Winnie Denker est une photographe américaine d'origine danoise. Spécialiste de l'architecture et des paysages urbains, elle se passionne pour la Tour Eiffel et réalise de nombreux clichés. Winnie vit une dizaine d'année à New York à partir de 1975. A cette époque, ses photos sont publiées dans les magasines les plus prestigieux tels que VOGUE, ELLE... et Winnie publie ses premiers ouvrages.

La Tour Eiffel, sujet de prédilection.

En 1986, de retour des USA, Winnie Denker décide de photographier la Tour Eiffel. La marque de la photographe se reconnaît dans les plus grands clichés. Spécialiste de la photo de l'architecture et du patrimoine culturel mondial, elle réalise aussi des portraits de célébrités.

La technique photographique.

Winnie Denker travaille à la chambre au format 20/25. Elle est toujours à la recherche d'un angle de vue unique et attache de l'importance à la lumière et aux perspectives. Les tirages sont peu commun, réalisé selon la technique Fresson, technique unique réalisée avec des pigments d'or, de charbon, de couleur. La photographe arrivée à Paris en 1958, travaille à ces débuts au studio de Robert d'Estaing et signent tous deux des contrats avec les plus grandes maisons de couture. Winnie Denker commence d'abord par la photo de mode et les natures mortes.

Les ouvrages et les rencontres.

Le premier livre photographique est publié en 1983, « The Library of Nation USA ». Winnie Denker publie ses premiers ouvrages tels que « Women's wear Daily », « House and Gardens ».

En 1989, naît de sa rencontre avec l'écrivain Françoise Sagan, le livre photographique de la Tour Eiffel est accompagné de textes: « La Sentinelle de Paris ».

« Paris fêtes et lumières » est publié en 1993, « La Tour Eiffel » en 2003 et 2004.

De voyage en voyage, la photographe travaille aussi pour l'Unesco.

En 1995, le livre « La Grande Catherine » est publié, puis « La civilisation de Saint Saint-Pétersbourg » en 2000, ou encore « Constantinople » en 2001.

Les différentes expositions.

Ses œuvres sont exposées dans le monde entier et notamment au Musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Les clichés les plus fameux tels que la vue illuminée de New York en grand format, la Tour Eiffel de nuit et bien d'autres sont exposés à Paris à la Galerie Labwords. Loin d'être sa première exposition à Paris, Winnie est sans cesse en déplacement. Les photos sont représentatives du monde. La photographe sait capter l'essentiel et saisir l'instant. De la Tour Eiffel au plus haut building de New York, elle prend à chaque fois des risques. A la recherche de quelque chose d'unique, elle parcoure le monde.

Questions à Winnie Denker.

-SM: Comment avez-vous commencé la photographie?

WD: « C'était écrit...lorsque j'ai rencontré François Chalet qui revenait du Vietnam j'ai eu une révélation en voyant son travail. J'ai décidé soudain de faire pareil, de la photographie. Depuis ce jour là, je sillonne le monde avec mon appareil photo: le Brésil, le Canada, les USA... Mais Paris est mon plus grand amour et j'y reviens toujours. Je suis arrivée en France en 1958. J'exposais déjà à la Galerie du Passage.

-SM: Quelle est votre technique et pourquoi utilisez-vous le 20/25?

WD: J'utilise la chambre 20/25 car le résultat est étonnant. Actuellement, la plupart des photographes travaille au numérique. Je préfère travailler à l'ancienne. Avec ce format là, les profondeurs apparaissent. J'ai réalisé des photographies de très grands formats exposées encore aujourd'hui à Monaco, aux Galeries Lafayette...

J'ai exposé à Moscou au Musée de l'Architecture. Suivant le sujet, les photos sont en noir et blanc ou en couleur.

-SM: Comment avez-vous eu l'idée de photographier les monuments, le patrimoine culturel? Cela viendrait-il de vos différents voyages?

WD: Après avoir vécu de nombreuses années à New York, je suis rentrée à Paris l'année où la Tour Eiffel fêtait ses cent ans. De plus Pierre Bideau avait réalisé un nouvel éclairage. J'ai tout de suite eu l'idée de la photographier car c'était beau. J'ai réalisé un livre en collaboration avec l'écrivain Françoise Sagan, « La Sentinelle de Paris» sur la Tour. Les sujets varient sans cesse. Mon premier livre était un livre pour enfant « Birthday Party », en noir et blanc avec des enfants du monde entier, dans les années 70 en Amérique.

-SM: La Tour Eiffel, qu'est-ce qui vous attire dans ce monument? Quelle est pour vous l'importance de la lumière?

WD: La lumière ne me laisse pas insensible. La Tour Eiffel était triste avant le nouvel éclairage de Pierre Bideau. Les lumières m'attirent. J'aime passer des nuits sur les monuments. Où que je sois, j'attends le bon moment pour photographier. A l'occasion de l'anniversaire de la Statut de la liberté en 1986, j'ai demandé à ce que la Tour Eiffel soit éclairée. C'était comme un clin d'oeil à mon retour de New York.

-SM: Avez-vous d'autres projets de livres, d'expositions?

WD: J'ai exposé à Shanghai. Je pars d'ailleurs là bas en avril pour exposer, puis à Pékin. Je travaille régulièrement pour le magasine Le Figaro. A l'époque, je travaillais à New York pour le magasine de mode VOGUE et le Time Out avec qui j'ai réalisé le livre « The library of Nation Usa».

Pour l'instant, je prépare mon voyage en Chine.

Exposition photographique Winnie Denker.

Du 31 novembre 2011 au 31 janvier 2012, du mardi au samedi.

Galerie Labworlds, Fine Art Gallery.

6 rue de l'exposition, 75007 Paris.