement elle est présentée au goûter ou au repas du soir

La baronne de Staffe ('*) nous dit "on tire les Rois soit à un dîner, soit dans une soirée". Nous rajouterons quant à nous une charmante tradition de notre temps, qui consiste à se délecter du gâteau des rois pour le goûter, accompagné de boissons chaudes comme le chocolat chaud, le café, le caramel au lait, ou encore des boissons chaudes aux épices ou du vin chaud. Il est d'usage également d'offrir des jus de fruits, des limonades ou encore du cidre.


Comment fêter l'Epiphanie ? Découvertes d'anciennes coutumes amusantes

La baronne de Staffe propose que ce soit une fillette ou un garçonnet déguisé par exemple en page du moyen âge. L'enfant propose aux invités le gâteau à la fève, dissimulé par une belle serviette de toile bordée de dentelle ou d'un napperon. La galette prédécoupée, chaque convive prend sa part, dissimulée sous la serviette. D'après l'auteure, l'heureux gagnant de la fève doit la faire parvenir sur une assiette au roi ou à la reine de son choix. C'est alors que tout le monde s'exclame et crie : vive le roi, vive la reine. Toujours selon les préceptes de savoir-vivre de Mme de Staffe, dans la noblesse il était d'usage de faire fabriquer un gâteau de l'Epiphanie en forme de couronne héraldique. Les éléments du blason, des armoiries familiales (fleurs de lys, gerbe de blé, fleurons...) étaient alors reproduits en pâtes de fruits. A défaut, il était de bon ton de servir une galette des rois de sa région, comme une brioche couronnée de Lyon, de Bordeaux, de Paris, ou encore de style Pithiviers.

Selon Melle Dufaux de La Jonchère (**), le repas de l'Epiphanie n'a comme caractéristique que le gâteau des Rois servi en dessert. Elle souligne qu'il peut s'agir de n'importe quel gâteau comportant une fève, quoiqu'il soit préférable de servir une galette (ou une couronne). Quant au service de la galette, elle nous confie quelques conseils. Lorsque la galette ou le gâteau des rois est dégustée en intimité, l'hôtesse recouvre la pâtisserie d'une serviette, qu'elle soulève délicatement pour en couper des parts. Le geste n'est toutefois pas si innocent, car souvent, la maîtresse de maison a disposé un signe qui lui permettra de reconnaître l'endroit où la fève est cachée. Ainsi, elle fait en sorte de choisir celui qui découvrira la fève. Toutefois, comme Mme de Staffe l'indiquait, on déléguait souvent au plus jeune invité, la charge de présenter la galette des rois. Chacun se sert, en passant sa main sous la serviette, sans voir la part. Ensuite, chacun vérifie sa part de gâteau avant de le déguster afin de s'assurer de ne pas se casser une dent sous une fève en porcelaine.

Les rôles de la reine et du roi de l'Epiphanie

A l'instar de Mme de Staffe, l'auteure indique que celui ou celle qui trouve la fève, la transmet sur une assiette à la reine ou au roi de son choix. Il était de coutume pour une jeune fille de choisir un oncle ou un vieil ami de la famille. En échange, celui qui devient roi devait lui offrir un bouquet, des bonbons, ou autres petits objets. Lorsqu'un homme reçoit la fève, la coutume voulait qu'il l'offre à la fille de la maison. Mme de Staffe précise que le roi devait faire un don pour les pauvres, qu'il déposait sur "la part à Dieu". Cette part du pauvre est en relation avec ces paroles de l'Evangile "Vous m'avez donné à manger quand j'avais faim, à boire quand j'avais soif, vous m'avez couvert quand j'étais nu". Le lendemain, le roi d'un jour envoyait à sa "reine" une couronne de roses naturelles.

L'invitation à une fête d'Epiphanie

Mme de Staffe nous offre à ce sujet de charmants conseils:

  • l'invitation se fait sur un carton orné d'une étoile d'or,
  • voici le texte de la carte, qu'elle nous livre: "On découpera, chez nous, le gâteau de la fève (galette des rois, gâteaux des rois), le 6 janvier (ou le dimanche 8 janvier 2012) venez vous faire élire roi (ou reine)." Ajoutez politesses et signatures à l'invitation. Elle peut être envoyée par la poste ou encore remise en main propre.
L'Epiphanie reste de nos jours une agréable fête permettant de réunir la famille ou les amis. A la suite de Noël et du Jour de l'An, elle permet aux proches n'ayant pu se voir en ces fêtes, de partager un agréable moment de gaieté, de jeux et de gourmandise.

A lire:

Epiphanie: ses traditions, coutumes, festivités, jeux & gâteaux

Bricolage de couronne des rois décorée à faire avec les enfants

Recettes faciles et express de galettes des rois: des gâteaux à la frangipane, à la noix de coco, noisette et chocolat

Recette de la brioche des rois bordelaise, fruits confits, sucre

Recettes de galettes des rois sans frangipane - Brioches et couronnes : l'Epiphanie en Argentine, Espagne, Portugal

Twelfth Night cake, king cake: le cake de l'Epiphanie américain

Recette du Twelfth Night cake, le gâteau des rois de l'Epiphanie

Sources:

(*) Staffe, Blanche, Règles du savoir-vivre dans la société moderne : usages du monde (122e édition), G. Havard (Paris), 1897

(**) Dufaux de La Jonchère, Ermance, Le savoir-vivre dans la vie ordinaire et dans les cérémonies civiles et religieuses (6e éd.), Garnier frères (Paris), 1878

(***) L'Ami du clergé paroissial : supplément à L'Ami du clergé, Langres, 1889 - 1968

Google